eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Le Marais > Sorties, Le Marais > Expositions dans le Marais > Expositions au Musée Carnavalet > Eugène Atget

Eugène Atget

Dernière mise à jour : vendredi 28 avril 2017, par Expositions

Présentation de l’artiste

Voir Présentations d’Artistes de A à Z

Eugène Atget (1857-1927), qui est l’un des plus célèbres photographes du XXe siècle, nous a laissé une œuvre parisienne considérable, parcourant la capitale en pionnier de la photographie et en témoin de ce qui allait bientôt se transformer et disparaître, du cœur jusqu’aux guinguettes des fortifications, entre 1898 et 1927.

Sa pratique nous permet aujourd’hui de savoir à quoi ressemblaient les rues du Paris d’antan, ses détails, ses publicités, sa crasse charbonneuse, ses zoniers, les jardins, les quais de Seine, quelques extérieurs de maisons closes, les anciennes boutiques avec leurs incroyables enseignes, et les petits métiers de rue les plus incroyables, évidemment disparus aujourd’hui... pour la plupart.

Zone des fortifications, porte d’Arcueil, bld Jourdan, 75014, juin 1899 Eugène Atget, Tirage sur papier albuminé Paris, musée Carnavalet © Eugène Atget / Musée Carnavalet/ Roger-Viollet

Les photographies d’Eugène Atget révèlent en outre l’évolution de sa démarche de photographe et presque d’ethnologue. À ses débuts, cet autodidacte cherche à rassembler des paysages et des motifs, puis des images de rues parisiennes, pour les vendre en tant que modèles aux artistes de l’époque, souvent assez virulents.

Habitant rue Campagne-Première (au n°17bis), il était le très proche voisin et le fournisseur de Man Ray, qui logeait au 31 à son arrivée à Paris en 1921, du temps où il était ravi de faire ses premières photos pour le couturier Paul Poiret.

Ce sera à partir du moment où il se consacre aux rues de Paris, qu’Eugène Atget retient l’attention d’institutions prestigieuses comme le musée Carnavalet ou la Bibliothèque nationale, qui seront ses clients jusqu’à la fin de sa vie.

Dans les Années 1920, Man Ray collectionnait en un album les photos d’Atget, et 43 tirages issus de cette collection étaient d’ailleurs montrées lors de l’exposition au musée Carnavalet.

Cet album, aujourd’hui conservé à Rochester (États-Unis), permet de mieux comprendre l’influence qu’eut Atget sur les Surréalistes.

Rue Hautefeuille, 75006, 1898, Eugène Atget, Tirage sur papier albuminé Paris, musée Carnavalet © Eugène Atget / Musée Carnavalet / Roger-Viollet

Une de ses photos d’ailleurs fit la couverture de leur revue "la Révolution surréaliste", mais son auteur n’avait pas tenu à ce que son nom y figure, puisque "elle n’avait de valeur que documentaire", donc pas artistique selon lui...

On retiendra également que la célèbre photographe américaine Berenice Abbott, qui travailla un temps avec Man Ray comme modèle (en tout bien, tout honneur, dit-on), avant de devenir son assistante, puis sa concurrente, consacra beaucoup d’énergie à faire connaître et reconnaître l’œuvre photographique d’Eugène Atget de par le monde, et à l’installer durablement dans nos mémoires parmi les grands maîtres de la photographie.

Regardez bien la qualité et les fines nuances de ces tirages. Les techniques plus récentes ne donneraient, à partir de ses négatifs, que des images dont les à-plats seraient bien trop contrastées.

De toute sa carrière, Atget ne changea ni d’appareil ni de format (un 18 x 24 à chambre à soufflet, avec pied) ni de techniques de tirage : tirage sur papier albuminé collé et bain partiellement à sels d’or. Imaginons ce qu’il voyait à travers son objectif : un monde qui disparaissait et marchait sur la tête...

Il ne fit jamais d’agrandissement. Et les images qu’il nous a laissées, pleines d’humanité et de curiosité, rendent dans ces gris de telles nuances que l’œil souvent perçoit ou traduit des présences de couleur.

Et c’est ainsi qu’il fait tourner devant nos yeux le manège du Vieux Paris : bitumiers, déménageurs, marchands ambulants d’abat-jours, semblables aux vendeurs indiens d’Amérique latine, colporteurs de moulage, vendeuses de mouron et d’herbes pour les petits oiseaux, assises à même le trottoir, de bateaux près du bassin du jardin du Luxembourg, ou vendeurs de nougats.

Eugène Atget a saisi aussi de nombreuses vieilles échoppes, ou cabarets, dont le nom était exactement imagé par l’enseigne, griffons, biches, tambour, rémouleur, à croire que les commerçants n’entendaient pas se priver de la clientèle qui ne lisait pas...

Chiffonniers, manouches tressant l’osier, adossés à leur roulotte, toute une population tolérée ou maintenue à la marge de la ville, misère et baraquements, qu’en disait-on à cette époque ? "Toute la zone va disparaître, ainsi que les chiffonniers".

