.evous
> > > >

Paris a concocté le nouveau concept des terrasses de cafés

La Ville de Paris a été extrêmement prudente. Ce n’est qu’après 8 mois de concertation, pas toujours simple, avec riverains et commerçants, que Lyne Cohen-Solal, adjointe de Bertrand Delanoë chargée du commerce, présentera au Conseil des 28 et 29 mars le nouveau règlement des terrasses et étalages. Dossier crucial. La capitale en compte respectivement 12 000 et 6 300, et ils participent pour bonne part à la flatteuse image touristique de Paris… Il était donc stratégique d’avancer avec volontarisme mais des précautions de Sioux pour rénover des textes datant déjà de 20 ans.

Ainsi les bâches en plastique souple, qui protègent les fumeurs du froid, et emprisonnent avec eux la chaleur, les fumées et les odeurs, seront-elles interdites d’ici 2 ans. Elles sont jugées trop cheap et trop moches. Certains cafés s’en servaient pour délimiter leur terrasse. Ils trouveront autre chose.

Disparition programmée, également dans les 2 ans, pour les appareils extérieurs de chauffage au gaz, que les commerçants privilégiaient par souci d’économie. Ils pourront être remplacés par des chauffages électriques, pas forcément beaucoup plus écologiques « s’il faut les éteindre et les rallumer à chaque fois qu’un client arrive », dit la patronne du bar Le Carrefour, dans le Marais. « Ces chauffages électriques seront taxés » par la Ville, annonce Lyne Cohen-Solal, afin d’inciter davantage les cafetiers à proposer une couverture. Jacques Boutault, maire écolo du IIe, aurait préféré sur le sujet un texte plus contraignant : « Il est inadmissible que le chauffage électrique soit maintenu. Ça n’a aucun sens de chauffer la rue ! »

Dans les zones piétonnes, et dans un souci « d’égalité de traitement des commerces dans tout Paris », le nouveau règlement autorisera les terrasses fermées. Cela permettra de limiter le bruit, « ce qui correspond souvent à une attente forte des riverains ». Les terrasses fermées devront donc l’être par des panneaux vitrés.

Le nouveau texte accorde aussi la possibilité d’installer des contre-terrasses sur des trottoirs de 6m de large (au lieu des 9m actuels).

Les cafetiers auront l’obligation de mettre des cendriers dans les terrasses ouvertes.

Musées et théâtres seront autorisés à installer quelques tables sur le pavé… Une bonne idée. Et un petit soutien discret à la culture ?

Essentiel : les cafés devront permettre le libre passage aux piétons, aux poussettes et aux personnes handicapées. La nouvelle réglementation réaffirme donc avec force la règle d’un passage de 1,60m au minimum sur les trottoirs. Tables et chaises ne devront pas occuper plus d’un tiers du trottoir, sauf dans certaines zones piétonnes bien particulières, comme la rue Montorgueil par exemple, où « la seule obligation sera de laisser un passage de 4m au centre de la chaussée ».

Il est en effet difficile de traiter la rue Montorgueil comme les Champs-Élysées ou Pigalle. Le nouveau règlement pourra donc, - pour coller aux réalités du terrain, et c’est certainement habile -, être complété par des chartes locales, votées dans les conseils d’arrondissement et par la suite validées par la mairie centrale.

André Balbo

sources : Le Parisien, Ville de Paris, JDD

Mots-clés