evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 13e > Lieux clés du 13e > BNF - Bibliothèque François Mitterrand > Exposition La Bibliothèque, la nuit. Bibliothèques mythiques en réalité (...)

Exposition La Bibliothèque, la nuit. Bibliothèques mythiques en réalité virtuelle

Dernière mise à jour : vendredi 9 juin 2017, par André Balbo

Du 16 mai au 13 août 2017, à la BnF François-Mitterrand, Galerie 2

En 2015, à l’initiative de BAnQ (Bibliothèque et Archives nationales du Québec), le metteur en scène Robert Lepage et sa compagnie Ex-Machina ont conçu pour les 10 ans de la Grande Bibliothèque de Montréal, une exposition inspirée de l’ouvrage d’Alberto Manguel, La Bibliothèque, la nuit, que la BnF accueille aujourd’hui, et présente.

« Comme la mémoire, une bibliothèque fonctionne différemment la nuit. Le jour, vous avez le sentiment que chaque titre s’offre à vous avec équité, démocratiquement [...]. Mais la nuit, certains volumes disparaissent tandis que d’autres s’affirment dans le halo de votre lumière », écrit Alberto Manguel.

De même : « Si le matin, la bibliothèque suggère un reflet de l’ordre sévère et raisonnable délibéré du monde, la bibliothèque, la nuit, semble se réjouir de son désordre fondamental et joyeux. »

© Stéphane Bourgeois

La bibliothèque, la nuit devient une machine à rêves. Grâce à la réalité virtuelle, cette exposition propose un voyage onirique dans le temps et dans le monde, qui mène de Sarajevo à Mexico et d’Alexandrie jusqu’au fond des océans où le Capitaine Nemo de Jules Verne s’était réfugié.

Invité à vivre une expérience d’immersion à la fois muséale et scénographique, le visiteur de cette exposition accueillie à la BnF, au moyen de lunettes vidéo 3D et d’un casque d’écoute, parcourt, une fois assis sur un fauteuil pivotant à 360°et donc sécurisé, un bouquet de dix bibliothèques réelles ou imaginaires, offertes en de courts panoramas, de 3 à 4 minutes, qu’accompagnent des textes envoûtants si ce n’est hypnotiques.

Le parcours commence par la présentation d’œuvres emblématiques des collections de la Bibliothèque nationale de France sur le thème de l’imaginaire des bibliothèques.

Une découverte qui pourra se poursuivre matériellement en visitant ce que le nouveau Richelieu est devenu !

© Stéphane Bourgeois

Parmi les bibliothèques les plus représentatives qui vous sont virtuellement proposées dans la grande salle de lecture dont le sol est jonché de pages, vous pouvez visiter celles de : l’abbaye d’Admont (Admont, Autriche) ; Alexandrina (Alexandrie, Égypte) ; la Bibliothèque du Congrès (Washington DC, États-Unis) ; la Megabiblioteca José Vasconcelos (Mexico DF, Mexique) ; la nationale et universitaire de Sarajevo (Sarajevo, Bosnie) ; celle du Nautilus (d’après Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne) ; du Parlement (Ottawa, Canada) ; de Sainte-Geneviève (Paris, France) ; du temple Hase-dera (Kamakura, Japon) ; et la Bibliothèque universitaire de Copenhague (Copenhague, Danemark).

Cette exposition a été conçue et réalisée par Ex Machina pour célébrer le 10e anniversaire de la Grande Bibliothèque, d’après une idée originale de Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Concepteur : Robert Lepage, co-concepteur et directeur de création : Steve Blanchet. Auteur, co-concepteur et narrateur : Alberto Manguel.

En guise de préambule, une présentation sur l’imaginaire des bibliothèques conçue par la BnF vous est proposée. Le thème de l’imaginaire des bibliothèques est exploré à travers une quarantaine de pièces, issues des collections de la BnF, mais aussi de prêts d’artistes contemporains, et mène de la bibliothèque réelle, physique, à la bibliothèque comme motif de rêves et de fantasmes.

La bibliothèque est d’abord présentée dans sa matérialité : la « bibliothèque de marbre » des artistes allemands Wolfgang Kubach et Anna Maria Kubach-Wilmsen impose ainsi la densité et l’épaisseur des livres.

Vient en contrepoint une collection d’ex-libris, qui rappellent que le livre, et par conséquent la bibliothèque, peuvent matérialiser une représentation de soi.

Le parcours mène ensuite vers les gravures de l’utopiste Boullée ou les fameux « cachots » de Piranèse pour suggérer l’idée que la bibliothèque, idéalement structurée et harmonieuse, peut devenir un lieu de désordre.

C’est aussi un lieu où se nouent la réalité et le rêve, comme dans les œuvres de Rosemarie Trackell, d’Éric Desmazières, de Ronan-Jim Sévellec ou de Jean Le Gac.

La présentation se clôt sur le thème fantasmatique du livre inaccessible. La magnifique sérigraphie de Vieira da Silva exalte la beauté et la sérénité des lieux voués au livre, tandis que la représentation de la bibliothèque du Nom de la Rose d’Umberto Eco dans l’édition originale du roman (1981) et l’huile de l’artiste Florent Chopin, La vie rêvée des mots, soulignent le cycle de la vie des mots et des livres qui menacent de disparaître et renaissent sans cesse.

