eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Astuces, idées et inspirations > Architecture > Expositions d’architecture > Exposition "Le Grand Paris"

Exposition "Le Grand Paris"

Dernière mise à jour : lundi 25 mai 2009, par Franck Beaumont

Exposition ouverte jusqu’au 22 novembre 2009 - Entrée Gratuite.

A l’occasion de l’inauguration de la Cité de l’Architecture, en septembre 2008, le président Sarkozy a exprimé le souhait qu’un "nouveau projet d’aménagement global du Grand Paris" fasse l’objet d’une consultation internationale. C’est chose faite puisque 10 agences françaises et internationales ont rendu leur copie au président. Ces 10 équipes ont travaillé sur 2 chantiers : « la métropole du XXIe siècle de l’après-Kyoto » et « le diagnostic prospectif de l’agglomération parisienne ».

Au sein de la collection de moulages des monuments français, les 10 projections sur l’avenir ont trouvé leur place dans un parcours constitué de 10 modules identiques présentant chacun une esquisse du futur grand Paris.

Voici les principales propositions par thèmes : :

redensifier la ville : :
Tous les projets semblent s’accorder là-dessus, "la ville, c’est la densité". Fini les banlieus pavillonnaires tentaculaires qui grignotent toujours plus la campagne ! Au contraire, l’agence castroimagine des tours qui jouxtent la tour Montparnasse ou encore un paysage de gratte-ciels à la "Central Park" autour du parc de la Courneuve. L’équipe Nouvel propose une métamorphose des grands ensembles et cités de banlieue, en ajoutant, superposant, diversifiant, avec une grande variété de programme... surtout plus de démolition, sources de traumatismes pour les habitants de ces quartiers. L’équipe Lion groupe Descartes propose d’offrir 20 m2 supplémentaires à tout logement, d’autoriser 100 m2 de plus sur une parcelle de pavillon, en dérégulant les règles urbanistiques en vigueur, très limitatives.

mixité des fonctions : :
Portzamparc propose de transformer des bureaux en habitations, des hangars et friches industrielles en bureaux, de créer des quartiers d’une grande plasticité, transformables, évolutifs grâce à l’îlot ouvert. Transformer, rendre de la mixité, dézoner semble aussi être une préoccupation majeure de l’équipe Nouvel pour donner du sens à la ville. Aucune équipe ne fait l’impasse sur cette problématique qui a "plombé" la cohérence du développement urbain depuis les Trentes Glorieuses jusqu’à aujourd’hui.

développement des espaces verts : :
Paris manque d’espaces verts, si l’on y regarde de près (seuls 2 grands bois l’entourent, Boulogne et Vincennes). La plupart des équipes proposent de planter des forêts autour de la ville, de créer des boulevards verts sur des nationales (équipe Lion groupe Descartes) où la vitesse serait plafonnée, véritables lieux de promenade, de fête ou de dsitraction, comme le sont les Grands Boulevards parisiens. D’autres proposent de transformer des axes ferroviaires en chemins verts (de Gare du Nord au péripéhrique, pour l’équipe Portzamparc) ou de les recouvrir d’armatures vertes (Rogers).

maillage par des transports urbains : :
Relier les différents pôles du garnd Paris est un projet partagé par tous, qui d’ailleurs est déjà en gestation depuis des années... certains implantent un train léger au-dessus du périphérique (Portzamparc), créent une ligne rapide annulaire reliant Orly-La Défense-Roissy. D’autres proposent de réduire à une demi-heure maximum le temps à passer quotidiennement dans un trajet habitation-travail, grâce à des trains rapides. L’équipe Grumbach ajoute des voies surélevées sur les autoroutes où des bus très performants prennent le relais sur l’automobile. Nouvel choisit de relier tous les principaux point du Grand paris en moins de 30 minutes.

développement durable : :
Remettre de l’agriculture et de la culture à proximité de la ville ! Parce que le coût énergétique des produits que nous consommons quotidiennement doit être absolument réduit si nous raisonnons durable. L’équipe Rogers Stirk Harbour propose de végétaliser toutes les toitures parisiennes, créant un parc de 400 km2 dans le ciel, aux atouts énergétiques durables incontestables. L’équipe Lin substitue à la confrontation abrupte entre le tissu pavillonnaire (ex : Montesson dans les Yvelines) et le surfaces cultivées une "rue-marché", traversant la plaine, bordée par un parcellaire adapté à l’agriculture urbaine. En ajoutant des forêts, en réconciliant agriculture et urbanité, le groupe Descartes vise une baisse de 2° pour le grand Paris. L’équipe MVRDV vise une autonomie énergétique grâce à l’utilisation du débit de la Seine, la couverture des toits par des panneaux solaires, un paysage éolien à la périphérie... Enfin, le vélo, complément indispensable aux transports en commun verts (tramway), n’est oublié par aucune équipe. Enfin, les italiens Secchi et Vigano introduise un concept assez pertinent, celui de ville poreuse, qui, grâce à la suppression des barrières infranchissables (infrastructures de transport, terrains vagues, zones industrielles), relie des hauts lieux de rencontre ("balises territoriales") comme les musées, stades, parcs : l’eau, la biodiversité, les espaces verts y prennent toute leur importance et sont le terreau de nouvelles pratiques sociales.

Multipolarité : :
L’équipe qui l’exprime le mieux est sans doute celle de Portzamparc, avec le principe de "rhizome", c’est à dire une figure de la croissance urbaine "opportuniste", multipolaire, qui ignore l’arborescence. Mais les autres équipes ne sont pas en reste : Nouvel identifie des "hauts lieux" pouvant accueillir des immeubles en hauteur, sur le principe d’une écoville, comme le port de Gennevilliers. Les aéroports internationaux sont devenus des hubs qui irrigent la ville ; il faut donc urbainsier autour des aéroports (Portzamparc) et aussi concevoir une grande gare Nord-Europe, à Aubervilliers, véritable hub TGV reliant à Londres, Bruxelles et Francfort.

Compétitivité : :
La ville mondiale est devenu le territoire du tertiaire, de la compétitivité et la compétition entre les grandes métropoles, rien qu’à l’échelle de l’Europe, est fortement engagée. L’équipe Nouvel identifie 4 vallées qui seront des pôles de compétitivité, comme la Plaine de France et le plateau de Sacley. Portzamparc imaginer des "communtateurs", comme Massy, véritable "ports urbains" à la confluence de lignes TGV, RER et autoroutes, qui rendent compatible vie quotidienne et compétitivité mondiale.

Territoire de la ville : :
C’est un des points sur lesquels les propositions divergent. La plus culottée est celle de l’agence Grumbach, qui propose la vallée de la seine comme grande métropole, Paris-Rouen-Le Havre, pour donner une façade maritime au grand Paris. D’autres suggèrent de s’arrêter à la première couronne, d’autres à la deuxième, d’exclure les villes nouvelles (équipe Castro) et de limiter la vilel à un rayon de 40 kms. Les limites de la grande métropole leur semblent assez flous, avouons-le. Et l’absence d’entité administrative rassemblant Paris et sa périphérie (à la différence du Greater London ou du Land de Berlin) ajoute de la difficulté à définir un territoire cohérent. Cette dimension politique du grand Paris est plutôt éludée par les équipes...

Cité du Patrimoine et de l’Architecture, place du Trocadéro, Paris 16e - Ouvert lundi, mercredi, vendredi, samedi et dimanche de 11h à 19h - le jeudi de 11h à 2&h - fermé le mardi. -

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.