Atget a fait quelques trop rares photos de nu. Pourquoi trop rares ? Parce que particulièrement réussies, comme cette fort belle statue de Cassandre, prise de dos, aux majestueuses et sensuelles fesses ensoleillées.

Pour qui savait voir, l’époque d’Atget déployait encore des forains aux Invalides. Chacun des enfants au Guignol du Luco portait un chapeau différent (Jacques-Henri Lartigue figure parmi les loupiots sur cette image).

Et il fallait encore s’approcher pour lire les fines inscriptions sur les colonnes Morris. Il y avait des bains "de la Samaritaine" sur la Seine, quai du Louvre. C’était l’époque où l’Hôtel Lambert, particulièrement noir, se contemplait quand même.

Présentation de l’exposition de 2012

Le musée Carnavalet avait sélectionné pour son exposition, du 25 avril au 29 juillet 2012, 230 épreuves réalisées par ce grand précurseur de la photographie.

Ces tirages provenaient des fonds du musée, qui fut très tôt l’un de ses principaux clients, mais ils étaient complétés de ceux de la George Eastman House de Rochester, et des collections de la Fundación Mapfre à Madrid.

Eugène Atget, 1927 Berenice Abbott © Berenice Abbott/Commerce Graphics, New York

Cette rétrospective, qui réunissait des images parfois connues mais aussi d’autres, demeurées inédites, dressait, grâce à l’œil systémiste de leur auteur, un portrait vivant, saisissant et authentique de la capitale, bien éloigné des clichés de la Belle Époque.

En regard des tirages d’Atget, vous découvriez aussi le travail d’Emmanuel Pottier (1864-1921), son contemporain peu connu qui explorait aussi le Paris pittoresque, ses géométries et ses détails.

Cette exposition itinérante devait être par la suite présentée à la Fundación Mapfre à Madrid, puis au Nederlands Fotomuseum de Rotterdam et à la Art Gallery of New South Wales à Sydney.

Marchand ambulant, place Saint-Médard, 75005, septembre 1899 Eugène Atget, Tirage sur papier albuminé Paris, musée Carnavalet © Eugène Atget / Musée Carnavalet / Roger-Viollet

Françoise Reynaud, conservateur en chef chargée du département photographique de Carnavalet, assistée de Jean-Baptiste Woloch, étaient les commissaires de l’exposition.

Le catalogue Eugène Atget, fort bien fait, a été édité par Gallimard, 346 p., 45€.


***

Vous retrouvez comme chaque année dans PARIS 2017. LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Le CALENDRIER 2017 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Dans la série Toutes les expositions 2017-2018 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musées d’Orsay et de l’Orangerie, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, au musée Guimet, au musée Galliera, au Petit Palais, et au Château de Versailles.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : PARIS EXPOS HEBDO. Nouveautés / Conseils / Derniers Jours.

Vous pouvez consulter plus d’une centaine de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2017 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2016, 2015, 2014, 2013, 2012.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions 2017 dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
Aix-en-Provence - Albi - Les Alpilles - Angers - Angoulême - Antibes - Arles - Aubagne - Avignon - Bègles - Biarritz - Biot - Blois - Bordeaux - Bourg-en-Bresse - Brest - Cagnes-sur-Mer - Cannes - Carcassonne - Dijon - Grasse- Grenoble - Hyères - Ile-de-France : Auvers/Oise, Boulogne-Billancourt, Bussy-Saint-Martin, Chamarande, Chantilly, Châtenay-Malabry, Compiègne, Écouen, Fontainebleau, Giverny, L’Isle-Adam, Jouy-en-Josas, Malmaison, Marne-la-Vallée, Meudon, Milly-la-Forêt, Noisiel, Pantin, Pierrefitte/Seine, Poissy, Pontoise, Royaumont, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud, Saint-Denis, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Ouen-l’Aumône, Sceaux, Sèvres, Versailles, Vitry/Seine, Yerres - L’Isle-sur-la-Sorgue - Landerneau - Le Cannet - Le Havre - Lens - Le Rayol - Le Canadel/Mer - Les Sables-d’Olonne - Les-Saintes-Maries-de-la-Mer - Libourne - Lille : Villeneuve d’Ascq, Roubaix, Tourcoing, Croix, Graveline, Cassel, Valenciennes - L’Isle-sur-la-Sorgue - Lodève - Lyon - Marseille - Martigues - Metz - Monaco - Montauban - Montpellier - Mougins - Nantes - Narbonne - Nice - Nîmes - Nogent/Seine -Ornans - Rennes - Rodez - Rouen - Saint-Étienne - Saint-Nazaire - Saint-Paul-de-Vence - Saint-Tropez - Sérignan - Sète - Strasbourg - Toulon - Toulouse - Tours - Valence - Vallauris - Vence - Vendôme - Villeurbanne

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam : Harlem, Rotterdam, La-Haye, Bois-le-Duc, - Bâle - Berlin - Bruxelles - Genève - Liège - Londres - Madrid - Milan - Monaco - Venise

André Balbo

sources : Visite, musée Carnavalet, Eugène Atget / Roger-Viollet, Berenice Abbott

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.