evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Expositions > Tours 2017-2018 : châteaux, musées, expositions

Tours 2017-2018 : châteaux, musées, expositions

lundi 3 juillet 2017, par André Balbo

Accès libre et gratuit le 1er dimanche du mois aux collections permanentes des musées et établissements suivants : au Cloître de la Psalette, au Musée des Beaux-arts, au Château de Tours, et, dans la région, au Château d’Azay-le-Rideau.

Accès rapides à nos contenus : Le Château de Tours, Le Musée des Beaux-Arts, Le Musée du Compagnonnage, Le Museum d’Histoire naturelle, Le Centre de création contemporaine Olivier Debré, Le Cloître de la Psalette

Tours, dans le département d’Indre-et-Loire, est dans la Région Centre-Val-de-Loire.

Tours, et son Château, qui organise avec le Jeu de Paume de Paris de formidables expositions gratuites de photographie, et son musée des Beaux-Arts à la riche collection permanente, et les prochaines expositions temporaires.

Et Blois, pour ces architectures si rarement assemblées comme dans la cour de son formidable Château... Vendôme.


***

Le Château de Tours

- Le Château de Tours. 25, avenue André-Malraux, 37000 Tours 02 47 70 88 46 ou 02 47 61 02 95 ou 02 47 21 61 95. www.tours.fr/139-chateau.html. Du mardi au dimanche de 14 à 18h. 4 ou 2€. Visites commentées destinées aux visiteurs individuels le samedi à 15h.

+ Le Château de Tours présente depuis une dizaine d’années une programmation produite par le Service des expositions de la Ville de Tours, et consacrée à l’ensemble des champs de la création, de l’archéologie à l’art contemporain : peinture, photographie, sculpture... Depuis 2010, la Ville de Tours et le Jeu de Paume se sont donc rapprochés pour présenter des expositions de photographies à caractère patrimonial.

+ Du 27 juin au 29 octobre 2017. Willy Ronis

Cette exposition consacrée au photographe français Willy Ronis (1910-2009) est réalisée à partir du fond de la donation qu’il a faite à l’État en 1983, dévoilant des photographies restées encore méconnues.

« La photographie c’est l’émotion » : disait Willy Ronis, ce grand photographe qui fut, avec Robert Doisneau, Izis, Sabine Weiss... l’un des représentants du courant humaniste français. Beaucoup de ses photos relèvent de ce regard porté sur le quotidien pour élaborer des micro-récits à partir de personnages et de situations ayant pour cadre la rue, et sont désormais érigées en « monuments » de l’histoire de la photographie. Elles trahissent moins l’existence d’un instant donné qu’une façon particulière de représenter l’utopie de l’unanimité humaniste : s’extasier devant la réalité et observer la fraternité des peuples.

S’il est vrai que ses images souscrivent, dans une certaine mesure, à cette vision optimiste de la condition humaine, Ronis n’en édulcore cependant pas l’injustice sociale et s’intéresse aux classes les plus démunies.

Willy Ronis, Le Nu provençal, Gordes (Vaucluse), 1949. Tirage argentique © Succession Willy Ronis/Rapho/Eyedea
Sa sensibilité aux luttes quotidiennes pour survivre dans un contexte professionnel, familial et social précaire montre que les convictions politiques de Ronis, militant communiste, l’incitaient à un engagement actif, que ce soit par la production ou la circulation d’images de la condition et de la lutte ouvrières.

On a généralement tendance à circonscrire la production de Willy Ronis au territoire français. Pourtant, même si la plupart de ses images les plus reproduites ont été prises en France, depuis sa jeunesse Ronis n’a eu de cesse de voyager et de photographier d’autres lieux.

Son style reste intimement lié à son vécu et à son propre discours sur la photographie. Il n’hésitait pas à évoquer sa propre vie et son contexte politique et idéologique. Au fil de ses images et de ses textes, on découvre ainsi un photographe désireux avant tout d’explorer le monde, épiant en secret, attendant patiemment que celui-ci lui dévoile ses mystères. À ses yeux, l’important est davantage de recevoir des images que d’aller les chercher, d’absorber le monde extérieur plutôt que de le saisir et, de là, bâtir son propre récit.

