evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Le Marais > Se promener et visiter Le Marais > Histoire du Marais > L’enceinte de Philippe-Auguste dans le Marais à Paris

L’enceinte de Philippe-Auguste dans le Marais à Paris

vendredi 6 octobre 2017, par Adele, Denis

Emergence du Marais, visitez Paris, promenez vous et découvrez les vestiges du moyen-âge parisien, le temps des rois quand la capitale était fortifié contre les envahisseurs

L’enceinte de Philippe Auguste construite entre 1190 et 1220 enveloppa une partie des terres insubmersibles et marqua l’émergence du Marais comme un quartier de la ville. L’enceinte alla jusqu’à l’actuel rue des jardins Saint-Paul où elle est encore visible, longea la rue des Rosiers, en passant par la rue des Hospitalières Saint-Gervais, la rue des Francs Bourgeois au niveau du Crédit Municipal jusqu’à l’hôtel de Saint Aignan...

Les rues Saint Paul, du Roi de Sicile, Vieille du Temple et du Temple datent de cette époque. Les couvents des Blancs Manteaux, de la Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie, des Carmes-Billettes Et la communauté juive s’installent sur les espaces inhabitées du Marais, et en dehors de l’enceinte les Templiers construisent un enclos fortifié (le Temple).

C’est la rive droite qui fut la première pourvue de la nouvelle enceinte par Philippe Auguste en 1190. Le roi demanda aux bourgeois de sa bonne ville de fournir l’argent nécessaire à cet énorme travail de protection.

Ce mur dont on ne connaît pas la hauteur exacte avait une épaisseur de deux mètres environ. Il était flanqué aux angles et sur les faces droites de tour circulaires ayant un diamètre extérieur de 5,50 mètres, espacées chacune de soixante mètres, soit la distance des portées de flèches.
Partant, à l’est, de la Seine, en face de la rue du Fauconnier et au pied de la rue de l’Ave Maria, la muraille se dirigeait vers le nord, passant à cent mètres environ à l’ouest de l’église Saint-Paul.
Elle se poursuivait ensuite entre les rues Malher et de Sévigné, obliquait vers le nord-ouest, pour passer entre les rues des francs bourgeois et des blancs manteaux et aboutissait à la rue Saint-Martin. De là elle se prolongeait jusqu’au Louvre, bastion occidental de la muraille destinée à protéger la ville d’une attaque des ducs de Normandie, rois d’Angleterre. Le fragment de muraille situé rue des Jardins Saint-Paul, le long du collège Charlemagne, est un des mieux conservés de ceux qui subsistent.


Voir aussi : Histoire du quartier du Marais jusqu’à son apogée au Grand Siècle



Messages

  • Bonjour,
    Je suis actuellement locataire de Paris Habitat au 14 rue des Rosiers et fait partie aussi de l’association des locataires.
    Comme beaucoup, je suis très attaché à la préservation de notre patrimoine historique dans le Marais.
    Actuellement une tour Philippe Auguste vient d’être mise au jour au 10 rue des Rosiers dans le futur jardin public qui sera ouvert prochainement. C’est avec plaisir que nous découvrons sa réhabilitation après tant d’années d’abandon et d’isolement entre les friches et les murs avoisinants.
    Je voulais vous informer et alerter le maximum de personnes soucieuses de la sauvegarde de notre patrimoine sur les travaux en cours car nous constatons des anomalies sur la rénovation en cours. Cette Tour est en grande partie sur les terrains possédés par la Ville de Paris (futur jardin public) et une petite partie extérieure restante est sur une partie privative gérée par Paris Habitat dont je suis locataire. Ce qui m’interpelle et me choque c’est que la restauration et la rénovation de cette tour ne soient pas reprises dans son intégralité. En effet, pour le moment, rien n’est prévu pour sa rénovation du côté de notre cour privative. Je dirais qu’à l’heure actuelle, il serait question de converser cette partie en l’état (avec plus de 20 cm de mortier sur la Tour) et le mur mitoyen au jardin plus haut que la Tour !
    Alors qu’au début du projet, il était bien prévu que le mur de gauche (plus haut que la Tour) soit écrêté pour mettre en valeur l’ensemble et surtout la Tour. Hors, une décision, depuis peu, semble avoir été prise de ne plus le faire. Ce qui aura pour conséquence d’avoir un mur plus élevé que la Tour en elle-même, récemment dégagée de l’enclave des autres murs. Ce qui nous paraît incongru et vous pourrez le constater sur la photo ci-dessous. De plus, il me parait impensable qu’un monument faisant partie du patrimoine historique soit restauré partiellement ! Comme si on ne restaurait que les trois faces d’un château tout en ignorant la face arrière !
    J’ai mis en alerte l’architecte des bâtiments de France. Mais je ne suis pas certain que tout sera entrepris pour la restauration complète de cette histoire alors que si la Tour avait été visible à 100 % dans le jardin, sa restauration aurait été complète. Je tiens donc par votre intermédiaire à vous sensibiliser sur les travaux et décisions en cours et surtout pour que vous interveniez auprès de vos relations et contacts pour une réhabilitation et une mise en valeur complètes de ce monument. Il me paraît inconcevable qu’on laisse les choses en l’état. La majorité des habitants des immeubles gérés par Paris Habitat souhaitent que le mur soit écrêté et que la Tour soit entièrement restaurée.
    Notre combat et notre mobilisation pour la sauvegarde intégrale de cette Tour et de la réhabilitation de son ensemble ne font que commencer. J’ai déjà alerté à différents niveaux des élus, des historiens, des spécialistes du Moyen-Âge, des associations de sauvegarde du patrimoine, etc... car il est impensable que nous continuions à assister à une telle aberration sans rien faire.
    Je vous tiendrai au courant de la suite des évènements et surtout lors de la mise en place d’une pétition.
    Cordialement,
    Eric PATRY

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.