eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > 16e arrondissement de Paris > Actualités, Paris 16e > Sorties Paris 16e > Expositions, Paris 16e > Évènements au Musée Galliera > DERNIERS JOURS au palais Galliera de l’exposition Jeanne Lanvin : 100 (...)

DERNIERS JOURS au palais Galliera de l’exposition Jeanne Lanvin : 100 modèles historiques

Dernière mise à jour : jeudi 1er décembre 2016, par Expositions

Du 8 mars au 23 août 2015, une sélection de cent modèles retracent la fabuleuse épopée de la plus ancienne des maisons de mode françaises.

L’occasion pour Anne Hidalgo d’annoncer un soutien considérable que la Ville apportera au secteur de la Mode.

Il s’agit de la première rétrospective parisienne consacrée à cette grande et vénérable maison de couture, la plus ancienne de toutes. L’événement, qui présente une centaine de modèles, puisés dans les fonds exceptionnels de Galliera et du Patrimoine Lanvin, évoque aussi sa fondatrice (1867-1946).

L’inauguration de l’exposition a présenté tous les atours d’une grande soirée : le monde international de la mode et la Maire de Paris, Anne Hidalgo, accompagnée de son 1er adjoint à la Culture Bruno Julliard, étaient présents.

Il fut annoncé à cette occasion que la Ville de Paris consacrerait, d’ici 2020, 57M€ au soutien au secteur de la mode, qui "sera toujours chez elle dans la ville qui l’a vue naître".

Robe du soir "Cyclone" de Jeanne Lanvin. Dessin de René Bouët-Willaumez. Crayon noir, encre et aquarelle sur papier. Illustration pour Vogue US ; 1er octobre 1939. Palais Galliera. Don de la Duchesse Bouët-Willaumez

Il a été également question que l’Hôtel de Ville lui-même s’ouvre et accueille à l’avenir dans ses murs des défilés de mode...

De plus, la Ville financera notamment 3 écoles parmi les plus prestigieuses et cotées du monde : Duperré, Estienne et Boulle, et le rayonnement exceptionnel que la mode apporte à Paris l’a fait placer dans le discours d’Anne Hidalgo au rang suprême d’ADN de la Ville ! Que pourrait-on ajouter ?

Aux portes du Palais Galliera, l’importance de la file d’attente de ces êtres spectaculaires, qui font que l’on ne peut pas douter un seul instant d’être en pleine Fashion Week, attestait du côté historique de l’événement...

Entrée dès 16 ans chez la modiste Madame Félix, l’entreprenante Mademoiselle Jeanne débute comme indépendante deux ans plus tard en 1885. En 1889, elle ouvre une boutique « Lanvin (Melle Jeanne) Modes », au 16 rue Boissy d’Anglas, avant d’obtenir son pas de porte, en 1893, au 22 rue du Faubourg Saint-Honoré.

En 1897 naît Marguerite Marie-Blanche, sa fille unique (qui lui succédera de 1946 à 1958 à la tête de l’entreprise). Celle-ci devient sa première source d’inspiration, et lui fera aborder, dès 1908, la création de vêtements d’enfant (robes de petites filles, motif de marguerite utilisé en décoration), puis ouvrir l’année suivante un département jeune fille et femme, passant alors du statut de modiste à celui de couturière.

Jeanne Lanvin, robe du soir (détail), 1935-1936. Photo © R. Briant et L. Degrâces / Galliera / Roger-Viollet

Femme de décision, Jeanne Lanvin créera pendant la Première Guerre mondiale, du fait de la pénurie, sa propre unité de teinture d’étoffe à Nanterre.

Suivront les départements mariée (Marguerite épouse le comte Jean de Polignac), lingerie, fourrure et, dès le début des années 1920, ceux de décoration et sport... attentive en cela aux tendances et évolutions de l’époque. À cette époque, l’entreprise compte quelque 1 200 employés. En 1926, la femme d’affaires part à l’assaut de la mode masculine avec son département Hommes.

Jeanne Lanvin ouvre aussi des succursales à Deauville, Biarritz, Barcelone, Buenos-Aires, Cannes, Le Touquet… Une quasi épopée !

Elle empreinte à l’artiste du Quattrocento Fra Angelico le bleu lavande, dont elle fait sa couleur fétiche... qu’elle déclinera dans toute une riche gamme de bleus.

Le logo Lanvin, conservé aujourd’hui encore par la maison de couture, s’est inspiré d’un dessin de Paul Iribe. Il représente la couturière penchée vers sa fille Marguerite, et est apposé par exemple sur le flacon en boule noire réalisé par Armand Albert Rateau pour le plus fameux parfum de la maison, Arpège, que Jeanne a composé pour célébrer les 30 ans de sa fille en 1927.

