evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Le Marais > Sorties, Le Marais > Expositions dans le Marais > Événements et expositions au Centre Pompidou et à la BPI > Exposition Beat Generation : Kerouac, Burroughs, Ginsberg...

Exposition Beat Generation : Kerouac, Burroughs, Ginsberg...

mercredi 23 novembre 2016, par André Balbo

Le catalogue Beat Generation. New York San Francisco Paris, édité par le Centre Pompidou, s’est vu décerné une Mention spéciale au Prix CatalPa 2016 pour les catalogues d’expositions de Paris.

Du 22 juin au 3 octobre 2016 se tenait une grande exposition sur ce mouvement si particulier parti des États-Unis...

Vieille histoire, que celle-là, mes enfants. New York 1943.

On convient de dire que ce serait Jack Kerouac qui utilisa le premier, c’était en 1948, l’expression "Beat Generation". Il décrivait par ce terme son groupe d’amis (étaient-ils si fatigués ou cassés que cela ?) à John Clellon Holmes, qui l’évoquera dans son roman générationnel Go, parlant d’une sorte de manifeste esthétique d’une génération perdue, une révolte face aux conformismes de tous poils.

La « Beat Generation » serait donc un mouvement d’inspiration littéraire et artistique né aux États-Unis, dans les années 1950, à l’initiative de William Burroughs, Allen Ginsberg et Jack Kerouac, qui se rencontrent à New York, étudiants à la Columbia University en 1944 ou 1943. Qui étaient-ils alors ? Des aspirants à quelque chose qui demandaient un peu d’attention et beaucoup de libertés. Et de la lumière !

Génération trauma ! Les États-Unis ont gagné la guerre... et utilisé par deux fois la bombe atomique. Ils puent le maccarthysme, les conventions sociales, le racisme et le puritanisme. La consommation à tout crin serait-elle le seul nouveau Veau d’Or proposé ? Et par les nouveaux médias et cette reproductivité facilitée des messages, la reproduction unilatérale et généralisée d’une décérébration univoque, sans poésie et dépourvue d’âme allait-elle s’abattre sur l’Amérique et donc sur le monde ?

Heureusement, la Côte Ouest se placera rapidement sous influence, sous cette influence d’idées si renversantes de valeurs et pernicieuses, notamment autour de la librairie de Lawrence Ferlinghetti à San Francisco, de la maison d’édition City Light, et brièvement autour de la Six Gallery dans laquelle a lieu, le 7 octobre 1955, la célèbre lecture par Allen Ginsberg de son poème Howl (1956), qui donnera lieu à un retentissant procès pour obscénité et apportera aux poètes Beat une célébrité paradoxale.

Et puis il y eut Sur la Route, de Jack Kerouac (1957), une autre des œuvres phares de ce mouvement commencée en 1951.


Bob Dylan et au fond à gauche Allen Ginsberg.

Entre 1958 et 1963, Paris devient à son tour l’un des principaux foyers de la Beat Generation : William Burroughs, Gregory Corso, Allen Ginsberg, Peter Orlovsky, Brion Gysin... logent régulièrement au Beat Hotel, 9 rue Gît-le-Cœur, haut-lieu de la Bohême d’après-guerre et laboratoire d’expérimentations visuelles et sonores.

C’est ici que Brion Gysin, William Burroughs et Antony Balch développent la technique du « cut-up », que William S. Burroughs écrit Naked Lunch (Le Festin nu, 1959, eut aussi droit à un procès pour obscénité), et que Brion Gysin invente sa « Dreamachine ».

John Cohen : Robert Frank, Alfred Leslie, Gregory Corso, 1959 © L. Parker Stephenson Photographs, NYC

William Burroughs, Allen Ginsberg et Jack Kerouac annoncent la déferlante à venir de la libération sexuelle et du mode de vie très décalé de la jeunesse des années 1960, celle qui allait bouleverser la société américaine dans ses certitudes en s’érigeant contre les racismes, l’homophobie, et en défendant des idées libertaires et pacifistes qui replaçaient l’homme au milieu du cosmos.

La Beat Generation "a directement inspiré aussi bien les mouvements de mai 1968 que l’opposition à la guerre du Vietnam, ou les hippies de Berkeley et Woodstock.

Pourtant (elle) a aussi contribué à enrichir le mythe américain. Sur la Route, le roman le plus connu de Kerouac, est une ode aux grands espaces, à l’épopée vers l’Ouest, à la découverte de mondes nouveaux."

Brion Gysin. Calligraphie, 1960. Encre de Chine sur papier marouflé sur toile. Collection Thieck.

La Beat Generation encourageait à la vie naturelle, à la liberté, à la créativité perpétuelle, et elle cherchait avidement dans l’underground toutes les éventuelles traces d’un monde meilleur à venir.

L’exposition « Beat Generation », imaginée et présentée au Centre Pompidou est la première grande rétrospective sur ce thème en Europe. Inédite, elle met l’accent sur cet épisode parisien, souvent oublié, d’un mouvement qui allait profondément marquer la création contemporaine.

Suivant un parcours géographique, cette exposition épouse le nomadisme Beat, de New York à San Francisco, Mexico, Tanger et Paris.

