.evous
> > > > > >

Jean-Paul Huchon, président du Stif et de l’Ile-de-France, contraint de délocaliser au Maroc

DERNIÈRE ACTU. C’est l’un des feuilletons de l’été. En résumé : Le Parisien a révélé jeudi 26 juillet que le Stif, le syndicat des transports franciliens présidé par Jean-Paul Huchon, s’apprête à transférer certains services d’assistance téléphonique au Maroc. Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg demande à Jean-Paul Huchon de faire marche arrière. Cependant, Jean-Paul Huchon lui expliquait dans un courrier du 11 juillet, dont l’AFP a eu la copie, que le Stif "n’a eu d’autre choix" que d’attribuer ce service à un prestataire situé au Maroc en raison du code des marchés publics, qui interdit de faire du lieu du centre d’appel un critère de choix. Dernière péripétie : la société Webhelp, qui détient ce marché jusqu’au 1er février 2014 et qui a donc perdu le nouvel appel d’offres, porte l’affaire devant les tribunaux et menace de mener un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) si la décision du Stif est confirmée.

Est-il seulement possible de "reprendre" le marché, comme l’a souhaité Arnaud Montebourg, alors que le code régissant les appels d’offres est extrêmement strict ? Evous.fr a posé la question fin juillet au vice-président du Stif, Pierre Serne. Il a répondu, dans un propos plein de désarroi : "Demandez [au ministre Arnaud Montebourg], moi je ne sais pas..." En effet. Selon Les Echos, le 23 août, le tribunal administratif de Paris a refusé d’annuler l’appel d’offres, suite à la plainte de l’entreprise Webhelp. Cette annulation rend de facto la "reconsidération" de l’appel d’offres impossible. Et le Stif de déclarer aux Echos : "Ce jugement confirme que l’ensemble de la procédure est valide ; de notre côté, l’affaire est terminée."

Jean-Paul Huchon et le Stif veulent cependant à tout prix éviter de raviver la polémique. Ils ont ainsi fait pression sur la société qui a remporté l’appel d’offres, B2S. Gagné : elle s’est engagée à privilégier les emplois à Gennevilliers plutôt qu’au Maroc et à créer un centre d’appels, pour une centaine d’emplois, en Ile-de-France. Une avancée suffisante pour Arnaud Montebourg ?

SON PARCOURS. Jean-Paul Huchon aura 66 ans à la fin du mois de juillet 2012. Dont 14 années passées à la tête du Conseil régional d’Ile-de-France. Réélu en 2010, son mandat court jusqu’en 2014. Cette fonction fait de lui l’homme fort des transports en Ile-de-France puisqu’en tant que président du Conseil régional, il dirige le Stif (Syndicat des transports d’Ile-de-France), l’organisme gérant les travaux et les tarifs relatifs aux transports en commun dans l’agglomération parisienne. Avant d’être un personnage central de la vie politique francilienne, Jean-Paul Huchon fut proche de Michel Rocard en tant qu’adjoint de l’ex-Premier ministre à Conflans-Sainte-Honorine (78), ville dont il devient lui-même maire de 1994 à 2001. Sa prise de pouvoir au niveau régional en 1998 a marqué la fin d’un long règne de la droite francilienne puisque ses 2 prédécesseurs (Michel Giraud et Pierre-Charles Krieg) étaient membres du RPR de Jacques Chirac.

JEAN-PAUL HUCHON EN BREF : président du Conseil régional, président du Stif (Syndicat des transports d’Ile-de-France), conseiller municipal délégué au développement de la ville et aux relations avec les institutions à Conflans-Sainte-Honorine (78).

CONTACT. Evous.fr se fait votre porte-parole auprès du Conseil régional si nous recevons plusieurs questions pertinentes. Pour poser une question, cliquez ici. A savoir, sur Twitter, le compte de Jean-Paul Huchon est @jphuchon.

(Article du 13 juillet 2012, mis à jour le 23 août)

Mots-clés