evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 8e > Actualités Paris 8e > Sorties dans Paris 8e > Expositions, Paris 8e > Évènements et expositions au Musée Jacquemart-André > Septembre 2017. Exposition sur les impressionnistes de la Collection (...)

Septembre 2017. Exposition sur les impressionnistes de la Collection Ordrupgaard

lundi 29 mai 2017, par André Balbo

Du 15 septembre 2017 au 22 janvier 2018 au musée Jacquemart-André : Cézanne, Sisley, Monet, Gauguin, Renoir... les impressionnistes de la Collection Ordrupgaard.

La Collection Ordrupgaard

Couple féru d’art, l’homme d’affaires danois Wilhelm Hansen (1868-1936) spécialisé dans les assurances et sa femme Henny (1870-1951) choisissent en premières acquisitions de la collection qu’ils entendent constituer des œuvres d’artistes de l’âge d’or danois, comme Johan Thomas Lundbye, ou contemporains, comme L.A. Ring, Viggo Johansen ou Vilhelm Hammershøi.

Wilhelm Hansen avait été "ouvert à l’art" et au milieu artistique dès ses années d’études par son ami et homonyme Peter Hansen, qui sera par la suite un des membres du collectif de peintres danois Fynboerne.

Pierre-Auguste Renoir (1841-1919), Portrait d’une Roumaine (Madame Iscovesco), 1877, huile sur toile, 41 x 33 cm Ordrupgaard, Copenhague © Ordrupgaard, Copenhague / Photo Anders Sune Berg

Certains de ces artistes deviendront d’ailleurs des intimes de Wilhelm et Henny qui, tout au long de leur vie, vont étoffer leur collection en y intégrant des peintures d’artistes danois, puis un imposant corpus français.

C’est par la suite, au cours de ses nombreux déplacements professionnels qu’il effectue à Paris, que Wilhelm Hansen découvre la peinture moderne française.

En seulement deux ans, de 1916 à 1918, il y constitue une collection, unique par son envergure en Europe du Nord, avec notamment des œuvres de Manet, Monet, Renoir, Cézanne, Gauguin…

Henri Matisse (1869-1954), Fleurs et fruits, 1909, huile sur toile, 73 x 60 cm © Ordrupgaard, Copenhague / Photo Anders Sune Berg

Ses interlocuteurs, dans cette démarche, sont les plus importants marchands d’art parisiens d’alors, comme Bernheim-Jeune, auquel il achète Le Pont de Waterloo, temps gris, de Monet et le Portrait de Madame Marie Hubbard, par Morisot, ou Paul Rosenberg qui lui vend Le Garage des bateaux-mouches, de Sisley.

Paul Cézanne (1839-1906), Baigneuses, vers 1895, huile sur toile, 47 x 77 cm © Ordrupgaard, Copenhague / Photo Anders Sune Berg

Chaque tableau est choisi avec soin, souvent sur la recommandation du critique Théodore Duret, un ami du groupe impressionniste et l’un de leurs plus fervents admirateurs. C’est lui qui conseille à Wilhelm Hansen d’acquérir la Corbeille de poires, de Manet, œuvre tardive qui deviendra l’un des tableaux favoris du collectionneur.

Wilhelm Hansen élabore son ambitieuse collection avec rigueur : il souhaite rassembler 12 œuvres de chacun des artistes les plus importants, de Corot à Cézanne.

Paul Gauguin (1848-1903), Portrait d’une jeune fille, Vaïte (Jeanne) Goupil, 1896, huile sur toile, 75 x 65 cm © Ordrupgaard, Copenhague / Photo Anders Sune Berg

C’est avec cet objectif qu’il fonde en 1918, avec d’autres collectionneurs et marchands d’art, un consortium afin de faire des acquisitions d’art français « par bloc ». Ainsi les associés se procurent-ils par exemple la collection de Georges Viau et 28 œuvres de la collection d’Alphonse Kann, se répartissant les pièces achetées et revendant celles qu’ils ne souhaitent pas conserver.