Elle est l’occasion de montrer comment le mouvement Beat a correspondu, peut-être pour la première fois dans l’histoire, à un usage systématique des techniques analogiques par les écrivains et les artistes (magnétophone, disque, radio, téléphone, appareil photo, caméra...) et de confronter l’œuvre de cinéastes (Christopher MacLaine, Bruce Baillie, Stan Brakhage, Stan Vanderbeek...) à celle des photographes (Allen Ginsberg et William Burroughs en collaboration avec Robert Frank, Charles Brittin, John Cohen, Harold Chapman...) ou encore de montrer les extensions de la culture Beat à la scène artistique californienne (Wallace Berman, Bruce Conner, George Herms, Wally Hedrick, Jay DeFeo...).

Évidemment la tâche n’était pas facile. Comment faire passer dans une exposition ce sentiment brouillon d’une époque faite de poésie, d’ouverture maximale, d’opposition têtue aux conventions, d’explosions multiples de médias vociférants et de ces idées nouvelles si douloureusement orientées vers les sensations, les plaisirs et la déconstruction ?

Si c’était l’effet de rought que respirait la Beat Generation qui était recherché, il est plutôt trop bien obtenu. Les nostalgiques y trouveront leurs miels et quelques pépites qui tétaniseront leurs neurones peut-être un tantinet assoupis, mais quelle ésotérisme obtenu vis-à-vis des jeunes générations ? Quels accès rendu difficile et ardu à une possible mise en commun des révoltes ? Et quelles images vieillies et catacombesques ?

Le rouleau de Kerouac se déploie dans une semi-obscurité. Les messages se brouillent et s’entrechoquent les uns les autres. Si peu de couleurs. Et tant de gris. Nous sommes à la limite de ce qu’une exposition peut parvenir à faire ressentir. La marche était peut-être un peu haute. Qu’aurait-il été préférable de faire ? Peut-être le catalogue sera-t-il plus apte à jouer ce rôle de passeur d’expériences, à exprimer l’originalité et la force de ces messages annonciateurs de tant de bouleversements...

Les commissaires de l’exposition sont Philippe-Alain Michaud et Jean-Jacques Lebel.

Beat Generation, du 22 juin au 3 octobre 2016, Centre Pompidou, Galerie 1, Niveau 6, 75191 Paris cedex 04. 01 44 78 12 33. Métro Hôtel de Ville, Rambuteau. Ouverte de 11 à 21h, tous les jours, sauf le mardi, 14 ou 11€. Valable le jour même pour le musée national d’art moderne et l’ensemble des expositions. Accès gratuit pour les adhérents du Centre Pompidou (porteurs du laissez-passer annuel).

Lire aussi : Toutes les expositions 2016-2017 au Centre Pompidou.


***

Vous retrouvez comme chaque année dans LES GRANDES EXPOSITIONS 2016 à Paris de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans CALENDRIER 2016 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nouvellement en ligne :
Le CALENDRIER 2017 des grandes expositions à Paris
PARIS 2017. LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z

Dans la série Toutes les expositions 2016 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musée d’Orsay, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, au musée Guimet, au musée Galliera, et au Petit Palais.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : PARIS EXPOS HEBDO. Nouveautés / Conseils / Derniers Jours.

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2016 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2015, 2014, 2013, 2012.

Le catalogue de cette exposition a reçu une Mention spéciale au Prix CatalPa 2016 pour les catalogues d’expositions de Paris. Le Prix CatalPa, dont c’était la 5e édition, a été créé en 2012 par l’association Les Arpenteurs d’expositions, reconnue d’intérêt général.

"Beat Generation n’est pas qu’une histoire de très beaux garçons (Ginsberg, Burrough, Corso, Kerouac) à la recherche de paradis artificiels et partis sur la route des contradictions de l’Amérique de l’Après-guerre ployant sous tant de contradictions. C’est une histoire d’amour libre avec les mots, de poésie accouchée dans les douleurs du racisme, de l’homophobie et des ventres vides.

Une couverture couleur bitume, traversée d’un rail blanc, comme sortie d’un vieux sac à dos fatigué par la pluie et les aventures. Le lecteur se fait auto-stoppeur emporté dans cette épopée moderne de la contre-culture qui, si elle influencera et fera rêver des générations entières, fera aussi grincer les dents des tenants rances de l’ordre-famille-patrie.

Ce catalogue ne nous épargne rien, ni le meilleur, avec ses textes dactylographiés au kilomètre, ses superbes portraits de dandies narcissiques, ses collages et vidéos amateurs d’une incroyable sensualité, ni le pire, ses fréquentes crises de delirium, ses coups de couteau ou de revolver, mortels soit, mais toujours accidentels !

Prolongement idéal d’une formidable exposition au Centre Pompidou aujourd’hui terminée, ce guide de papier réussit l’exploit de porter le lecteur jusqu’au bout de la route que Kerouac eut tant de mal à avaler d’une seule traite, celle qui passe par San Francisco, New York, Mexico et se termine à Paris, rue Git-Le-Cœur, au Beat Hotel, chambre 25." Les Arpenteurs d’expositions

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
- Angoulême - Arles - Avignon - Bordeaux - Dijon - Grenoble - Ile-de-France - Lens - Lille - Lyon - Marseille - Metz - Montpellier - Nantes - Nice - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen, Le Havre - Saint-Étienne - Strasbourg - Toulouse - Tours

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam, Berlin, Bâle, Bruxelles, Genève, Londres, Madrid, Milan, et Venise.

André Balbo

sources : Centre Pompidou, Wikipédia, Philippe-Alain Michaud, Jean-Jacques Lebel

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.