eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 7e > Actualités, Paris 7e > Sorties, Paris 7e > Expositions, Paris 7e > Évènements et expositions au Musée Rodin > Exposition Kiefer-Rodin au musée Rodin

Exposition Kiefer-Rodin au musée Rodin

Dernière mise à jour : lundi 6 mai 2019, par Expositions

Du 14 mars au 22 octobre 2017, deux artistes exceptionnels au musée Rodin

Alors qu’Anselm Kiefer avait été initialement invité par le musée Rodin à travailler à partir de l’ouvrage si personnel et souvent perçu comme d’approche difficile (beaucoup traduit, publié et acheté, mais si rarement lu), que Rodin avait consacré aux « Cathédrales de France », l’artiste allemand a très vite souhaité élargir ses investigations à l’ensemble de l’univers créatif du sculpteur.

Omniprésence de la tour, et de la femme, évidemment, son complément et son modèle, la quintessence et l’association de l’érection de tout ce qui a pu, peut et pourra être construit par l’Homme.

Et cela se comprenait d’autant mieux que Kiefer, comme Rodin l’avait été en son temps, est un artiste qui expérimente sans fin des combinaisons de formes et s’intéresse à la matière, associant délibérément des éléments de provenance et de statut hétérogènes, revenant sur les mêmes idées projetées sur des médias différents.

À travers ses vitrines, ses peintures, ou ses livres, Kiefer joue de tous les supports et use de toutes les techniques pour comprendre, intégrer ou retraité l’héritage du passé, de son passé comme de nos passés communs.

Portrait d’Anselm Kiefer par Charles Duprat, 2014

Là, il s’est prêté à cerner, apprivoiser, approcher l’univers rodinien, dans lequel souvent, à sa grande surprise, il ne manquait pas de remarquer des démarches et des chemins qui leur étaient communes.

Carte blanche "générale et globale" lui a donc été volontiers accordée, au-delà de l’objectif fixé initialement des "cathédrales", et les œuvres de Anselm Kiefer ont investi la salle d’exposition, mais aussi un peu partout dans le musée Rodin. Cette exposition témoigne de la rencontre singulière de ces géants hors limites, pétris tous deux de liberté et affranchis de toutes contingences ou limitations dans leurs expressions artistiques.

Les similitudes de parcours, de sources d’inspiration et de procédés créatifs de Kiefer et de Rodin mettent en évidence une originalité instinctive.

Attirés par l’accident, ouverts et disponibles au hasard, ces deux artistes ont exploité et exploitent tous les domaines, manipulent toutes les matières, empruntent les chemins de traverses et s’autorisent autant d’agencements et d’audacieuses mutations.

Anselm Kiefer, Berthe au grand pied, 2016, 190 x 80 x 70 cm, verre, métal, plomb, gomme-laque et plâtre, © Anselm Kiefer, ph. Georges Poncet, collection particulière

La première salle est d’une grande majesté qui impose aux visiteurs, tel un sas, un changement d’état mental et d’attention, avec les formats monumentaux des tableaux "cathédrales" d’Anselm Kiefer, et les références liturgiques nous invitant à élever nos cœurs (comme le symbolisent cet arbrisseau sec et cette molécule d’ADN dressée), prière initiale à la cérémonie eucharistique, et à nous donner davantage, comme le fit à son martyre saint Barthélémy, dont les lambeaux de peau...

Attiré par les débris et abattis directement issus du ciment rodinien qu’il mêle aux reliques de sa propre vie et à d’autres matériaux inattendus, Anselm Kiefer a réalisé une série de vitrines, toutes totalement inédites, créant de cette manière des rapprochements souvent inattendus et parfois déroutants.

L’artiste ingurgite alors, assimile et digère pour engendrer ici des formes nouvelles, et dans son approche artistique, il a certainement participé à hacher un peu plus les débris des moules de plâtre du grand Auguste Rodin qui gisent éclatés aux sols de certaines de ses vitrines.

