evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 7e > Actualités, Paris 7e > Sorties, Paris 7e > Expositions, Paris 7e > Évènements et expositions au Musée du Quai Branly > Exposition l’Afrique des routes

Exposition l’Afrique des routes

lundi 20 mars 2017, par André Balbo

Du 31 janvier au 12 novembre 2017 au musée du Quai Branly - Jacques Chirac, Mezzanine Ouest. Gratuit aux moins de 26 ans.

Considérée par la plupart des paléo-anthropologistes comme le berceau de l’humanité, l’Afrique, où est née l’espèce humaine (Ève mitochondriale), a été pour les autres continents pourvoyeuse, volontaire ou contrainte, de force de travail, d’or, d’ivoire et de multiples autres matières premières depuis des millénaires.

Son histoire et ses populations sont notre préalable. Elles sont forcément et naturellement inscrites dans la dynamique internationale, à contre-courant des idées reçues et de discours politiques malheureux d’un ridicule internationalement reconnu et qui resteront pour longtemps gravés dans les annales.

Siège de chef à cariatide. XIXe siècle. Style Luba. RD du Congo, province du Katanga. Bois, perle de verre, coquillage, textile. Museu Nacional de Etnologia, Lisbonne. Portugal

L’Afrique, un continent sans Histoire ? Rires explosifs ! Si certains a priori ont la vie dure, les faits, eux, sont têtus et indéniables : les Africains n’ont au cours des siècles jamais vécu dans l’isolement.

Tradition orale, Marc Bloch, Robert Cornevin, Joseph Ki-Zerbo et tant d’autres vecteurs ou historiens ou contes sont là pour nous le rappeler avec discrétion mais insistance.

Pour tant de raisons, on ne peut que regretter qu’un tel sujet, sur un tel continent, dont on sait maintenant avec certitude qu’il sera aussi pour une bonne part notre avenir, ne trouve que 900m2 au musée pour y être illustré.

Masque anthropo-zoomorphe © musée du quai Branly - Jacques Chirac, photo Claude Germain

Longtemps ignorés, les échanges panafricains et extra-africains ont pourtant débuté voici des millénaires, bien avant l’arrivée des premiers navires portugais à la fin du XVe siècle, la colonisation et les indépendances. En témoignent les sculptures, pièces d’orfèvrerie ou d’ivoire, peintures et autres
œuvres présentées dans cette exposition.

Du cinquième millénaire avant notre ère à nos jours, l’histoire de l’Afrique évoque ainsi les routes fluviales, terrestres ou maritimes qui ont contribué à la circulation et aux contacts des hommes, des matériaux, des œuvres et de précieux savoirs comme des mémoires collectives des Africains.

La bataille d’Adoua. Vers 1973. Éthiopie. Huile sur toile, métal. Collection particulière. La bataille d’Adoua fut, en 1896, la seule résistance réussie contre la conquête coloniale : l’armée levée par l’empereur d’Éthiopie Ménélik II, d’environ 100 000 hommes, repoussa et battit les Italiens.

De l’art rupestre du Sahara aux porcelaines chinoises de Madagascar, des cultes et rituels candomblé d’Amérique du Sud aux œuvres contemporaines métissées du Nigérian Yinka Shonibare, c’est le portrait d’un continent au cœur de notre histoire globale qui est ici un peu rapidement brossé.

Les légumineuses riches en sel sont rares en Afrique. Le commerce du sel y est une constante dans l’histoire. Hérodote, au Ve siècle avant notre ère, évoque l’échange or contre sel "au-delà des colonnes d’Hercule", en l’occurence le détroit de Gibraltar (Maroc). Les caravanes berbères parties de Sijilmasa le convoient vers Tombouctou par charges de 4 barres par dromadaire, à partir des salines sahariennes de Taoudeni et Teghaza. Il était ailleurs échangé contre le fer pour fabriquer les houes. Les Portugais, depuis le XVe siècle l’échangeaient contre des esclaves. Seule la navigation à vapeur a réduit ces échanges séculaires.

Routes et moyens de transport, circulation des hommes, Siècle d’or, qui fut leur Moyen Âge, villes, savoir-faire, routes commerciales avec les véritables épopées du sel (indispensable à la survie de l’homme), de l’or (dont l’Afrique était quasiment la seule pourvoyeuse jusqu’à la découverte des Amériques), et de l’ivoire, dont était tout particulièrement grande consommatrice l’Inde, ses éléphants mâles en étant seulement dotés, et encore, bien petites, sont évoqués ici à grande vitesse.

L’exposition ne se veut pas exhaustive, mais elle tente à l’évidence d’aborder de trop nombreux sujets.

On est certes séduit par la qualité, la représentativité et l’esthétique des objets présentés, mais le propos est si large, les grands faits si légèrement effleurés, qu’on aimerait s’attarder davantage et en entendre plus.