+ Du 18 novembre 2017 au 27 mai 2018. Lucien Hervé

Secrétariat à Chandigarh, © 1955, Lucien Hervé

Connues et reconnues dans le monde entier, les photographies de Lucien Hervé sont l’une des sources les plus importantes pour les chercheurs spécialistes de Le Corbusier. Pourtant le parcours de l’artiste ne se restreint pas à l’architecture. L’artiste est profondément intéressé par l’homme et par toutes les cultures qu’il a créées.

Retour : Haut de la page


Le Musée des Beaux-Arts

- Le Musée des Beaux-Arts, 18 place François Sicard, 37000 Tours. Tél 02 47 05 68 73. Ouvert tlj de 9h à 12h45 et de 14 à 18h, sauf le mardi. Fermé le mardi, le 1er janvier, le 1er mai, le 14 juillet, les 1er et 11 novembre et le 25 décembre. 5 ou 2,5€. www.mba.tours.fr. Le musée s’est installé dans le palais épiscopal qui date du XVIIIe siècle. Un grand cèdre du Liban orne la cour, d’où l’on peut voir, dans un bâtiment face au palais, un éléphant empaillé. L’accès est gratuit.

+ Les collections. Le musée détient quelques chefs-d’œuvre dont notamment les deux tableaux d’Andrea Mantegna (Jésus au jardin des oliviers et La Résurrection) provenant de la prédelle du retable de San Zeno, le 3e élément, La Crucifixion, étant conservé au musée du Louvre.


Andrea Mantegna, Jésus au jardin des oliviers, huile sur bois, 66 × 88 cm, 1459.

La collection comporte d’autres œuvres de peintres primitifs italiens, dont Antonio Vivarini, Giovanni di Paolo, Lippo d’Andrea ou Lorenzo Veneziano.

D’autres artistes italiens plus tardifs sont représentés : Giovanni Battista Moroni, Antonio Tempesta (La Mort d’Absalon et Le Passage de la mer Rouge), Mattia Preti (Le Triomphe de Silène, vers 1635), Sebastiano Conca, Francesco Cairo ou Giuseppe Bazzani.

Pour le XVIIe siècle de la peinture française, il est illustré par des œuvres de Claude Vignon, Philippe de Champaigne, Jacques Blanchard, Eustache Le Sueur, Noël Coypel, Pierre Patel, Louis Cretey, Charles de La Fosse et Hyacinthe Rigaud.

Le XVIIIe siècle est représenté par Antoine Coypel, Nicolas de Largillière, Louis de Boullogne, Jean Jouvenet, Jean Raoux, Pierre Subleyras, François Lemoyne (Pygmalion voyant sa statue animée, 1729), Jean-Marc Nattier (Persée, assistée par Minerve, pétrifie Phinée et ses compagnons en leur présentant la tête de Méduse, morceau de réception à l’Académie royale de peinture et de sculpture en 1718), François Boucher, Carle Van Loo, Alexandre Roslin, Nicolas Lancret (4 panneaux), Jean-Baptiste Perronneau, Jean-Baptiste Deshays de Colleville, Joseph Vernet, François-André Vincent et Hubert Robert.

Pour la peinture française du XIXe siècle, très riche : des œuvres d’Ingres, Théodore Chassériau, Eugène Delacroix, Edgar Degas et Claude Monet (Un bras de la Seine près de Vétheuil).

En peinture flamande et hollandaise, vous aurez le plaisir de pouvoir voir des Rubens, Rembrandt (La Fuite en Égypte), et quelques autres dont Frans Franken, et Bartholomeus van der Helst.

Le XXe siècle est moins richement représenté : un bel ensemble de peintures abstraites d’Olivier Debré, quelques œuvres de Maurice Denis, Maria Elena Vieira da Silva ou Marinette Mathieu.

En sculpture, notons le bronze de Jean-Antoine Houdon, Diane, l’un des très rares tirages originaux de l’œuvre en marbre exécutée à partir de 1776, ainsi que des œuvres d’Antoine Coysevox (Buste de Louis XIV), Auguste Rodin (Balzac drapé, bronze, 1898), Antoine Bourdelle, Alberto Giacometti, Alexander Calder (Mobile, métal peint, vers 1957) et Olivier Debré.

+ Du 30 juin au 2 octobre 2017. Dans les collections de la BnF : Mantegna graveur

La Bibliothèque nationale de France expose au Musée des Beaux-Arts de Tours 8 gravures d’Andrea Mantegna (1431-1506). Présentées aux côtés des deux panneaux peints par l’artiste et conservés au Musée, ces pièces montrent l’importance et la qualité remarquable de l’œuvre gravé de Mantegna.