Dans son travail préparatoire, lorsque Anselm Kiefer s’est immergé profondément dans l’œuvre de Rodin. Il a revisité des croquis d’architectures, en nombre limité, l’immense corpus des dessins érotiques, consulté gravement à plusieurs reprises, et si proches de ses propres inspirations (certains de ses dessins ayant été faits dans les années 1970...), s’est arrêté volontiers aux dessins découpés avant d’être attiré par les innombrables sujets en plâtre déclinés par Rodin et la profusion de fragments de jambes, de bras ou de têtes (que Rodin nommait les "abattis"), qui lui ont permis d’imaginer des formes nouvelles.

Anselm Kiefer, Auguste Rodin : les Cathédrales de France, 2016, 330 x 380 cm, huile, acrylique, émulsion et gomme-laque sur toile © Anselm Kiefer, ph. Georges Poncet, collection particulière

Sous le verre, Kiefer a "guetté l’étincelle", selon sa propre expression, de ses métamorphoses. De la même manière, les moules des sculptures de Rodin exhumés, fatigués et salis, verrouillés, brisés ou éventrés, témoignent d’une vie passée.

Confrontés à l’univers de Kieffer, ils deviennent aussi les ferments d’un autre moment de création qui était, ou même reste à venir. La forme, qui y était exposée, prisonnière, préservée, prête à éclore, presque palpable, a pu être traversée, forcée et réinventée par l’artiste regardeur traçant de nouvelles voies. De l’effet mystérieux et tellurique de l’empreinte...

Dans sa peinture, Anselm Kiefer, véritable artiste-alchimiste, sature la matière de pigments. Les couches sont labourées, les pâtes pétries, faisant naître de ces substances dont les tonalités sont terreuses les "tours-cathédrales", noircies, malmenées mais érigées et triomphantes, annonçant peut-on croire d’une autre renaissance.

Terreuses comme le sont les dessins jetés et crachés, couleur sépia, des modèles dont le sculpteur était perpétuellement chasseur de gestes en bord d’équilibre.

En 2013, Kiefer entreprenait en hommage à Rodin et à l’ouvrage que celui-ci publia en 1914, un travail autour de la "Cathédrale".

Dans ses livres marmoréens, aux dimensions organiques des Cathédrales, il rejoint à la fois la poésie et l’érotisme de Rodin, entre dévotion sacrée et jouissance profane.

Si chacun de ces livres est unique, leur ensemble partage la même puissance évocatrice : la femme, sensuelle et tentatrice, s’accapare l’église, joue avec elle, les symboliques de créations, procréation et récréation s’imposent, et les taches colorées librement répandues rappellent en écho le travail acharné et rapide du sculpteur.

La série de livres aux effets marbrés fait naître de leur matière et de leurs épaisseurs minérales des silhouettes féminines à la fois affirmées et évanescentes.

Ainsi les lignes souples et sensuelles de ces nus féminins surgissent de la feuille rocheuse et se fondent dans les veines qui évoquent celles du marbre.

En écho à cette présentation, le parcours du musée est modifié afin d’exposer pour la première fois des plâtres de Rodin totalement méconnus (dont l’assemblage : Enfant d’Ugolin et figure ailée, plâtre vers 1890-1900, et l’Absolution), témoins des préoccupations communes aux deux artistes et des mêmes combats esthétiques.

Anselm Kiefer, Marmorklippen, 2014, 81 x 58,5 x 8 cm (fermé), 814 x 117 cm (ouvert), huile, acrylique, émulsion, gomme-laque et plomb sur toile, © Anselm Kiefer, ph. Charles Duprat, collection particulière

Si Kiefer et Rodin jouent de tous les supports, usent de toutes les techniques pour comprendre ou digérer l’héritage du passé et assouvir leur amour du métier, ils célèbrent avant tout leur culte commun du travail à travers une même quête, toujours inquiète, celle de la vérité, jamais embellie.