Olifant dit "de la Chartreuse des Portes". Italie, Salerne ou Amalfi. XIe siècle. Ivoire. BnF Cabinet des Médailles, Paris, don d’Albert, duc de Luynes. Ce cor (ou olifant), découvert au XVe siècle dans une grotte de l’Ain (France) pourrait être une production italienne plus ancienne. La taille importante de la défense utilisée indique qu’elle appartenait à un éléphant africain. À cette époque dite romane, l’ivoire d’Afrique de l’Est, qui transitait généralement par l’Égypte, faisait l’objet d’un commerce intense entre les cités de l’Italie méridionale et Alexandrie ou Le Caire.

Ici doit surtout être suscitées auprès d’un large public cette envie et cette curiosité pour un continent et des peuples qu’il nous faut mieux connaître, en écartant avec soin idées préconçues, craintes et remords. Une meilleure connaissance de l’histoire peut seule permettre de mieux appréhender ce qui vient.

Le récit de la reine de Saba et du roi Salomon est commun au judaïsme, au christianisme et à l’islam. Il incarne la conversion aux religions du Livre. La protagoniste serait Éthiopienne ou Yéménite. Dans l’Ancien Testament, c’est à Jérusalem que la reine de Saba rencontre le roi Salomon "avec un équipage très considérable, des chameaux portant des aromates, de l’or en très grande quantité, et des pierres précieuses". De leur union naît Ménélik, qui aurait dérobé les textes hébraïques sacrés dits "Table de la Loi". Cet épisode légendaire se serait déroulé vers le Xe siècle avant notre ère.

Gaëlle Beaujean, responsable des collections Afrique au quai Branly – Jacques Chirac, est commissaire de cette exposition, dont la conseillère scientifique est Catherine Coquery-Vidrovitch, historienne spécialiste de l’Afrique et professeur émérite à l’Université Paris Diderot / Paris 7.

L’Afrique des routes, du 31 janvier au 12 novembre 2017, au musée du Quai Branly, au musée du Quai Branly - Jacques Chirac, Galerie Jardin, quai Branly 75007 Paris. 01 56 61 70 00. Ouvert les mardi, mercredi et dimanche de 11 à 19h, les jeudi, vendredi et samedi de 11 à 21h. Fermé le lundi. 9 ou 7€. Billet jumelé 11 ou 9€.

Lire aussi Toutes les expositions 2017 du musée du Quai Branly.


***

Vous retrouvez comme chaque année dans PARIS 2017. LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Le CALENDRIER 2017 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Dans la série Toutes les expositions 2017-2018 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musées d’Orsay et de l’Orangerie, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, au musée Guimet, au musée Galliera, et au Petit Palais.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : PARIS EXPOS HEBDO. Nouveautés / Conseils / Derniers Jours.

Vous pouvez consulter plus d’une centaine de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2017 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2016, 2015, 2014, 2013, 2012.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions 2017 dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
- Aix-en-Provence - Albi - Les Alpilles - Angers, - Angoulême - Antibes - Arles - Aubagne - Avignon : Saintes-Maries-de-la-Mer, L’Isle-sur-la-Sorgue - Bègles - Biarritz - Biot, - Blois - Bordeaux - Bourg-en-Bresse - Cagnes-sur-Mer, - Cannes, - Carcassonne - Dijon - Grasse- Grenoble - Hyères - Ile-de-France : Auvers/Oise, Boulogne-Billancourt, Bussy-Saint-Martin, Chamarande, Chantilly, Châtenay-Malabry, Compiègne, Écouen, Fontainebleau, Giverny, L’Isle-Adam, Jouy-en-Josas, Malmaison, Marne-la-Vallée, Meudon, Milly-la-Forêt, Noisiel, Pantin, Pierrefitte/Seine, Poissy, Pontoise, Royaumont, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud, Saint-Denis, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Ouen-l’Aumône, Sceaux, Sèvres, Versailles, Vitry/Seine, Yerres - Le Cannet - Le Havre - Lens - Le Rayol - Le Canadel/Mer - Les Sables-d’Olonne - Libourne - Lille : Villeneuve d’Ascq, Roubaix, Tourcoing, Croix, Graveline, Cassel, Valenciennes - Lodève - Lyon - Marseille - Martigues - Metz - Monaco, - Montauban - Montpellier - Mougins, - Nantes - Narbonne - Nice - Nîmes - Ornans - Rennes : Landernau, Quimper - Rodez - Rouen - Saint-Étienne - Saint-Nazaire- Saint-Paul-de-Vence, - Saint-Tropez - Sérignan - Sète - Strasbourg - Toulon - Toulouse - Tours - Valence - Vallauris - Vence - Vendôme - Villeurbanne

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam : Harlem, Rotterdam, La-Haye, Bois-le-Duc Berlin Bâle Bruxelles Genève Londres Madrid Milan, et Venise.

André Balbo

sources : Visite, musée du Quai Branly

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.