Cet éminent artiste est l’un des plus grands peintres de la Renaissance italienne, actif d’abord à Padoue, puis à Mantoue où il devient le peintre de cour attitré des Gonzague.

Célébré de son vivant, il parvint, selon les termes de l’épitaphe qui orne son tombeau dans l’église Saint-André de Mantoue, à égaler, voire à surpasser le grand peintre de l’Antiquité Apelle.

Il fut aussi l’un des premiers artistes italiens de la Renaissance à saisir tout l’intérêt de la gravure pour la diffusion de son œuvre peint. Qu’il ait ou non lui-même tenu le burin, il employait dans son atelier des graveurs avec lesquels il travaillait en étroite collaboration et les estampes réalisées d’après ses dessins comptent parmi les chefs-d’œuvre de la gravure de son temps.

La renommée de ses gravures dépassait les frontières de l’Italie et un artiste comme Dürer copia plusieurs de ses compositions gravées.

Le département des Estampes et de la photographie de la BnF conserve la plupart des gravures réalisées par Mantegna ou d’après ses propres compositions.

Cet ensemble est issu en partie de la collection de l’abbé Michel de Marolles (1600-1681), dont l’acquisition par Colbert, en 1667, constitue l’acte de naissance du Cabinet des Estampes de la Bibliothèque royale.

À Tours, les 8 gravures de la BnF rejoignent temporairement le parcours consacré aux Primitifs italiens, récemment réaménagé. Elles sont accrochées aux côtés des deux panneaux peints représentant le Christ au jardin des Oliviers et la Résurrection. Ceux-ci proviennent de la prédelle du retable qu’Andrea Mantegna peignit de 1457 à 1459 pour le maître-autel de la basilique San Zeno à Vérone. Saisis lors des campagnes d’Italie, ces panneaux sont conservés au musée de Tours depuis 1806.

Andrea Mantegna, Le Christ ressuscité entre saint André et saint Longin - La Vierge à l’Enfant - Mise au tombeau avec les quatre oiseaux, département des Estampes et de la photographie, BnF

Les gravures sélectionnées, représentant des scènes de la vie du Christ – Vierge à l’Enfant, Crucifixion, Déposition, Mise au tombeau... – entrent en résonance avec les deux chefs-d’œuvre du maître conservés à Tours.

Cette confrontation montre combien les recherches sur la lumière tout comme le rendu monumental des compositions et des figures sont des constantes de l’œuvre à la fois peint et gravé d’Andrea Mantegna.

+ Du 21 octobre 2017 au 23 janvier 2018. Joseph-Benoît Suvée (1743-1807), de Bruges à Rome.

D’origine flamande, Joseph-Benoît Suvée, dont la carrière se déroule à Paris, joue un rôle de premier ordre dans la seconde moitié du XVIIIe siècle en France et sur le développement du néoclassicisme en Flandres. Excellent pédagogue, il forme notamment des artistes flamands dont il facilite la venue à Paris, participant ainsi à un véritable renouveau pictural en introduisant le goût français dans son pays d’origine. Ces qualités lui valent d’être nommé directeur de l’Académie de France à Rome en 1792, poste qu’il occupe après les années de tourmente révolutionnaire. Le palais Mancini ayant été saccagé lors d’émeutes en 1793, c’est à la villa Médicis qu’est rétablie l’Académie, Suvée devenant ainsi le premier directeur de ce lieu emblématique et prestigieux. C’est sous sa direction qu’une nouvelle génération d’artistes complète sa formation à Rome en ce tout début du XIXe siècle en particulier Ingres, le plus talentueux d’entre eux.

Suvée effectue ses premières années de formation à Bruges sa ville natale, dans l’Académie récemment fondée sur le modèle de celle de Paris. Il y obtient ses premiers succès, puis part se perfectionner à Paris, dans l’atelier de Jean-Jacques Bachelier dont il reste toute sa vie proche. Il obtient en 1771 le Grand Prix devançant David qui lui en garde une rancune tenace. Ce concours marque ainsi, pour un temps, la supériorité de Suvée sur David. Ses premières peintures sont manifestement influencées par les productions de Vien dont il fut l’un des élèves. Dès cette époque, Suvée affirme son talent de peintre religieux, comme en témoigne les quatre grandes peintures qu’il peint pour les Frères Minimes à Ypres, parmi lesquels La Naissance de la Vierge qui obtient un grand succès au Salon de 1779.

