evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Arrondissements de Paris > 16e arrondissement de Paris > Actualités, Paris 16e > Sorties Paris 16e > Expositions, Paris 16e > Évènements et expositions au Musée d’Art moderne de la Ville de (...) > Van Dongen

Van Dongen

vendredi 20 octobre 2017, par André Balbo

Présentation de l’artiste

Voir Présentations d’Artistes de A à Z

Kees van Dongen (1877-1968), peintre hollandais, fut gâté, dans tous les sens du terme, par un succès considérable dès les Années 1920.

Lui dont la caricature et la dénonciation sociale étaient redoutables, fut un authentique artiste d’avant-garde et une des grandes figures du fauvisme.

Il étudia à l’Académie Royale de Peinture de Rotterdam, et commença d’exercer son art dans les paysages hollandais, avec une technique qui allait le faire connaître : les dessins à l’encre de Chine rehaussés d’aquarelle.

Pour ses 20 ans, en cadeau d’anniversaire, Kees Van Dongen partit pour un séjour à Paris... dont il tomba amoureux. Mais malgré l’aide financière de sa famille et l’enchaînement de petits boulots, la vie était difficile et il devait fréquemment retourner en Hollande.

Dans les années 1900, celui qui deviendrait ce peintre d’avant-garde et cette haute figure du fauvisme, dénonçait de façon caricaturale les travers de la société, qu’il illustrait dans des journaux satiriques, comme Le Rire ou Gil Blas, par de puissants dessins aux sombres couleurs.

Ils deviendront plus tard des représentations du pré-fauvisme.

Si Van Dongen cherche alors encore son style, ses récentes rencontres avec Vlaminck et Derain, le mettent sur la voie.

Préfère-t-il une palette sombre ? Une palette colorée ? Encore sous l’influence de Van Gogh, du néo-impressionnisme et du tachisme, il exposera au Salon des Indépendants et dans la Galerie Vollard.

La révélation ne viendra qu’en 1905. Il se décide alors pour un réalisme brutal et fauve.

C’est lui qui proclamera que faire le portrait d’une cliente riche était chose aisée. Il suffisait pour la satisfaire de la peindre plus mince qu’elle n’était, et d’exagérer la taille de ses bijoux... Acidulé, non ?

Kees Van Dongen devint progressivement l’un des personnages les plus en vue des nuits trépidantes, bigarrées et excessives, qui installèrent Paris au firmament de l’Art mondial à cette époque, et posèrent sur la capitale l’étiquette ambivalente des Années folles.

Cet artiste, qui révéla de fulgurantes trouvailles, fut déroutant et véritablement rebelle. Il était fasciné par le corps des femmes, et le fard des visages « blafardés » de lumières crues, dans lesquels on retrouve, Degas, Forain et Toulouse-Lautrec.

Il fut l’un des artificiers et des terroristes de la couleur, puisant les éléments détonants lors de ses voyages au Maroc, en Espagne et en Égypte, réinventant l’Orient et notre fascination pour lui.

Il vécut au début du XXe siècle l’effervescence de Montmartre et la vie de Bohème, avec Picasso et Derain, fut l’un de ceux qui firent migrer l’art à Montparnasse, avant et après 1914, où il tenait aussi un rôle d’ordonnateur de bals, et peignait des femmes les nimbant d’un érotisme torride.

Au cours des Années folles, van Dongen se noya progressivement dans les mondanités, basculant avec ceux qui devenaient une nouvelle élite parisienne, les gens de lettres, du cinéma et de la scène…

Saviez-vous que Kees van Dongen rêvait de devenir van Gogh ?

Et que ce géant fit connaître à Paris quelques-unes de ses plus folles nuits, comme et avec le couturier Paul Poiret ?

L’exposition

Avec 90 peintures, des dessins, des céramiques, de 1895 au début des Années 30, ce fut une fantastique expo au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, sur la période parisienne de Kees van Dongen le gâté.

Elle bénéficia de prêts de prestigieuses institutions, nationales comme internationales, et de grandes collections privées.

Quelques événements se déroulèrent au musée autour de l’exposition :
- le 6 avril 2011 à 12h30, table ronde : « Être commissaire d’une exposition van Dongen », avec les conservateurs parisiens et hollandais ;
- le 14 mai 2011 à partir de 19h et jusqu’à 23h45, dans le cadre de la Nuit des Musées, programme intime de jazz et de musiques populaires, à proximité des œuvres du peintre pour qui la naissance du jazz, du music-hall et du cabaret furent des sources d’inspiration essentielles.
- Le 30 juin 2011, à 19h, concert de Jazz dans l’exposition avec le Big Band du Conservatoire à rayonnement régional de Paris.

Musée d’Art moderne de la Ville de Paris 11 avenue du Président-Wilson 75116 Paris 01 53 67 40 80.


***

Vous retrouvez comme chaque année dans LES GRANDES EXPOSITIONS 2016 à Paris de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans CALENDRIER 2016 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Dans la série Toutes les expositions 2016 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musée d’Orsay, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : Paris Expos Hebdo : Nouveautés, Conseils, Derniers Jours.

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2016 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2015, 2014, 2013, 2012.

Vous pouvez consulter quelques dizaines de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
Angoulême - Arles - Avignon - Bordeaux - Dijon - Grenoble - Ile-de-France - Lens - Lille - Lyon - Marseille - Metz - Montpellier - Nantes - Nice - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen, Le Havre - Saint-Étienne - Strasbourg - Toulouse - Tours

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam, Berlin, Bâle, Bruxelles, Genève, Londres, Madrid, Milan, et Venise.

André Balbo

sources : Visite, Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, Musée Boijmans Van Beuningen de Rotterdam

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.