evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Le Marais > Se promener et visiter Le Marais > Visite du quartier - Le Marais > Histoire et visite dans le Haut-Marais, rue Charlot

Histoire et visite dans le Haut-Marais, rue Charlot

vendredi 6 octobre 2017, par Denis

Une rue typique du Haut Marais dans le 3e, devenue tendance et située dans ce quartier touristique et à la mode. Petite histoire de la rue Charlot.


La rue Charlot qui fut dite primitivement « rue d’Angoumois » commence rue des Quatre-Fils et finit boulevard du Temple. Baptisée en 1926, elle ne peut donc devoir son appellation au nom créé par Charlie Chaplin, mais porte celui du lotisseur du quartier, Claude Charlot, ex-paysan languedocien, devenu riche financier au XVIIe siècle qui y avait fait bâtir plusieurs maisons. Ouverte en 1626, entre les rues des Quatre Fils et Béranger, et en 1694, entre la rue Béranger et le boulevard du Temple. Depuis février 1851, la rue d’Orléans, la rue de Berri et donc la rue d’Angoumois ne font qu’une : c’est la rue Charlot.

Au N°5, un hôtel datant de 1614, qui semble avoir été, avant la Révolution, propriété des d’Ormesson.
Au N°6 on trouve l’église catholique arménienne Sainte-Croix, précédemment connue sous le nom de Saint-Jean Saint-François. Primitivement, c’est-à-dire avant 1623, l’endroit était occupé par un jeu de paume qui fut remplacé par un couvent de capucins, dits « capucins du Marais », reconnaissables de loin à leurs longues barbes et aux capuchons pointus de leurs manteaux.

Quand Mme de Sévigné (1626-1696) habita la rue de Thorigny toute proche, elle fréquenta régulièrement la chapelle de ce couvent que la Révolution ferma et qui devint l’église Saint-François-d’Assise en 1791 ; fermé à son tour en 1793, cette église fut rachetée à son tour en 1798 et rendu au culte après le concordat de 1801.
Le célèbre facteur d’orgues Aristide Cavaillé-Coll (1811-1899) y installa un instrument dont les compositeurs César Franck (1822-1890), Léo Delibes (1836-1891) et Jules Massenet (1842-1912) furent les plus célèbres détenteurs.

Au N°8, hôtel du début du XVIIIe siècle où habita, en autres, à partir de 1842, Louis-Marie Debelleyme (1787-1862) qui a sa rue près d’ici et qui, en qualité de préfet de police, imposa pour les transports en commun les célèbres omnibus ; il créa aussi les sergents de ville en faisant porter un uniforme aux agents de police qui jusqu’alors étaient vêtus, en service, d’un costume bourgeois ou ouvrier qui ne les distinguait pas du quidam ordinaire.
Au 9 naquit Nestor Roqueplan (1804-1870) qui fut successivement rédacteur en chef du Figaro, administrateur de l’Opéra-Comique, des Variétés et du Châtelet.

Au N°57, hôtel du marquis de Boulainvilliers dont la femme recueillit une jeune fille abandonnée par ses parents, Jeanne de Valois (1756-1791), qui plus tard, sous le nom de la comtesse de La Motte, joua un rôle important dans l’Affaire du collier de la Reine.

Située dans le Haut Marais, elle commence actuellement à la rue des Quatre-Fils et se termine en remontant, au boulevard du Temple.
Une petite rue relativement étroite et connue pour son charme et son aspect typique du Marais. Elle est parsemée de petites boutiques artisanales, qui depuis peu sont largement remplacées par des boutiques de mode et des nouveaux commerces tendances.

Et plus d’infos pour visiter le Marais

En images

Adresse

Rue Charlot 75003 Paris


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.