evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Le Marais > Sorties, Le Marais > Expositions dans le Marais > Événements et expositions au Centre Pompidou et à la BPI > DERNIERS JOURS : 20 nouvelles acquisitions de Soto, au Centre (...)

DERNIERS JOURS : 20 nouvelles acquisitions de Soto, au Centre Pompidou

vendredi 20 octobre 2017, par André Balbo

Vénézuélien d’origine, Jesùs Rafael Soto (1923-2005) fut l’un des protagonistes majeurs de l’art cinétique en Europe, avec Agam et Jean Tinguely dans le Paris des Années 1950, 1960 et 1970, qu’il avait adopté.

Il participe en 1955 avec cette "famille esthétique" dans la Galerie Denise René de Paris à l’exposition consacrée au "Mouvement", à "Vision in Motion - Motion in Vision" à Anvers, et en 1961, à Amsterdam, à "Bewogen Beweging".

Vibration jaune, 1965, Peinture acrylique sur bois et métal, fils de nylon. Dation, 2011.

Toute sa vie il se déclarera l’admirateur de Mondrian et de Malevitch, et considérera que le grand art ne peut être que celui qui se bâtit couche par couche, génération par génération, et donc interdisant toute copie et induisant tous les prolongements.

Si l’art classique était fixe, l’art moderne doit parvenir à traduire la fluidité du temps comme de l’espace.

Comme quelques autres, dont Julio Le Parc, il a très tôt proposé au spectateur de jouer avec ses œuvres, d’expérimenter, de les traverser, de les intégrer.

Soto, par son travail, qu’il aimait penser proche de celui des scientifiques, interrogeait le mouvement, le temps, et l’espace, et aussi notre réalité sensible peuplée d’ondes, de vibrations et d’énergies parfois perceptibles.

Le Centre Pompidou expose 20 œuvres importantes de l’artiste, datées de 1955 à 2004, que sa famille a proposé en dation à l’État. Elles intègrent la collection du musée national d’Art moderne et permettent de mieux éclairer son parcours. Jusque-là, le Centre n’en possédait que 4.

Cube pénétrable, 1996. Cadre aluminium laqué, tiges de résine. Dation, 2011.

Depuis ses peintures sur Plexiglas des débuts jusqu’au Cube pénétrable de 1996 (dans lequel les spectateurs-acteurs ne pourront être que 3, par soucis d’ordre...), en passant par les Vibrations avec fils de fer ou tiges suspendues, les œuvres exceptionnelles de cette dation sont montrées pour la première fois, alors que Paris va cette année rendre un large hommage au renouveau de l’art cinétique, avec Le Parc au Palais de Tokyo et l’Art cinétique au Grand Palais un peu plus tard.

Soto, dans la collection du musée national d’Art moderne, du 27 février au 20 mai 2013.

Voir aussi : Dynamo. Un siècle de lumière et de mouvement dans l’art, 1913-2013, aux Galeries Nationales du Grand Palais. Du 10 avril au 22 juillet 2013.

Soleil froid, au Palais de Tokyo. Du 27 février au 20 mai 2013. Les explorations, par les artistes invités, des "espaces insoupçonnés" de l’art, et parmi ceux-ci l’un des autres maîtres de l’art cinétique : Julio Le Parc.

Vous retrouverez dans les articles 2012 à Paris : les grandes expositions de A à Z et 2013 à Paris : les grandes expositions de A à Z les différentes expositions 2012 et celles de 2013 déjà annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans les articles Calendrier 2012 des grandes expositions à Paris, et Calendrier 2013 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du....

Nous tenterons aussi de vous les présenter chaque mois , à partir de Février 2013.

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous avons établi notre sélection, pour Paris, des MEILLEURS CATALOGUES des expositions 2012, en vous indiquant en plus les nominés, et les primés au Prix CatalPa 2012 pour les catalogues d’expositions de Paris.

Nous procéderons de la même manière en 2013, avec PARIS 2013 : les meilleurs catalogues d’expositions de Paris.

Celui de cette exposition en fait partie.

André Balbo

sources : visite, Centre Pompidou

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.