eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Le Marais > Les incontournables dans le Marais, Paris 3e et 4e > Expositions à la Maison Européenne de la Photographie > Exposition des photographies de Christine Spengler (1970-2016)

Exposition des photographies de Christine Spengler (1970-2016)

Dernière mise à jour : mardi 23 octobre 2018, par André Balbo

Du 6 avril au 5 juin 2016 à la Maison européenne de la photographie.

Comme il est souvent dit dans les films romantiques, il y a au moins deux femmes en Christine Spengler, et deux facettes de son œuvre au minimum dans cette exposition présentant 40 ans d’une carrière peu banale.

Christine Spengler a été correspondante de guerre, déterminée à risquer sa vie pour une image qui ferait le tour du monde. Cette vocation-là s’est découverte à elle par hasard dans le Tibesti tchadien en guerre qu’elle traverse en toute inconscience avec son jeune frère Éric. Elle saisira de dos deux combattants toubous armés de Kalachnikovs, partant au front les doigts enlacés.

Vietnam, 1985, la danse du sabre

Après le suicide de son frère 3 ans plus tard, pour lui, comme en mission, elle décidera de couvrir en correspondante de guerre bon nombre des guerres les plus terribles de son époque.

"Pour témoigner des causes justes". Ce sera pour l’agence Sipa. Du côté des opprimés des conflits : Irlande du Nord, Vietnam, Liban, Iran, Afghanistan, Kosovo, Irak, et très récemment encore dans la "jungle de Calais" ou avec les migrants sans abri dans les rues de Paris.

Mais dans ces scènes absolument tragiques, elle traquera les souffles de vie, les regards, l’humain qui traîne encore dans ces champs de ruines, préférant transmettre les visages des vivants aux images des cadavres.

Liban. Beyrouth, 1996. À quelques mètres de l’ancienne ligne de démarcation qui séparait les communautés chrétienne et musulmane, une jeune mariée resplendissante agite un drapeau libanais au milieu des ruines.

Elle n’a reculé devant aucun subterfuge pour approcher des personnages réputés inaccessibles tel l’Ayatollah Khomeiny. Accusée d’être une espionne sioniste, elle sera la cible de militants pro-palestiiens qui la prendront en otage à Beyrouth. Vie héroïque ? Vie d’aventures ?

Quel courage et quelle dose d’inconscience lui aura-t-il fallu pour traverser ces situations toutes plus dangereuses les unes que les autres ? Cela aura-t-il suffi à la protéger ? Sa condition de femme l’a-t-elle rendue plus facilement "acceptable" dans ces tragédies exaspérées où la mort gomme si vite la moindre suspicion ?

Frida Kahlo. Saint-Paul-de-Vence, 2015

Restent ces clichés si fort des événements qui bornent nos mémoires. Elle s’en est sortie. De peu. Dans quel état ?

Un exorcisme était certainement nécessaire pour s’extraire des domaines de la mort endémique. Était-ce pour cela que des photos-autels furent créés par elle aux membres de sa famille ? Pour retisser les liens, et retrouver les siens, vivants ou morts ?

Comme si ce ne pouvait être qu’après que ce laborieux travail ait été fait à la fin des années 1980 que l’exposition, ou Christine Spengler elle-même, était alors en droit de se livrer à la couleur, à la photographie retravaillée, peinte, enluminée, glorifiée, sanctifiée, saint-sulpicisée.

Voilà l’entrée triomphale de ses compagnes de route, de celles qui lui permirent de revenir d’un lieu où l’on abandonne normalement la vie et la mémoire : Frida Kahlo, Maria Callas, Jeanne Moreau, Marguerite Duras, femmes apôtres de la résilience et belles figures de l’appétit de vivre. Le panthéon choisi ne manque ni de souffle ni d’élégance !

Christine Spengler. L’Opéra du monde, du 6 avril au 5 juin 2016, à la Maison européenne de la photographie, 5 / 7 rue de Fourcy 75004 Paris, 01 44 78 75 00, www.mep-fr.org, Métro Pont Marie ou Saint-Paul. Ouvert du mercredi au dimanche de 11 à 20h. Fermé lundi, mardi, et jours fériés. 8 ou 4,5€. Entrée gratuite le mercredi de 17 à 20h.

Et, à la MEP, du 6 avril au 5 juin 2016, voir aussi les expositions : Patrick Zachmann. So Long China (1982-2015) ; Jean-François Joly. Terres d’exil ; Tadzio. Lumière noire ; Alain Pras. L’Âge de fer.


Patrick Zachmann. So Long China (1982-2015). Pékin, mai 1989. Avenue Chang An.


***

Vous retrouvez comme chaque année dans LES GRANDES EXPOSITIONS 2016 à Paris de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans CALENDRIER 2016 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Dans la série Toutes les expositions 2016 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musée d’Orsay, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, au musée Guimet, et au musée Galliera.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : PARIS EXPOS HEBDO. Nouveautés / Conseils / Derniers Jours.

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2016 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2015, 2014, 2013, 2012.

Le catalogue de Christine Spengler, L’Opéra du monde fait partie de notre sélection 2016.

Vous pouvez consulter quelques dizaines de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
Angoulême - Arles - Avignon - Bordeaux - Dijon - Grenoble - Ile-de-France - Lens - Lille - Lyon - Marseille - Metz - Montpellier - Nantes - Nice - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen, Le Havre - Saint-Étienne - Strasbourg - Toulouse - Tours

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam, Berlin, Bâle, Bruxelles, Genève, Londres, Madrid, Milan, et Venise.

André Balbo

sources : Visite, Maison européenne de la photographie

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.