.evous
> > >

L’enceinte de Philippe-Auguste dans le Marais à Paris

Emergence du Marais, visitez Paris, promenez vous et découvrez les vestiges du moyen-âge parisien, le temps des rois quand la capitale était fortifié contre les envahisseurs

L’enceinte de Philippe Auguste construite entre 1190 et 1220 enveloppa une partie des terres insubmersibles et marqua l’émergence du Marais comme un quartier de la ville. L’enceinte alla jusqu’à l’actuel rue des jardins Saint-Paul où elle est encore visible, longea la rue des Rosiers, en passant par la rue des Hospitalières Saint-Gervais, la rue des Francs Bourgeois au niveau du Crédit Municipal jusqu’à l’hôtel de Saint Aignan...

Les rues Saint Paul, du Roi de Sicile, Vieille du Temple et du Temple datent de cette époque. Les couvents des Blancs Manteaux, de la Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie, des Carmes-Billettes Et la communauté juive s’installent sur les espaces inhabitées du Marais, et en dehors de l’enceinte les Templiers construisent un enclos fortifié (le Temple).

C’est la rive droite qui fut la première pourvue de la nouvelle enceinte par Philippe Auguste en 1190. Le roi demanda aux bourgeois de sa bonne ville de fournir l’argent nécessaire à cet énorme travail de protection.

Ce mur dont on ne connaît pas la hauteur exacte avait une épaisseur de deux mètres environ. Il était flanqué aux angles et sur les faces droites de tour circulaires ayant un diamètre extérieur de 5,50 mètres, espacées chacune de soixante mètres, soit la distance des portées de flèches.
Partant, à l’est, de la Seine, en face de la rue du Fauconnier et au pied de la rue de l’Ave Maria, la muraille se dirigeait vers le nord, passant à cent mètres environ à l’ouest de l’église Saint-Paul.
Elle se poursuivait ensuite entre les rues Malher et de Sévigné, obliquait vers le nord-ouest, pour passer entre les rues des francs bourgeois et des blancs manteaux et aboutissait à la rue Saint-Martin. De là elle se prolongeait jusqu’au Louvre, bastion occidental de la muraille destinée à protéger la ville d’une attaque des ducs de Normandie, rois d’Angleterre. Le fragment de muraille situé rue des Jardins Saint-Paul, le long du collège Charlemagne, est un des mieux conservés de ceux qui subsistent.


Voir aussi : Histoire du quartier du Marais jusqu’à son apogée au Grand Siècle


Mots-clés