Paris eVous
Accueil Paris Plages Concerts Expositions Salons Enfants Sports Visiter Paris Fooding Shopping Loisirs Sortir à Paris

Accueil > Paris > Se déplacer à Paris > Actualité des transports à Paris > Métro, Paris et Ile-de-France > L’angoisse de se faire pousser sur les voies du métro

L’angoisse de se faire pousser sur les voies du métro

Dernière mise à jour : mercredi 5 octobre 2011, par Adele

Dimanche soir, un homme a été violemment projeté sur les rails. Par miracle, la victime a chuté dans la fosse anti-suicide et le conducteur de la rame a pu freiner à temps. Selon les informations reportées par Le Parisien, la victime, un homme de 25 ans, était en train de discuter avec un ami lorsqu’il a été soudainement poussé sur les rails du métro, sans un mot, sans aucune raison.
Le pousseur, âgé de 30 ans, a été arrêté et placé en garde à vue avant d’être interné à l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police.
C’est le cas typique du « pousseur du métro ». Vous attendez tranquillement votre rame et soudain une personne dont vous avez juste croisé le regard vous fait chuter volontairement sur les rails.

Les « pousseurs de métro »

Les accidents déclenchés par les « pousseurs de métro » sont parmi les faits divers les plus terrifiants.
Bien qu’il n’existe pas de statistiques précises sur ces actes criminels perpétrés par « les pousseurs » du métro et qu’ils sont « rarissimes », selon la RATP, des accidents ont lieu régulièrement.
En 2010, deux voyageurs ont été les victimes de pousseurs de métro et sont décédés.
En 2009, un homme a été grièvement blessé dans les mêmes circonstances.

D’après une étude menée en 2005 par trois psychiatres français, la plupart des « pousseurs » souffrent de schizophrénie, sans-abri, en rupture de soins, avec délires de persécution, accompagnés parfois de troubles liés à l’alcool. Le crime reste immotivé malgré une forte participation délirante et hallucinatoire.

La parade principale demeure les portes palières ou façades de quai, sur les lignes du métro, comme sur celles de la ligne 14 et la ligne 1. Les grandes parois de verre ou de matériaux transparents sont disposées le long des quais, s’emboîtent sur les portes des rames et, en coulissant, permettent aux voyageurs de descendre ou de monter dans les voitures. Ces dispositifs ont été avant tout conçus pour éviter les accidents ou les suicides.

Sur les autres lignes, un seul conseil, ne pas patienter en bordure de voies, mais au moins à 1m50 des bords.