eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Le Marais > Se promener et visiter Le Marais > Monuments et patrimoine du Marais > La Chapelle de l’Humanité

La Chapelle de l’Humanité

Dernière mise à jour : mercredi 6 mai 2015, par Adele

Chapelle de l’Humanité : Située, 5 rue Payenne, la Chapelle de l’Humanité demeure le seul temple positiviste subsistant en Europe. Inaugurée en 1903 par des positivistes brésiliens, elle fut conçue comme un temple laïc dévoué à l’avenir de l’humanité. Un Panthéon, sous forme de calendrier positiviste, est représenté sur les murs.

Genèse : On dit que la pensée philosophique en France est née, au XIXème siècle avec Saint-Simon. Ancien combattant de la guerre américaine, ami de Lafayette, le « pape physiciste » , comme il se plait à se nommer, se donnera pour mission de prévoir une relève aux prêtres. La théologie n’a plus lieue d’être. Elle sera remplacée par la philosophie de l’histoire. L’idée de Dieu est remplacée par la loi de Newton.

Auguste Comte entre au service de Saint-Simon, en tant que secrétaire, en août 1817. La collaboration ne dure qu’un trimestre. C’est peu, mais assez suffisant pour que leur rencontre crée une véritable convergence de leurs préoccupations, mais surtout de leurs refus.

Auguste Comte aura beaucoup appris au contact de Saint-Simon. Il n‘aura plus qu’une idée : se faire un nom dans l’enseignement scientifique et dans l’économie politique. Il élabore le « positivisme » et publie le premier "Système de Politique Positive", écrit en quelques nuits. Le 2 avril 1826, Comte ouvre un cours de philosophie positive.

Naissance de la sociologie : Le cours de philosophie est essentiellement pour Auguste Comte un moyen de gagner de l’argent. De moyen, il deviendra un but : fonder la physique sociale. Comte a découvert sa classification des sciences. Sa vision est celle d’un progrès irréversible. L’humanité est en marche. Elle surmonte les obstacles de l’ignorance et de la superstition pour accéder aux vérités positives de la science.

Les méthodes scientifiques permettent de découvrir les lois de l’organisation sociale et du comportement humain. Or les magiciens et les prêtres en empêchent encore l’accès. Auguste Comte s’assigne deux tâches : découvrir et formuler les principes par l’étude exacte des données et des choses et les imposer contre et envers les survivances périmées de l’ancien temps.

Ce parfum si subtil d’anticléricalisme allait faire du positivisme, une véritable arme de guerre dans les pays où le libéralisme s’en prenait violemment à la religion ; la Turquie, l’Italie, la France, le Mexique et surtout le Brésil.

En effet, dans ce pays, le positivisme Comtien s’impose au milieu de du XIXème siècle et se fond dans un vaste mouvement social alimenté par la crise du régime monarchique. Les républicains adoptent le système. Néanmoins, tandis que Comte inventait une loi de progression de l’humanité vers son état positif, les brésiliens adaptent partiellement les préceptes du philosophe. Le positivisme s’enracine au Brésil sous la forme de la défense du progrès et de l’ordre. Ce sont des organisations culturelles brésiliennes qui ont offert la Statue de l’Humanité que l’on peut voir aujourd’hui au Père Lachaise.

Evolution du Positivisme : Le cours de philosophie positive sera rapidement interrompu. Auguste Comte sombre dans la dépression nerveuse. Le jeune philosophe est obsédé par son système. C’est à cette époque, qu’Auguste Comte imagine une œuvre qui sera non seulement philosophique mais également religieuse. Pour reprendre les termes de H. Gouhier « le prêtre perce sous le philosophe, mais le philosophe n’en sait rien ».

Comte a encore deux crises en 1838 et en 1845. Cette dernière sera causée par sa passion pour Clotilde de Vaux. Comte était un système. « Vers 1845, ce système fut amoureux ». Cet amour sera violent et tragique. Du vivant de Clotilde, et plus encore après sa mort, Auguste Comte lui vouera un véritable culte.

Paradoxalement, l’anticléricalisme d’Auguste Comte le conduit à ériger un nouveau culte, celui de la science, et une nouvelle religion (dont Clotilde de Vaux, sera l’égérie). En 1847, il se nomme chef spirituel de la Religion de l’Humanité. Il instaure le calendrier positiviste dont les saints sont les grandes figures de l’histoire de la pensée. Sa devise sera désormais : « L’Amour pour principe, l’Ordre pour Base, le Progrès pour but ».

Auguste Comte meurt en 1857, après avoir déclarcé qu’il prêcherait le positivisme à Notre-Dame, seule religion universelle car scientifiquement conçue.

Adresse

5 Rue Payenne 75003 Paris