Les visiteurs de l’exposition passent enfin sous la figure souriante imaginée par le relieur Odette Ducarre pour une édition du roman d’André de Richaud, La Nuit aveuglante (1966) : le visage que compose cette reliure animée prend l’allure sympathique d’une chouette, symbole de la nuit et de la connaissance, cerbère malicieux des salles où va se dérouler l’expérience des bibliothèques imaginées par Robert Lepage et Alberto Manguel…

Fines approches des jeux du livre et du feu, de la bibliothèque à travers les âges, et à travers les caractères. Que révèle votre bibliothèque de vous-même ? Quel est cet ordre des livres, toujours subjectif, qui n’est compris que de son propriétaire ? Quels sont ces livres, qui ne sont des trésors que pour celui qui les a acquis ? Pourquoi tous ces livres, qui ne furent jamais lus, restent-ils ici ? Pour tenir les autres ?

La bibliothèque des 8 livres des enfants prisonniers du camp de Birkenau...

Puis, dans les récits des présentations virtuelles, le mémoricide de la bibliothèque de Sarajevo, quand, sous les bombardements incessants, un violoncelle jouait en continu.

La bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris, avec cette femme dont deux putti lèvent le voile arachnéen de la nuit, de la peur et de l’ignorance ; celle du parlement d’Ottawa, avec cet exemplaire du livre le plus cher du monde, L’Audubon, volume II, sur les oiseaux ; celle d’Alexandrie, qui se détruira par le feu, réduisant en cendre ces innombrables rouleaux de savoir, et donc de pouvoir, et dont la nouvelle version n’existera qu’en 2002 ; celle de Mexico, la Jose Vasconcelos, avec son squelette de baleine au plafond... et les autres, tout aussi formidable, du Japon, de Washington, et jusqu’à la moribonde de Copenhague.

Un beau voyage de rêverie et de réflexion pour les amoureux du livre, de la curiosité, du silence et du savoir. À voir, bien sûr !

Commissariat de l’exposition introductive Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie, BnF ; Éric Dussert, mission de la coordination, BnF ; Éric Walbecq, conservateur au département Littérature et art, BnF.

Courtesy Ex Machina

Important. Les visiteurs doivent être âgés de 14 ans ou plus. De plus, l’expérience "La bibliothèque, la nuit" reposant sur l’utilisation d’un casque de réalité virtuelle, le nombre de visiteurs par représentation est limité. Se renseigner à l’entrée sur le nombre de représentations proposées par jour (chaque demi-heure ?).

La Bibliothèque, la nuit. Bibliothèques mythiques en réalité virtuelle, du 16 mai au 13 août 2017, à la BnF, site Mitterrand, Galerie 2, Quai François-Mauriac, Paris 75013, du mardi au samedi de 10 à 19h, le dimanche de 13 à 19h (fermeture des caisses à 18h), et fermé lundi et jours fériés. 10,60 ou 8,60€. Réservations indispensables à l’avance jusqu’à la veille de la visite à la FNAC ou sur www.fnac.com, ou sur place le jour de la visite…

Voir aussi : Toutes les expositions 2017 de la BnF


***

Vous retrouvez comme chaque année dans PARIS 2017. LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Le CALENDRIER 2017 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Dans la série Toutes les expositions 2017-2018 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musées d’Orsay et de l’Orangerie, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, au musée Guimet, au musée Galliera, au Petit Palais, et au Château de Versailles.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : PARIS EXPOS HEBDO. Nouveautés / Conseils / Derniers Jours.

Vous pouvez consulter plus d’une centaine de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2017 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2016, 2015, 2014, 2013, 2012.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions 2017 dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
Aix-en-Provence - Albi - Les Alpilles - Angers - Angoulême - Antibes - Arles - Aubagne - Avignon - Bègles - Biarritz - Biot - Blois - Bordeaux - Bourg-en-Bresse - Brest - Cagnes-sur-Mer - Cannes - Carcassonne - Dijon - Grasse- Grenoble - Hyères - Ile-de-France : Auvers/Oise, Boulogne-Billancourt, Bussy-Saint-Martin, Chamarande, Chantilly, Châtenay-Malabry, Compiègne, Écouen, Fontainebleau, Giverny, L’Isle-Adam, Jouy-en-Josas, Malmaison, Marne-la-Vallée, Meudon, Milly-la-Forêt, Noisiel, Pantin, Pierrefitte/Seine, Poissy, Pontoise, Royaumont, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud, Saint-Denis, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Ouen-l’Aumône, Sceaux, Sèvres, Versailles, Vitry/Seine, Yerres - L’Isle-sur-la-Sorgue - Landerneau - Le Cannet - Le Havre - Lens - Le Rayol - Le Canadel/Mer - Les Sables-d’Olonne - Les-Saintes-Maries-de-la-Mer - Libourne - Lille : Villeneuve d’Ascq, Roubaix, Tourcoing, Croix, Graveline, Cassel, Valenciennes - L’Isle-sur-la-Sorgue - Lodève - Lyon - Marseille - Martigues - Metz - Monaco - Montauban - Montpellier - Mougins - Nantes - Narbonne - Nice - Nîmes - Nogent/Seine -Ornans - Rennes - Rodez - Rouen - Saint-Étienne - Saint-Nazaire - Saint-Paul-de-Vence - Saint-Tropez - Sérignan - Sète - Strasbourg - Toulon - Toulouse - Tours - Valence - Vallauris - Vence - Vendôme - Villeurbanne

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam : Harlem, Rotterdam, La-Haye, Bois-le-Duc, - Bâle - Berlin - Bruxelles - Genève - Liège - Londres - Madrid - Milan - Monaco - Venise

André Balbo

sources : Visite, Bibliothèque nationale de France, BAnQ, Wikipédia

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.