À Rome, c’est un nouvel artiste que l’on découvre, un artiste qui semble appréhender avec une curiosité aiguë et un intérêt vif les sites antiques de la Ville éternelle. Il réalise à Rome mais aussi à Tivoli, à Frascati puis en Sicile effectuant un voyage en compagnie du comte d’Orsay, de très nombreux dessins dont certains font partie des plus belles réussites de Suvée. C’est un artiste curieux, attentif, sensible qui se révèle et qui nous fait partager le plaisir qu’il a à découvrir les monuments antiques dont il cherche toujours à montrer les facettes les plus inattendues. Après avoir séjourné de 1772 à 1778 en Italie il rentre à Paris où il est reçu peintre d’histoire à l’Académie Royale et joue alors un rôle important parmi les peintres de sa génération.

Les peintures qu’il expose régulièrement au Salon de 1779 à 1796 témoignent d’une adhésion sans réserve au néo-classicisme. Il recherche en permanence dans ces œuvres une sorte de simplification des compositions, enrichi par une science des effets de drapés et une idéalisation des visages. C’est en revanche avec un réalisme aigüe et une grande intensité psychologique qu’il peint de très nombreux portraits en particulier pendant les années révolutionnaires, les plus célèbres étant ceux qu’il réalise pendant la Terreur dans la prison Saint Lazare où il est incarcéré, réalisant les portraits de ses compagnons d’infortune, en particulier celui du poète André Chénier.

Retour : Haut de la page


Le Musée du Compagnonnage


- Le Musée du Compagnonnage, 8, rue Nationale 37000 Tours, 02 47 21 62 20. www.museecompagnonnage.fr. Tous les jours jusqu’au 15/09, mais sauf le mardi, du 16 septembre au 15 juin, de 9 à 12h30 et de 14 à 18h. Fermé les 1er janvier, 1er mai, 14 juillet, 1er novembre, 11 novembre, 25 décembre. 5,50 ou 3,80€.

Classé "Musée de France", réaménagé dans l’ancienne abbaye Saint-Julien, ce musée présente des chefs-d’œuvre collectifs du XIXe siècle, exécutés en vue de la réception, mais aussi des attributs des Compagnons (cannes, gourdes, couleurs), des tableaux souvenirs, des outils, des archives. Les traditions et réalisations des Compagnons du tour de France, depuis leurs origines jusqu’à nos jours sont représentés.

Retour : Haut de la page


Le Museum d’Histoire naturelle

- Le Museum d’Histoire naturelle, 3 rue du Président Merville, 02 47 21 68 08. Du mardi au vendredi de 10 à 12h et de 14 à 18h, samedi et dimanche de 14 à 18h. Fermé les 1er mai et 14 juillet. 3,50 ou 1,80€.

+ Du 1er avril au 26 août 2017. Fourmis

Que l’on habite la campagne ou la ville, les fourmis font partie de notre environnement proche. Ces formidables insectes sont une source de curiosité pour nous tous, en particulier les plus jeunes.

Cette exposition inédite a pour objectif d’inviter chaque visiteur à mieux connaître leur fabuleuse diversité et leur organisation sociale à travers différents modules thématiques et interactifs.

La présentation de nombreuses colonies locales et exotiques illustre cette visite où, reine, ouvrières et autres soldats n’auront plus de secrets pour vous !

Retour : Haut de la page


Le Centre de création contemporaine Olivier Debré

- Le Centre de création contemporaine Olivier Debré, Jardins François Ier. 37000 Tours. 02 47 66 50 00. www.cccod.fr.

+ Du 11 mars au 17 septembre 2017. Olivier Debré. Un voyage en Norvège - Galerie blanche

À partir d’une œuvre exceptionnelle de la donation Debré, l’aventure norvégienne de l’artiste est mise en avant. À ce jour méconnu, ce lien avec la Norvège permet de porter un nouvel éclairage sur l’œuvre du peintre.

+ Du 11 mars au 3 septembre 2017. Chambre d’huile - Per Barclay - Nef

Cet artiste norvégien présente une "Chambre d’huile", profond reflet d’huile noire redoublant et magnifiant l’échelle monumentale de la nef. Le public est invité à vivre un voyage vertigineux.

+ Du 8 juillet au 12 novembre 2017. Révélation - Lee Ufan .