Cette démarche permet à Wilhelm Hansen de réunir, avec un pic entre 1916 et 1918, une collection présentant une vue d’ensemble cohérente des débuts de l’art moderne français, des pré-impressionnistes au fauvisme.

La Jeune Fille sur l’herbe de Morisot, Les Arbres bleus, de Gauguin, Les Falaises d’Étretat, de Courbet, les Baigneuses, de Cézanne, Fleurs et fruits, de Matisse… sont autant de chefs-d’œuvre qui rejoignent les cimaises de sa collection, décrite en 1918 par le collectionneur Klas Fåhraeus comme « la plus belle collection impressionniste au monde ! ».

En 1922, la plus grande banque privée du Danemark, la Danish Landmansbank, fait banqueroute. C’est une catastrophe pour Wilhelm Hansen qui vient de contracter auprès d’elle un prêt. Pour s’acquitter au plus vite de ses dettes, il se voit contraint de vendre la moitié de sa collection d’art français et de se séparer d’œuvres exceptionnelles de Corot, Manet, Monet, Cézanne, Gauguin...

Alfred Sisley (1839-1899), Le Déchargement des péniches à Billancourt, 1877, huile sur toile, 50 x 65 cm Ordrupgaard, Copenhague © Ordrupgaard, Copenhague / Photo Anders Sune Berg

Une fois cette crise surmontée, il acquiert à nouveau une quarantaine de peintures françaises, parmi lesquelles la Jeune Italienne assise en vue d’un lac, Le Moulin à vent, Hamlet et le fossoyeur, de Corot, Marine, Le Havre, de Monet, et l’exceptionnel Épisode de chasse au chevreuil, de Courbet.

Ces nouvelles acquisitions confirmeront le statut exceptionnel de la collection de Wilhelm Hansen, présentée à Ordrupgaard.

En 1916, Wilhelm et Henny Hansen achètent un terrain près d’Ordrup Krat, au nord de Copenhague, et font appel à l’architecte Gotfred Tvede pour y construire une résidence d’été, qui devient leur résidence principale. Ils y intègrent une galerie d’art qui abriter leur collection de peintures françaises.

Imposant manoir, Ordrupgaard et la collection sont inaugurés le 14 septembre 1918. Les Hansen instaurent une ouverture hebdomadaire au public de leur collection, fidèles à leur volonté d’offrir à l’art français une large audience au Danemark.

Selon leurs dernières volontés, le manoir d’Ordrupgaard, situé au nord de Copenhague, revient à l’État danois qui en fait un musée en 1953.

Entre 2003 et 2005, l’architecte Zaha Hadid conçoit une extension qui double la surface d’Ordrupgaard (3 300 m2). D’aspect minéral, sa structure en béton et roche volcanique joue des courbes et contrecourbes, et de longues sections en verre ouvrent sur le parc et ses arbres.

L’exposition de la Collection Ordrupgaard de Wilhelm et Henny Hansen à Jacquemart-André

Le musée Jacquemart-André présente pour la première fois à Paris une sélection de plus de 40 tableaux de la prestigieuse collection des Hansen.

Édouard Manet (1832-1883), Corbeille de poires, 1882, huile sur toile, 35 x 41 cm Ordrupgaard, Copenhague © Ordrupgaard, Copenhague / Photo Anders Sune Berg

De Corot à Cézanne et Matisse, en passant par les paysages changeants de Monet, Pissarro, Sisley, et les sensuels et doux portraits de Renoir, Morisot ou Gonzalès, l’exposition permet de découvrir des trésors artistiques français... peu connus en France.

Sont également mis à l’honneur des tableaux d’artistes aussi emblématiques que Degas, Manet ou Courbet.

Un impressionnant final est consacré à l’art fort et vibrant de Gauguin.

