eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Le Marais > Se promener et visiter Le Marais > Monuments et patrimoine du Marais > L’Hôtel d’Albret

L’Hôtel d’Albret

Dernière mise à jour : lundi 4 mai 2015, par Adele, Franck Beaumont

L’hôtel d’Albret rappelle le nom d’un de ses occupants les plus prestigieux, César d’Albret, cousin lointain d’Henri IV. Il fut Maréchal de France et gouverneur de Guyenne.

Les parties les plus anciennes de cet hôtel datent du XVIe siècle : vers 1550, Pierre Le Jay, trésorier de l’extraordinaire, en est le commanditaire. Mais c’est un riche banquier italien, Mario Bandini, qui fait élever entre 1586 et 1588 le logis entre cour et jardin encore visible aujourd’hui. Fort endetté, il finit emprisonné et sa demeure est vendue en 1601 à Pierre Le Charron, trésorier de l’extraordinaire des guerres.

En 1630, Gabriel de Guénégaud du Plessis, trésorier de l’Epargne, achète l’hôtel, et y vit jusqu’à sa mort en 1638. Il ajoute l’aile gauche sur le jardin, l’aile droite dans la cour (qui abritait les remises). Après lui, son fils Henri poursuivra les travaux dirigé par Mansart jusqu’en 1651. Peu après, Guénégaud confiera à François Mansart un chantier bien plus important : celui de l’hôtel de Guénégaud, situé rue des archives.

En 1654, c’est donc César d’Albret, maréchal de France et beau-frère de Guénégaud qui fait l’acquisition de cet hôtel auquel il laissera son nom. Il y vivra jusqu’à sa mort en 1670, y menant une vie brillante. C’est d’ailleurs dans l’hôtel d’Albret que Madame de Montespan (devenue à partir de 1667 la maîtresse de Louis XIV) rencontre Madame Scarron, veuve du poète, qui habite elle aussi le Marais. Ayant gagné la confiance de madame de Montespan, madame Scarron deviendra gouvernante des enfants du roi, avant de devenir plus tard marquise de Maintenon, et épouse morganatique de Louis XIV.

C’est Jean-Baptiste du Tillet, nouveau propriétaire de l’hôtel, qui fait rebâtir de 1740 à 1744 le bâtiment sur rue avec son magnifique portail, par les architectes Jean-Baptiste Vautrain puis Jean-Baptiste Courtonne le jeune. Comme beaucoup d’hôtel du Marais, l’hôtel d’Albret fut transformé au XIXe siècle en locaux commerciaux. La célèbre lustrerie Baguès et la cartonnerie Audibert-Guillet (fournisseur de grands parfumeurs) y eurent pignon sur rue dans la première moitié du XXe siècle.

En 1975, la Ville de Paris racheta l’hôtel et le remit en état. C’est aujourd’hui le siège de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris. L’immeuble sur rue, de style rocaille, est admirable par son balcon galbé et la grâce de ses scultpures. Le logis en fond de cour est de style Renaissance, même s’il a perdu ses fenêtres à meneaux. Ses lucarnes cintrées sont encadrées de pilastres, comme à l’hôtel Carnavalet voisin. Autrefois, l’aile gauche dans la cour abritait une galerie, malheureusement disparue, qui donnait sur un jardin situé à l’époque à l’est.

Pour découvrir le Marais avec un guide-conférencier et tout savoir sur cette visite guidée, cliquez ici.

Source : Le Marais, évolution d’un paysage urbain, par Danielle Chadych.

Adresse

31 Rue des Francs Bourgeois 75004 Paris


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.