Carnets de voyages, échantillons de tissus ethniques, bibliothèque d’art, Jeanne Lanvin entretiendra sa curiosité pour créer ses tissus, motifs et couleurs exclusifs. La virtuosité de son savoir-faire s’exprime dans l’art de la matière et de la transparence, des broderies, surpiqûres, entrecroisés, spirales, découpes. C’est un parfait classicisme à la française avec des robes de style très XVIIIe – buste affiné, taille basse, jupe gonflée – dialoguant avec la ligne « tube » de l’Art déco, ses géométries en noir et blanc, ses profusions de rubans, cristaux, perles, fils de soie...

Travail, intuition, compréhension du monde moderne, le succès de cette femme discrète au destin exceptionnel est au rendez-vous. Elle s’était de plus fortement impliquée dans les activités syndicales de la corporation, comme dans les secteurs artistiques où elle habillait bon nombre d’actrices, et fit décorer plusieurs salle de spectacles et théâtres.

Robe du soir "Scintillante". Tulle noir et blanc, crêpe noir, broderies de paillettes argentées, crêpe rose ; fond en taffetas, crêpe et tulle noirs, et toile rose. Griffée été 1939. Palais Galliera. Don de Mme Georges Bonnefous. "La grande robe du soir, c’est moi !" s’exclame en avril 1939 le Jardin des Modes à propos de cette robe dont le nom exprime la luxuriance. Largement échancré et souligné d’entrelacs de paillettes, le boléro, une spécialité de Lanvin, ici dessiné en trompe l’œil, fait partie intégrante du modèle. Le même motif souligne la taille.

Les vêtements prestigieux et antiques présentés le sont avec respect et dans une pénombre bienveillante qui veille à ne pas trop endommager ces très fragiles reliques de l’histoire de la mode. Celles-ci ont été exceptionnellement sorties des tiroirs de leur conservatoire secret, proche du Père Lachaise...

De judicieux systèmes les offrent pour beaucoup aux regards à plat mais des systèmes de miroirs permettent aux visiteurs de les examiner... sous toutes leurs coutures.

Parmi ces habits de galas, ces broderies, et ces années de gloire et de prestiges déployées, on remarquera aussi quelques vêtements d’enfants, des accessoires pleins de charmes, et des dessins de modèles d’une qualité tout à fait stupéfiante.

Cette exposition a été conçue par les équipes du palais Galliera, en étroite collaboration avec Alber Elbaz, directeur artistique actuel de la Maison Lanvin, propriété, depuis bientôt 15 ans, après l’avoir été de L’Oréal, du groupe de presse taïwanais United Daily News que préside Madame Shaw-Lan Wang.

Jeanne Lanvin, du 8 mars au 23 août 2015 au musée Galliera, 10 avenue Pierre Ier de Serbie, 75116 Paris. 01 56 52 86 00. Le musée Galliera n’est ouvert, qu’en période d’exposition temporaire, du mardi au dimanche de 10 à 18h. Nocturne le jeudi jusqu’à 21h. Fermé lundi et jours fériés. Fermeture des caisses 45 minutes avant l’heure de fermeture. Métro Iéna ou Alma-Marceau, Boissière, RER C (Pont de l’Alma), bus 32, 42, 63, 72, 80, 82, 92.

***

Vous retrouverez dans l’article Les Grandes Expositions 2015 à Paris de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Calendrier 2015 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences dans : LA SEMAINE des expositions et musées : que faire à Paris du....

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer.

Comme les autres années (2014, 2013, 2012), nous établissons au fur et à mesure notre sélection dans l’article Paris 2015 : LES MEILLEURS CATALOGUES d’expositions de Paris.

Celui de cette exposition en fait partie.

Nous vous proposons aussi une sélection d’expositions et de festivals dans les villes françaises suivantes :
Angoulême - Arles - Avignon - Bordeaux - Dijon - Grenoble - Ile-de-France - Lens - Lille - Lyon - Marseille - Metz - Montpellier - Nantes - Nice - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen, Le Havre - Saint-Étienne - Strasbourg - Toulouse - Tours

De même nous avons commencé :
Les Grandes Expositions 2016 à Paris de A à Z
Calendrier 2016 des grandes expositions à Paris
peuvent déjà être consultés sur Évous.fr... et complétés, si vous disposez de plus d’informations que nous !

Et juste quelques musées et expositions temporaires pour Amsterdam, Bâle, Bruxelles, Genève, Londres, Madrid, Milan, et Venise.

André Balbo

sources : Visite, musée Galliera, Jeanne Lanvin, Dictionnaire international de la mode