eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Le Marais > Les incontournables dans le Marais, Paris 3e et 4e > Bienvenue aux Archives Nationales > Mésopotamie. Les grandes heures des manuscrits irakiens, dont certains de (...)

Mésopotamie. Les grandes heures des manuscrits irakiens, dont certains de Mossoul, aux Archives nationales

Dernière mise à jour : lundi 6 mai 2019, par Expositions

Du 20 mai au 24 août 2015, les Archives nationales exposent la collection des manuscrits de la bibliothèque des Dominicains de Mossoul (XIIIe - XIXe siècle).

Emportés d’abord dans 2 véhicules, puis transportés dans les bras pour passer les contrôles de l’État islamique, quelque 800 livres du XIIIe au XIXe siècle de la très riche bibliothèque des Dominicains de Mossoul ont pu être "momentanément sauvés" d’une destruction certaine.

Quelques-uns d’entre eux sont présentés aux Archives nationales dans le Marais. Pour le 8e centenaire de l’Ordre dominicain (Toulouse, 1215), et dans ce contexte géopolitique absolument dramatique, l’exposition « Mésopotamie, carrefour des cultures », au titre auquel l’actualité confère un humour noir d’une rare perfection, retrace l’histoire des missions et de l’implantation des frères prêcheurs dans la plaine de Mésopotamie.

Car l’Irak, berceau de l’écriture et des civilisations urbaines de l’Antiquité, considéré aussi comme l’un des plus vieux foyers du monde chrétien, n’a cessé d’être visité par des missionnaires de l’Ordre depuis sa création.

Après des frères italiens envoyés à Mossoul par le pape Benoît XIV en 1750, ce sont des Dominicains français qui perpétuent leur présence à partir du Second Empire.

Assumant des fonctions sociales, hospitalières et éducatives auprès des populations
autochtones, les Dominicains de Mossoul ont favorisé la scolarisation des enfants (filles et garçons, insistent-ils), développé l’imprimerie et collaboré aux recherches historiques sur la Mésopotamie antique. Ils ont prolongé leur intérêt pour le dialogue des cultures en collectant des manuscrits qui circulaient dans la plaine de Mésopotamie, certaines de ces pièces étant très rares, en syriaque, araméen, et en arabe.

Riccoldo da Monte Croce rencontre les musulmans, Livre des Merveilles, vers 1400 (BnF, MS. fançais 2810)

La collection de 809 manuscrits de leur bibliothèque de Mossoul, issus du monde musulman autant que du monde chrétien, symbolise parfaitement leur goût pour la connaissance. Grammaires et poésies arabes, textes médicaux, littéraires, liturgiques, musicaux, hagiographiques et linguistiques témoignent de la richesse de la culture orientale. Transférés à Erbil, ils sont aujourd’hui inaccessibles.

L’exposition « Mésopotamie, carrefour des cultures » relate en cartels, en photographies anciennes et en objets l’histoire et l’œuvre de ces missions dominicaines, leur installation dans cette plaine irakienne, dont le conservateur Jacques-Charles Gaffiot dit qu’elle est "l’un des plus vieux foyers du monde chrétien".

Traités apologétiques chrétiens. Papier manuscrit en arabe. Égypte, 1654. BnF

Elle présente aussi sept fac-similés des joyaux de sa bibliothèque, trésors inestimables d’un patrimoine culturel commun à toute l’humanité, aux côtés d’une trentaine de manuscrits d’intérêt comparable tirés des collections françaises (BnF et bibliothèque du Saulchoir), et de la Bibliothèque apostolique vaticane : Évangiles (1192) et Nouveau Testament (1223) en syriaque, Coran copié à Bagdad (1289), Chronique universelle arabe (1291), Évangile de Saint Jean en arabe (1599), missel chaldéen copié à Mossoul (XVIIIe siècle), rituel de mariage et recueil médical en syriaque (XIXe siècle), etc.

