eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Astuces, idées et inspirations > Santé, Bien-être > Médecine, santé générale > Herpès, bouton de fièvre, picotements

Herpès, bouton de fièvre, picotements

Dernière mise à jour : mercredi 25 mars 2015, par Denis

Bouton de fièvre, picotements… le virus de l’herpès est largement répandu chez l’homme. Transmission, précautions et traitements, un point sur cette maladie virale.

L’Herpès simplex est un virus à l’origine de cette maladie virale qui se loge dans l’œil, les organes génitaux et surtout sur la lèvre ou à proximité, que l’on appelle plus communément le bouton de fièvre. Il est très contagieux et se transmet facilement par l’homme qui est le seul réservoir du virus, à travers un simple contact sur la peau. Une fois le contact établi, l’infection est définitive et le sujet contaminé gardera dans son organisme, le virus à l’état latent, caché parfois pour longtemps jusqu’à sa réapparition.

Les facteurs déclenchants sont principalement une baisse immunitaire, le stress, la fatigue accentuée, un choc émotionnel ou un traumatisme, une exposition au soleil non protégée notamment sous une forte réverbération à la mer ou à la montagne, ou bien encore pendant les menstruations féminines.

Deux types d’herpès existent et sont possibles : l’herpès génital dont la contamination s’effectue par voie sexuelle sur le col utérin, le pénis, l’urètre ou la partie anale ou périanale. Amplement répandu, l’herpès labial se retrouve autour de la bouche ou sur la lèvre. Il faut absolument éviter de le toucher afin de ne pas provoquer une contamination plus importante qui pourrait aller jusqu’à l’œil.
Lorsqu’une crise se déclenche les premiers symptômes se caractérisent par des picotements ou parfois de brûlures dans une petite zone très localisée, suivis rapidement par l’apparition de petites vésicules, une sorte de bouquet désagréable voir douloureux, qui se transformera ensuite en petites croûtes jaunies accompagnées éventuellement d’un léger liquide.
Pour réduire les risques de transmission, quelques règles d’hygiène sont à observer strictement, pendant quelques jours et jusqu’à la cicatrisation. Se laver les mains fréquemment et bien sûr ne pas toucher la zone avec les doigts. Se garder de faire des embrassades et de prêter ses couverts, notamment les verres ou bien sa serviette de table ou de toilette.

Les traitements classiques sont des comprimés ou des pommades de réparation, que l’on applique sur la partie infectée : Zovirax, Zélitrex, Activir… Pour être efficaces, certains produits doivent être appliqués immédiatement dès les premiers signes d’une poussée herpétique. D’autres solutions de soins plus naturelles existent également, tels que l’eau d’alibour, la teinture mer de propolis, l’huile essentielle Ravanssara…
En général, une dizaine de jours suffisent pour la cicatrisation complète, mais il existe parfois des complications même graves. Durant une grossesse le virus peut entraîner des risques neurologiques sur le fœtus, un herpès ophtalmique peut engendrer une kératoconjonctivite pouvant provoquer une cécité. Dans tous les cas de figures il est souhaitable au moins, la première fois de consulter un dermatologue ou un ophtalmologiste.

- Herpès Associations :
http://www.esculape.com
http://informations-herpes.blogspot.fr/

Adresse

102, rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 Paris


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.