.evous
> > > >

Modernisation des moyens de paiement, Michel Sapin invité de LSA

Avant de visiter la société Lydia Solutions, Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics, a prononcé un discours sur les principaux enjeux de cette stratégie des moyens de paiement pour introduire la conférence « Moyens de paiement en grande consommation » organisée par le magazine LSA qui se tient ce jeudi 15 octobre.

A cette occasion, le ministre a détaillé le plan d’actions engageant toutes les parties prenantes à la modernisation des moyens de paiement.

Pour le ministre, il s’agit de "réussir la révolution des moyens de paiement". Révolution dans laquelle le commerce a un rôle moteur à jouer. L’enjeu est de fluidifier les paiements pour qu’ils soient plus rapides, pratiques et sûrs pour tous les utilisateurs.

Les acteurs du commerce en ligne, du commerce de proximité ou de la grande consommation, sont les principaux "prescripteurs" des moyens de paiement, les moteurs dans le développement des innovations technologiques de paiement. Les consommateurs souhaitent des moyens de paiement qui leur facilitent la vie, aux acteurs du commerce de répondre à cette attente. De plus les nouvelles technologies du paiement sont un vecteur de gains de productivité, de compétitivité des entreprises.

C’est pour accompagner cette évolution des moyens de paiement que l’Etat rend publique ce jeudi 15 octobre 2015, sa stratégie nationale des moyens
de paiements. Mieux répondre aux attentes, aux besoins des utilisateurs. Développer le paiement par carte bancaire, déjà plébiscité par les français.
Faire en sorte que l’ensemble des commerçants acceptent les petits paiement par carte bancaire. Cela signifie de baisser les frais attachés à ces transactions et à la charge des commerçants. Le souhait du gouvernement est de diviser par deux la commission minimale telle qu’elle est facturée par les banques.
Mettre en oeuvre des mesures réglementaires pour abaisser significativement (-18% dès le 9 décembre) la commission interbancaire qui est souvent répercutée sur les commerçants. Suppression de la part fixe de la commission interbancaire de paiement.
Des dispositions qui réclament plus de transparence dans la communication vers les commerçants, une communication qui favorise la comparaison entre les offres des différentes banques.

Michel Sapin veut une carte bancaire dès le premier euro.

Par ailleurs, la France en avance sur la pratique des virements travaille activement aux travaux de normalisation européens et internationaux sur ces sujets. Faciliter le virement en ligne est sans doute une belle alternative aux chèques dans un grand nombre de cas.

Second axe stratégique du Gouvernement dans son plan, sécuriser les moyens de paiement. Cette sécurité est le principal vecteur de confiance pour les usagers. la France a soutenu la généralisation de l’authentification renforcée à l’occasion des travaux européens sur ce sujet. L’enjeu est d’assurer une sécurité renforcée tout en fluidifiant le parcours client pour ne pas décourager le client par des opérations trop complexes.

La mise en œuvre de cette authentification renforcée représentera un chantier important pour le développement du paiement en ligne., a souligné le Ministre.

Troisième axe stratégique : l’industrie français e des paiements doit être compétitive et performante. 90 000 personnes en France sont impliquées dans cette démarche qui produit 6 à 7 milliards d’euros de valeur ajoutée. Les start-up ont un rôle important à jouer dans ce sens et l’Etat compte bien les aider à travers quelques mesures phares : explorer les conditions de création d’incubateurs, pour les start-up du domaine des moyens de paiement ; valoriser la thématique des moyens de paiements dans les filières de l’enseignement supérieur ; ou encore renforcer le dialogue entre les start-up et grands acteurs.

Quatrième axe : pérenniser l’exercice de concertation engagé à l’occasion des Assises des paiements. le futur Comité national des paiements aura cette vocation.

Source : Le ministère des finances et des comptes publics dans sa communication sur l’allocution du ministre Michel Sapin.

Mots-clés