Les Walkyries. 2016. Verre, métal, tissu, plâtre, acrylique, plomb, argile, zinc et fusain.

Commissariat général Catherine Chevillot, Directrice du musée Rodin, Conservateur général du patrimoine
Commissariat scientifique Véronique Mattiussi, Responsable scientifique du fonds historique, Adjointe au chef de service de la Recherche
Commissaires associées Sophie Biass-Fabiani, Conservateur, chargée des œuvres graphiques, des peintures et de l’art contemporain
Hélène Marraud Attachée de conservation, chargée des sculptures.

Kiefer - Rodin, du 14 mars au 22 octobre 2017, au musée Rodin, 79, rue de Varenne 75007 Paris, 01 44 18 61 10, Métro Varenne. Du mardi au dimanche de 10h à 17h45. Nocturne le mercredi jusqu’à 20h45. Accès aux collections permanentes, au jardin de sculptures et à l’exposition, 10 ou 7€. Programme et billetterie musee-rodin.fr.

Lire aussi :
Rodin, l’exposition du Centenaire
Kiefer-Rodin
Enfin un musée Camille Claudel !
L’Enfer, selon Rodin
Rodin, la chair, le marbre
Rodin, la lumière de l’Antique
Rencontre Mapplethorpe - Rodin
Auguste Rodin, dessinateur
Rodin : l’exposition du Centenaire


***

Vous retrouvez comme chaque année dans PARIS 2017. LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Le CALENDRIER 2017 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Dans la série Toutes les expositions 2017-2018 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musées d’Orsay et de l’Orangerie, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, au musée Guimet, au musée Galliera, au Petit Palais, et au Château de Versailles.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : PARIS EXPOS HEBDO. Nouveautés / Conseils / Derniers Jours.

Vous pouvez consulter plus d’une centaine de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2017 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2016, 2015, 2014, 2013, 2012.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions 2017 dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
Aix-en-Provence - Albi - Les Alpilles - Angers - Angoulême - Antibes - Arles - Aubagne - Avignon - Bègles - Biarritz - Biot - Blois - Bordeaux - Bourg-en-Bresse - Brest - Cagnes-sur-Mer - Cannes - Carcassonne - Dijon - Grasse- Grenoble - Hyères - Ile-de-France : Auvers/Oise, Boulogne-Billancourt, Bussy-Saint-Martin, Chamarande, Chantilly, Châtenay-Malabry, Compiègne, Écouen, Fontainebleau, Giverny, L’Isle-Adam, Jouy-en-Josas, Malmaison, Marne-la-Vallée, Meudon, Milly-la-Forêt, Noisiel, Pantin, Pierrefitte/Seine, Poissy, Pontoise, Royaumont, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud, Saint-Denis, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Ouen-l’Aumône, Sceaux, Sèvres, Versailles, Vitry/Seine, Yerres - L’Isle-sur-la-Sorgue - Landerneau - Le Cannet - Le Havre - Lens - Le Rayol - Le Canadel/Mer - Les Sables-d’Olonne - Les-Saintes-Maries-de-la-Mer - Libourne - Lille : Villeneuve d’Ascq, Roubaix, Tourcoing, Croix, Graveline, Cassel, Valenciennes - L’Isle-sur-la-Sorgue - Lodève - Lyon - Marseille - Martigues - Metz - Monaco - Montauban - Montpellier - Mougins - Nantes - Narbonne - Nice - Nîmes - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen - Saint-Étienne - Saint-Nazaire - Saint-Paul-de-Vence - Saint-Tropez - Sérignan - Sète - Strasbourg - Toulon - Toulouse - Tours - Valence - Vallauris - Vence - Vendôme - Villeurbanne

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam : Harlem, Rotterdam, La-Haye, Bois-le-Duc, - Bâle - Berlin - Bruxelles - Genève - Liège - Londres - Madrid - Milan - Monaco - Venise

André Balbo

sources : musée Rodin...