Carte blanche donnée à l’artiste coréen qui, quelque temps après son intervention au chateau et dans les jardins de Versailles, ici, pour la galerie noire, a imaginé et créé un espace et un labyrinthe de pénombres et de noirs. Les nuances de l’obscurité.

+ Du 13 octobre 2017 au 4 février 2018. L’instrumentarium - Klaus Rinke .

L’artiste réactivera son installation/performance de 1958 dans la grande Nef.

+ Du 13 octobre 2017 au 2 avril 2018. Düsseldorf mon amour - Un aspect de la scène artistique de Dûsseldorf .

Le CCC OD propose une traversée de la scène artistique allemande, des années 50 à aujourd’hui.

+ Du 9 décembre 2017 au 11 mars 2018. Exposition personnelle - Cécile Bart .

L’artiste française développera un dispositif inédit mettant en jeu peinture, cinéma et danse.

Retour : Haut de la page


Le Cloître de la Psalette

- Le Cloître de la Psalette, 7 Rue de la Psalette, Tours. Ouvert le dimanche de 14 à 17h.

Le cloître de la Psalette, en plein cœur du centre-ville. Photo Archives NR

Collé à la cathédrale Saint-Gatien, le cloître est, à partir du Haut Moyen-Âge, le lieu de travail des chanoines de la cathédrale. À découvrir l’escalier à vis, dans l’angle Nord-Est, attribué à Bastien François, "réplique" miniature de celui du château de Blois.

Retour : Haut de la page


Voir aussi :
Tours, musées et expositions, Blois, Vendôme.


***

Vous retrouvez comme chaque année dans PARIS 2017. LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Le CALENDRIER 2017 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Dans la série Toutes les expositions 2017-2018 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musées d’Orsay et de l’Orangerie, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, au musée Guimet, au musée Galliera, au Petit Palais, et au Château de Versailles.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : PARIS EXPOS HEBDO. Nouveautés / Conseils / Derniers Jours.

Vous pouvez consulter plus d’une centaine de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2017 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2016, 2015, 2014, 2013, 2012.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions 2017 dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
- Aix-en-Provence - Albi - Les Alpilles - Angers - Angoulême - Antibes - Arles - Aubagne - Avignon - Bègles - Biarritz - Biot - Blois - Bordeaux - Bourg-en-Bresse - Brest - Cagnes-sur-Mer - Cannes - Carcassonne - Dijon - Grasse- Grenoble - Hyères - Ile-de-France : Auvers/Oise, Boulogne-Billancourt, Bussy-Saint-Martin, Chamarande, Chantilly, Châtenay-Malabry, Compiègne, Écouen, Fontainebleau, Giverny, L’Isle-Adam, Jouy-en-Josas, Malmaison, Marne-la-Vallée, Meudon, Milly-la-Forêt, Noisiel, Pantin, Pierrefitte/Seine, Poissy, Pontoise, Royaumont, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud, Saint-Denis, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Ouen-l’Aumône, Sceaux, Sèvres, Versailles, Vitry/Seine, Yerres - L’Isle-sur-la-Sorgue - Landerneau - Le Cannet - Le Havre - Lens - Le Rayol - Le Canadel/Mer - Les Sables-d’Olonne - Les-Saintes-Maries-de-la-Mer - Libourne - Lille : Villeneuve d’Ascq, Roubaix, Tourcoing, Croix, Graveline, Cassel, Valenciennes - L’Isle-sur-la-Sorgue - Lodève - Lyon - Marseille - Martigues - Metz - Monaco - Montauban - Montpellier - Mougins - Nantes - Narbonne - Nice - Nîmes - Nogent/Seine -Ornans - Rennes - Rodez - Rouen - Saint-Étienne - Saint-Nazaire - Saint-Paul-de-Vence - Saint-Tropez - Sérignan - Sète - Strasbourg - Toulon - Toulouse - Tours - Valence - Vallauris - Vence - Vendôme - Villeurbanne

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam : Harlem, Rotterdam, La-Haye, Bois-le-Duc, - Bâle - Berlin - Bruxelles - Genève - Liège - Londres - Madrid - Milan - Monaco - Venise

À voir également :
- La carte des grandes expositions, musées et collections permanentes en France
- La carte des grandes expositions, musées et collections permanentes en Europe

André Balbo

sources : visites, musées, presse...


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.