evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Le Marais > Se promener et visiter Le Marais > Histoire du Marais > Rue Aubriot dans le Marais, origine et histoire

Rue Aubriot dans le Marais, origine et histoire

vendredi 6 octobre 2017, par Denis

Une vieille rue du Marais typique de Paris, à visiter en se promenant.

La courtisane Marion Delorme (1611-1650) qui fut la maîtresse du marquis de Cinq-Mars (1620-1642), du duc anglais de Buckingham (1592-1628), de l’écrivain Charles de Saint-Evremont (1614-1703), du Grand Condé (1621-1686) et chuchote-t-on de Richelieu (1585-1642), eut en 1626 sa première « inclination amoureuse » pour le poète Jacques Vallée, seigneur des Barreaux (1599-1673) qui habitait cette rue.

Libertin notoire et athée convaincu, des Barreaux et paradoxalement connu pour un sonnet de repentance qu’il écrivit à un moment où il craignait de mourir : "Grand Dieu, te jugements sont remplis d’équité… Toujours tu prends plaisir à nous être propice". Comme il guérit et que la mort l’épargna encore quelques bonnes années, il reprit joyeusement sa vie de bombance et de libertinage !

Le diable emporta donc peut-être notre poète bon vivant mais Dieu se montra clément pour une femme de bien, Jeanne Lebreton, qui habitait au N°8 de cette même rue et qui au XVIIIe siècle se dévoua pour soigner dans le quartier les pauvres gens frappés par une épidémie de rougeole.
En hommage à son attitude Mme de Pompadour (1721-1764), favorite de Louis XV, lui offrit un terrain de 685 toises (1 toise = 1,949m) à Ménilmontant.

La rue, connue pendant plusieurs siècles sous l’appellation de « chemin du Puits » à cause d’un puits public creusé là en 1267 (c’est encore gravé dans la pierre), porte depuis un Arrêté de 1867 le nom d’Hugues Aubriot (né à Dijon on ne sait quand, mort en 1389), prévôt de Paris de 1364 à 1382.
A ce titre, c’est lui qui fit construire la Bastille où, ironie du sort, il fut emprisonné dans une fosse, « avec pain de tristesse et eau de douleur » sous l’accusation d’impiété pour avoir rendu à leurs parents des enfants juifs enlevés de force ; il fut délivré par les maillotins, nom donné aux Parisiens révoltés contre un nouvel impôt indirect, qui avaient pour armes des maillets et qui voulaient Aubriot à leur tête, ce qu’il refusa pour aller finir sa vie à Sommières, dans le Gard.

Perpendiculaire à la rue Sainte Croix de la Bretonnerie et à celle des Blancs Manteaux, découvrez cette petite rue calme aux porches traditionnels typiques du Marais de Paris.

Et plus de visites historiques à Paris

En images

Adresse

Rue Aubriot 75004 Paris


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.