Après le musée Jacquemart-André, l’exposition sera présentée au musée des Beaux-Arts du Canada à Ottawa.

Claude Monet (1840-1926), Le Pont de Waterloo, temps gris, 1903, huile sur toile, 65,5 x 100,5 cm Ordrupgaard, Copenhague © Ordrupgaard, Copenhague / Photo Anders Sune Berg

Le commissariat général a été évidemment confié à Anne-Birgitte Fonsmark, directrice du musée d’Ordrupgaard, à Copenhague, et à Pierre Curie, conservateur du Musée Jacquemart-André.

Les impressionnistes de la Collection Ordrupgaard, du 15 septembre 2017 au 22 janvier 2018 au Musée Jacquemart-André, 158 boulevard Haussmann, 75008 Paris, www.musee-jacquemart-andre.com. Métro Lignes 9 et 13, stations Saint-Augustin, Miromesnil ou Saint-Philippe-du-Roule. RER Ligne A, station Charles de Gaulle-Étoile. Bus 22, 43, 52, 54, 28, 80, 83, 84, 93. Ouvert tous les jours de 10 à 18h. Nocturne le lundi jusqu’à 20h30 en période d’exposition. 13,50 ou 10,50€. Audioguide exposition temporaire 3€.


***

Vous retrouvez comme chaque année dans PARIS 2017. LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Le CALENDRIER 2017 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Dans la série Toutes les expositions 2017-2018 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musées d’Orsay et de l’Orangerie, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, au musée Guimet, au musée Galliera, au Petit Palais, et au Château de Versailles.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : PARIS EXPOS HEBDO. Nouveautés / Conseils / Derniers Jours.

Vous pouvez consulter plus d’une centaine de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2017 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2016, 2015, 2014, 2013, 2012.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions 2017 dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
- Aix-en-Provence - Albi - Les Alpilles - Angers - Angoulême - Antibes - Arles - Aubagne - Avignon - Bègles - Biarritz - Biot - Blois - Bordeaux - Bourg-en-Bresse - Brest - Cagnes-sur-Mer - Cannes - Carcassonne - Dijon - Grasse- Grenoble - Hyères - Ile-de-France : Auvers/Oise, Boulogne-Billancourt, Bussy-Saint-Martin, Chamarande, Chantilly, Châtenay-Malabry, Compiègne, Écouen, Fontainebleau, Giverny, L’Isle-Adam, Jouy-en-Josas, Malmaison, Marne-la-Vallée, Meudon, Milly-la-Forêt, Noisiel, Pantin, Pierrefitte/Seine, Poissy, Pontoise, Royaumont, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud, Saint-Denis, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Ouen-l’Aumône, Sceaux, Sèvres, Versailles, Vitry/Seine, Yerres - L’Isle-sur-la-Sorgue - Landerneau - Le Cannet - Le Havre - Lens - Le Rayol - Le Canadel/Mer - Les Sables-d’Olonne - Les-Saintes-Maries-de-la-Mer - Libourne - Lille : Villeneuve d’Ascq, Roubaix, Tourcoing, Croix, Graveline, Cassel, Valenciennes - L’Isle-sur-la-Sorgue - Lodève - Lyon - Marseille - Martigues - Metz - Monaco - Montauban - Montpellier - Mougins - Nantes - Narbonne - Nice - Nîmes - Nogent/Seine -Ornans - Rennes - Rodez - Rouen - Saint-Étienne - Saint-Nazaire - Saint-Paul-de-Vence - Saint-Tropez - Sérignan - Sète - Strasbourg - Toulon - Toulouse - Tours - Valence - Vallauris - Vence - Vendôme - Villeurbanne

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam : Harlem, Rotterdam, La-Haye, Bois-le-Duc, - Bâle - Berlin - Bruxelles - Genève - Liège - Londres - Madrid - Milan - Monaco - Venise

André Balbo

sources : Jacquemart-André

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.