Un poème d’Avicenne (mort en 1037), célèbre médecin et philosophe du monde musulman, servait aux étudiants à mémoriser les grands principes médicaux, tandis que deux ouvrages de grammaire arabe recopiés vers 1400 (mais rédigés avant 1003 et avant 1274) rappellent que les best-sellers circulent sans cesse.

Deux lectionnaires en syriaque du XVIIIe sont pourvus de miniatures, de même que le Livre de la Perle, ouvrage apologétique sur le christianisme dû au célèbre métropolite de Nisibe, Abdisho bar Berikha.

Rappelons aussi que, sous Louis XIV, dans le but de renforcer la Bibliothèque royale en manuscrits orientaux, Colbert avait missionné un polyglotte allemand, Johann Michael Vansleb, qui devint dominicain (décidément !), pour aller au Levant rechercher de précieux textes. Celui-ci en fit parvenir de 1671 à 1675 quelque 300, dont une copie des premières homélies écrites en arabe (Bagdad, fin du XIIe siècle) et la traduction d’un ouvrage de théologie de Bar Hebraeus, copiée au XVIe siècle en garshuni (système de transcription de l’arabe par l’alphabet syriaque).

Cycle des lectures des Évangiles des dimanches et fêtes selon le calendrier liturgique chaldéen. Papier, manuscrit syriaque en écriture syro-orientale - Fac-similé (copié au XVIIIe siècle). Mossoul, couvent dominicain Notre-Dame de l’Heure, DFM0012

Malgré l’intérêt évident d’une telle exposition, on est en droit de ressentir une certaine gêne devant un événement qui demeure assez fortement confessionnel. La CGT-Archives a tenu à exprimer à ce sujet son mécontentement devant la remise en cause du principe de laïcité du site... L’Église aurait-elle été séduite par le triste exemple de la main-mise de l’industrie du luxe sur certains établissements muséaux parisiens ? S’agirait-il d’un événement avant-coureur d’une nouvelle approche messianique ? D’une nouvelle contre-réforme bientôt en marche ? Si c’était le cas, nous le verrions bientôt.

Les commissaires de l’exposition sont Ghislain Brunel, Directeur des Publics des Archives nationales, et Jacques-Charles Gaffiot, Comité du VIIIe centenaire des Dominicains, anniversaire inscrit aux commémorations nationales 2015.

Mésopotamie, carrefour des cultures. Grandes Heures des manuscrits irakiens (XIIIe - XIXe siècle), du 20 mai au 24 août 2015, aux Archives nationales, site de Paris, Hôtel de Soubise, 60 rue des Francs-Bourgeois, 75003 Paris. Métro Hôtel de Ville, Saint Paul ou Rambuteau. Du lundi au vendredi de 10 à 17h30. Samedi et dimanche de 14 à 17h30. Fermée le mardi et les jours fériés. 6 ou 4€.

***

Vous retrouverez dans l’article Les Grandes Expositions 2015 à Paris de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Calendrier 2015 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences dans : LA SEMAINE des expositions et musées : que faire à Paris du....

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer.

Comme les autres années (2014, 2013, 2012), nous établissons au fur et à mesure notre sélection dans l’article Paris 2015 : LES MEILLEURS CATALOGUES d’expositions de Paris.

Nous vous proposons aussi une sélection d’expositions et de festivals dans les villes françaises suivantes :
Angoulême - Arles - Avignon - Bordeaux - Dijon - Grenoble - Ile-de-France - Lens - Lille - Lyon - Marseille - Metz - Montpellier - Nantes - Nice - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen, Le Havre - Saint-Étienne - Strasbourg - Toulouse - Tours

De même nous avons commencé :
Les Grandes Expositions 2016 à Paris de A à Z
Calendrier 2016 des grandes expositions à Paris
peuvent déjà être consultés sur Évous.fr... et complétés, si vous disposez de plus d’informations que nous !

Et juste quelques musées et expositions pour Bruxelles, Genève, Bâle, Amsterdam, Londres, Madrid, Milan, et Venise.

André Balbo

sources : Archives nationales

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.