eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Astuces, idées et inspirations > Architecture > Maisons d’architectes > La villa Poiret (Mézy)

La villa Poiret (Mézy)

Dernière mise à jour : samedi 14 mars 2009, par Franck Beaumont

Cette étonnante villa fut commandée par le couturier Paul Poiret qui avait acheté un terrain dans les Yvelines et souhaitait y installer sa résidence principale. Son choix se porte sur Mallet-Stevens, alors connu pour ses talents de décorateur mais n’ayant pas encore construit à proprement parler de bâtiments.
Le chantier débutera en 1922 mais en 1923, le gros oeuvre achevé, le chantier est arrêté... en 1926 le couturier est déclaré en faillite. A l’abandon, la villa sera acquise vers 1933 par l’artiste Elvire Popesco, et le second oeuvre est achevé par Mallet-Stevens, qui s’est vu confier la reprise des travaux par sa nouvelle propriétaire. Encore interrompu par la guerre, le chantier sera achevé ensuite par l’architecte Paul Boyer. Dans un état très critique au début des années 2000, cette première oeuvre de Mallet-Stevens a enfin été restaurée.

Puriste d’inspiration, blanche, la villa Poiret fait penser à un vaisseau échoué dans la verdure. Elle s’organise autour d’un patio central. A l’ouest, l’aile de service regroupe cuisine et chambres des domestiques. Au sud-est viennent les pièces de réception, salle à manger et le hall de hauteur double (visible en angle) qui structure tout l’édifice et distribue l’escalier principal et le vestibule d’entrée. Enfin, dans l’aile est viennent une galerie (sorte de salon) puis les appartements de monsieur et de madame.
Au primeir étage, les chambres d’amis et celles des enfants sont indépendantes, desservies par un escalier extérieur. La tour de la cage d’escalier se prolonge en hauteur par un 3e niveau permettant d’accéder à un belvédère abrité sous un hauvent, offrant le spectacle du paysage environnant. On retrouvera ce belvédère, signature de mallet-Stevens, dans la villa Cavrois.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.