evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Astuces, idées et inspirations > Santé, Bien-être > Médecine, santé générale > Index glycémique contre diabète et obésité

Index glycémique contre diabète et obésité

vendredi 9 juin 2017, par Denis

Aujourd’hui, on compte presque quatre millions de diabétiques en France. Plus que jamais, l’index glycémique et l’alimentation sont au cœur du débat.
La glycémie est la teneur du sang en glucose. Elle représente une valeur de référence dans les analyses de sang et participe donc à la représentation de la quantité de sucre.

L’index glycémique est, par conséquent, un moyen de mesure permettant d’entreprendre des stratégies médicales ou personnelles, afin de remédier ou de maîtriser son taux de glycémie dans le sang.
Alors sucrette, aspartam, régime sans sucre, à chacun sa stratégie. Dans tous les cas, consultez absolument votre médecin traitant et, si possible, un nutritionniste (il y en a dans de nombreux hôpitaux de France). Viennent s’ajouter au débat la nutrition saine au quotidien et l’arrivée du bio…

-  Qu’est-ce que l’index glycémique ?

Il permet de mesurer la répercussion d’un aliment sur la glycémie. Le glucide de référence est le glucose auquel la valeur attribuée est 100. Ainsi, un aliment dont l’index glycémique (I.G.) est élevé aura des conséquences importantes sur la glycémie, tandis qu’un aliment dont l’I.G. est bas portera sur des effets moindres.
Ainsi, lors d’un repas, il faut tenir compte de l’index glycémique d’un aliment, mais aussi de la quantité des aliments absorbés. Pour des besoins précis, on pourra toujours calculer la charge glycémique (C.G.) d’un aliment : C.G. = I.G. x quantité de glucides / 100.

La quantité de glucides est donnée par les tables et dépend du poids de la portion. Vous trouverez facilement ces tables : tables d’index glycémique des aliments, notamment ceux couramment consommés. En général, c’est le pain blanc – notre chère baguette, avec un I.G d’environ 95/100 selon les tables, qui figure sur le podium le plus élevé avec la bière (110) et les frites et autres hamburgers…, contrairement aux légumes, à la viande et aux poissons qui sont au bas du tableau (entre 0 et 30) dans les pouvoirs sucrants.

-  Conséquences d’une glycémie élevée

Une élévation de la glycémie entraîne une réponse du pancréas qui sécrète alors de l’insuline, permettant de réguler le taux de sucre dans le sang. Une élévation forte de ce taux par un aliment à I.G. élevé induit un pic d’insuline et donc une hypoglycémie réactionnelle. Aussi, méfiance à l’addiction, le sucre appelle le sucre, un peu sur le principe du tabac. Ici la dérive se caractérise, entre autres, par du poids, de l’obésité, un dysfonctionnement du pancréas (glande annexe du tube digestif) voire, pour des cas plus inquiétants, des pancréatites (inflammation)...
Voilà aussi pourquoi un certain nombre de régimes minceur proposent un programme, entre autres, basé sur l’index glycémique.
Cependant, l’état physique d’un aliment (orange/jus d’orange), sa cuisson (température, durée…) traduit des écarts de variation, parfois sérieux, dans le pouvoir « glycémiant ». Exemple flagrant dans la carotte crue et cuite, ou dans la pomme de terre vapeur ou la purée et la néfaste frite !

-  Conseils et prévention

Le système de l’index glycémique permet ainsi aux personnes diabétiques, par exemple, de surveiller leur alimentation, prévoir et calculer ce qui se caractérise par une organisation alimentaire et des stratégies à adopter ; également pour des individus marqués par l’obésité. Bien que plus récents, d’autres index présentés comme plus pertinents ont été établis, notamment l’index insulinique et l’index de fructose.
Apparaît alors notre éternel refrain salutaire et bienveillant : plus de légumes et moins de graisses. Mais les fruits frais, la viande et les produits laitiers font très bon ménage dans le tableau des I.G. que nous vous invitons à consulter.

Sachez que, le contrôle de la glycémie permet d’améliorer son hygiène de vie, de manger plus sainement et de favoriser le fonctionnement normal du pancréas.
Appliquer l’I.G. au quotidien, c’est consommer au moins trois aliments à I.G. bas dont un par repas, et essayer de répartir sa consommation de glucides tout au long de la journée.
Enfin, mangez équilibré ! Intégrez au moins cinq fruits et légumes par jour. Evitez les sucres ajoutés et préférez les produits bio : par exemple, les produits avec plus de fruits et moins de sucre dans la confiture, ou du chocolat avec du vrai cacao.
Par précaution, un avis médical est impératif car selon son IMC (indice de masse corporelle) et sa santé personnelle, vous serez diagnostiqué avec des variables qui ne sont pas forcément celles que vous auriez imaginées.
Et, bien entendu, n’oubliez jamais une activité physique. Bon sport !

- Fédération Française des Diabétiques

La Fédération Française des Diabétiques est une association de patients, au service des patients et dirigée par des patients. Avec son réseau d"environ 90 associations locales, réparties sur l’ensemble du territoire et son siège national, elle a pour vocation de représenter les 4 millions de patients diabétiques.

Fondée en 1938 et reconnue d’utilité publique en 1976, elle est totalement indépendante de toute institution publique, de tout organisme ou entreprise privée, et de toute corporation professionnelle.

Forte de cette indépendance, la Fédération bénéficie d’une légitimité reconnue auprès des pouvoirs publics, des professionnels de santé et des laboratoires pharmaceutiques.

Pour toute question d’ordre juridique et/ou social, une permanence téléphonique est proposée le mardi de 8h à 12h30 et le jeudi de 13h30 à 18h : T. 01 56 95 18 69
https://www.federationdesdiabetiques.org/

Adresse

88, rue de la Roquette 75011 Paris


Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.