eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Astuces, idées et inspirations > Architecture > Maisons d’architectes > L’hôtel Martel (Paris)

L’hôtel Martel (Paris)

Dernière mise à jour : mercredi 18 mars 2009, par Franck Beaumont

Si vous êtes amateur des constructions de Mallet-Stevens, une promenade s’impose pour vous dans Paris : la rue Mallet-Stevens, dans le 16e, est dans sa quasi totalité l’oeuvre de l’architecte, entre 1926 et 1934. Bien visibles de la rue, les hôtels particuliers ont, pour la plupart, gardé les volumes d’origine : hôtel Mallet-Stevens, hôtels des frères Martel, hôtel Reifenberg, hôtel Allatini, hôtel Dreyfus.

Attachons-nous à l’hôtel Martel (au n° 10), sans doute le plus admirable de tous et le mieux conservé. Les frères Martel sont sculpteurs ; Mallet-Stevens est donc chargé dans le programme de prévoir deux ateliers. Il choisit bien évidemment le rez-de-chaussée, qu’il éclaire par de grandes baies vitrées d’angle, et conçoit un atelier bas (1m35 sous le niveau de la rue), un atelier haut (au niveau de la rue) et une loggia. Ce décalage de niveau va se répécuter sur toute la hauteur du volume, apportant une grande singularité à l’édifice. Au-dessus des ateliers, le programme prévoit 3 appartements autonomes. Pour distribuer l’ensemble, Mallet-Stevens recourt à un escalier cylindrique, placé au centre, et pivot de l’ensemble de la construction. C’est l’élément fédérateur et il se signale plastiquement par un long cylindre qui émerge du volume et se termine au sommet par un observatoire, élément cher à Mallet-Stevens (voir la villa Poiret, la villa Cavrois). Ce cylindre est éclairé par un élégant vitrail vertical du maître verrier Barillet,et le disque au sommet, en ciment carrelé, est décoré de mosaïque rouge sur sa sous-face.

A l’intérieur subsistent un studio-bar dessiné par Charlotte perriand, une grande chambre à coucher dessinée par Gabriel Guévrékian, et des meubles coulissants fixés au mur par des tringles (ils ne reposent pas sur le sol) brillamment conçus par Francis Jourdain.

L’hôtel des frères Martel n’a pas été modifié depuis sa construction et reste à Paris l’oeuvre la plus expressive de Mallet-Stevens.

Hôtel Martel, 10 rue mallet-Stevens, Paris 16e.