eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Le Marais > Loisirs dans le Marais, Paris > Musées, Centres culturels et Galeries, Le Marais > Fondation Henri Cartier-Bresson HCB > Exposition Claude Iverné : Bilal es Sudan

Exposition Claude Iverné : Bilal es Sudan

Dernière mise à jour : lundi 6 mai 2019, par Expositions

Du 11 mai au 30 juillet 2017 à la Fondation Henri Cartier Bresson.

Claude Iverné est le lauréat du Prix HCB 2015. En 1999, il part suivre Darb al Arba’ïn, La piste des Quarante, qui reliait autrefois l’Égypte et le sultanat du Darfour. Il y découvre un pays baigné d’influences contraires, et naît alors le projet de documenter ce territoire, le Soudan. D’autres séjours suivront. L’errance lui est apparue comme une évidence, la vie plutôt que le voyage, jusqu’à l’apprentissage de la langue, l’arabe.

Dans le cadre du Prix HCB 2015, Iverné a souhaité poursuivre son projet au Soudan du Sud, le 193e État de la planète, tentant d’en esquisser les traits historiques, comme d’en tracer les contours contemporains.

Ce second volet doit être lu en miroir de celui réalisé au Nord Soudan. Alors que le Nord est dépeint en noir et blanc, pour le Sud, Claude Iverné privilégie la couleur en écho au brouhaha ambiant.

Chien naturalisé / Toshka / Dar Sukkot / Nubie / Févr. 2002

Il enregistre la mutation précipitée d’un territoire encore épris de nomadisme vers une économie de marché, et clôt ainsi son épopée soudanaise. La situation actuelle au Soudan du Sud a demandé des adaptations, un changement de cap, le voyageur photographe a pris les chemins de traverse.

Après ses photographies en Afrique, il a déplacé sa boussole de Trégastel à la vallée de la Roya en passant par le bois de Vincennes, à la rencontre des réfugiés soudanais qui, malgré eux, construisent une autre cartographie de ce projet. Le chemin, la perte des repères, l’expérience du territoire semblent bien plus importants, à Claude Iverné, que l’affirmation claire d’un propos.

Loin de lui l’idée d’imposer une vision du Soudan. Difficile à tenir lorsque l’on a arpenté le pays depuis près de 20 ans avec l’intention d’écrire, puis de documenter, et surtout « d’apprivoiser son libre arbitre et cultiver un certain goût du banal et de l’ordinaire ».

Son travail en noir et blanc oscille entre une approche anthropologique – les légendes sont extrêmement détaillées, mais toujours éloignées des images – et un labyrinthe silencieux où chacun est prié de trouver sa voie.

Simulacre / Guy Roger Janda / Lycéen / Français / Évry / Déc. 2016

L’œuvre d’Iverné s’affranchit du paradoxe entre la restitution pure d’un territoire et l’esthétique du photographe. Même s’il s’en défend, il pratique avec grâce l’art du cadrage, de la bonne distance et du tirage.

La situation politique au Soudan du Sud est extrêmement tendue, l’errance, l’immersion lente propre à Iverné y devient impossible, les habitants partent par milliers se réfugier ailleurs. Il décide donc d’aller à leur rencontre. Sans pathos. Le regardeur passe des tentes nomades du désert à celles de la banlieue des villes françaises : le chant s’arrête sur des portraits saisissants.

La Fondation Henri Cartier-Bresson expose l’un des « brouillons » de cet immense travail, l’une des strates de cette collection, en collaboration avec la Fondation d’entreprise Hermès, partenaire du Prix HCB.

L’exposition rassemble plus de 100 tirages, vidéos, documents et objets.

Claude Iverné : Bilal es Sudan, du 11 mai au 30 juillet 2017 à la Fondation Henri Cartier-Bresson, 2 impasse Lebouis 75014 Paris, Métro Gaîté ou Edgar Quinet, contact@henricartierbresson.org. 01 56 80 27 00, du mardi au dimanche de 13 à 18h30, nocturne le mercredi jusqu’à 20h30, le samedi de 11h à 18h45. 7 ou 4€.

Voir aussi aux étages supérieurs de la Fondation Henri-Cartier-Bresson quelques-uns de ses clichés iconiques, et des dessins bien brossés.


***

Vous retrouvez comme chaque année dans PARIS 2017. LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Le CALENDRIER 2017 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Dans la série Toutes les expositions 2017-2018 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musées d’Orsay et de l’Orangerie, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, au musée Guimet, au musée Galliera, au Petit Palais, et au Château de Versailles.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : PARIS EXPOS HEBDO. Nouveautés / Conseils / Derniers Jours.

Vous pouvez consulter plus d’une centaine de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2017 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2016, 2015, 2014, 2013, 2012.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions 2017 dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
Aix-en-Provence - Albi - Les Alpilles - Angers - Angoulême - Antibes - Arles - Aubagne - Avignon - Bègles - Biarritz - Biot - Blois - Bordeaux - Bourg-en-Bresse - Brest - Cagnes-sur-Mer - Cannes - Carcassonne - Dijon - Grasse- Grenoble - Hyères - Ile-de-France : Auvers/Oise, Boulogne-Billancourt, Bussy-Saint-Martin, Chamarande, Chantilly, Châtenay-Malabry, Compiègne, Écouen, Fontainebleau, Giverny, L’Isle-Adam, Jouy-en-Josas, Malmaison, Marne-la-Vallée, Meudon, Milly-la-Forêt, Noisiel, Pantin, Pierrefitte/Seine, Poissy, Pontoise, Royaumont, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud, Saint-Denis, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Ouen-l’Aumône, Sceaux, Sèvres, Versailles, Vitry/Seine, Yerres - L’Isle-sur-la-Sorgue - Landerneau - Le Cannet - Le Havre - Lens - Le Rayol - Le Canadel/Mer - Les Sables-d’Olonne - Les-Saintes-Maries-de-la-Mer - Libourne - Lille : Villeneuve d’Ascq, Roubaix, Tourcoing, Croix, Graveline, Cassel, Valenciennes - L’Isle-sur-la-Sorgue - Lodève - Lyon - Marseille - Martigues - Metz - Monaco - Montauban - Montpellier - Mougins - Nantes - Narbonne - Nice - Nîmes - Nogent/Seine -Ornans - Rennes - Rodez - Rouen - Saint-Étienne - Saint-Nazaire - Saint-Paul-de-Vence - Saint-Tropez - Sérignan - Sète - Strasbourg - Toulon - Toulouse - Tours - Valence - Vallauris - Vence - Vendôme - Villeurbanne

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam : Harlem, Rotterdam, La-Haye, Bois-le-Duc, - Bâle - Berlin - Bruxelles - Genève - Liège - Londres - Madrid - Milan - Monaco - Venise

André Balbo

sources : Fondation HCB