evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Expositions > Madrid 2017. Musées et grandes expositions

Madrid 2017. Musées et grandes expositions

vendredi 12 mai 2017, par André Balbo

Des collections permanentes fabuleuses, et d’impressionnants programmes d’expositions temporaires pour 2017, aux musées du Prado, de la Reina Sofia, et Thyssen-Bornemisza de Madrid, sans oublier la Fundación Mapfre...

Accès rapides à nos contenus : Le Musée du Prado, Le Musée Thyssen-Bornemisza, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, Fundación Mapfre, Circulo de Bellas Artes, Casa Encendida, Matadero, Tabacalera

Parmi les grandes villes européennes pour lesquelles nous indiquons les grands musées et quelques grands événements culturels : Amsterdam, Bâle, Berlin, Bruxelles, Genève, Londres, Madrid, Milan, et Venise.


***

Le Musée du Prado

- Le Musée du Prado, Paseo del Prado, s/n, calle Ruiz de Alarcon 23, 28014 Madrid. 34 913 30 28 00 ou 902107077. www.museodelprado.es/. Du lundi au samedi de 10 à 20h. Dimanches et jours fériés de 10 à 19h. Fermé les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre. Horaires réduits les 6 janvier, 24 et 31 décembre, de 10 à 14h. Horaires gratuits du lundi au samedi de 18 à 20h ; le dimanche et les jours de fêtes de 17 à 19h. 14 ou 7€. L’entrée comprend l’accès à la Collection et aux expositions temporaires, simultanées au jour de la visite.

Musée majuscule de Madrid, le Prado, conçu par l’architecte Rafael Moneo et construit au début du XIXe siècle par Juan de Villanueva, dispose d’une fabuleuse collection de plus de 8 000 œuvres (seules moins de 2 000 sont exposées), comprenant des Vélasquez, Goya, Murillo, Bosch, Greco, Zurbaran, Rubens et Titien. Toutefois, l’extension du musée à d’autres édifices a libéré une quarantaine de salles où l’on pourra voir quelque 500 toiles supplémentaires.

+ Les collections. Noter les 15 chefs-d’œuvre absolus du musée :
La Crucifixion, de Juan de Flandres ;
Le Chevalier à la main sur la poitrine, du Greco ;
Les Ménines (ou La Famille de Philippe IV), de Velàsquez ;
Le Songe de Jacob, de José de Ribera ;
Le 3 mai 1808 à Madrid : les fusillades sur la montagne du Principe Pio, de Francisco Goya y Lucientes ;
L’Annonciation, de Fra Angelico ;
Le Cardinal, de Raphaël ;
L’Empereur Charles Quint, à cheval, à Mühlberg, du Titien ;
Immaculée conception, de Tiepolo ;
La Descente de Croix, de Roger van der Weyden ; Le Jardin des délices ou la peinture de l’arbousier, de Jérôme Bosch ; Les Trois Grâces, de Rubens ; Autoportrait, d’Albrecht Dürer ; Judith lors du banquet d’Holopherne, de Rembrandt ; Offrande d’Oreste et Pylade (groupe de San Ildefonso), anonyme.

+ Six copies de toiles de maîtres en relief  ! Les non-voyants peuvent ainsi découvrir au musée du Prado par eux-mêmes de façon tactile des œuvres notamment du Greco, de Goya et de Vélasquez. Exceptionnel !

+ La Donation Placido Arango. Il s’agit de 25 œuvres qui sont venues enrichir de façon exceptionnelle les collections du Musée.

San Francisco en oración, Francisco de Zurbarán (1598-1664). Óleo sobre lienzo, 126 x 97 cm. Firmado en 1659

La donation Placido Arango comprend notamment des peintures de Pedro de Campaña, artiste flamenco jusque-là encore inédit au Prado, de Tristan, Zurbaràn, Herrera et Mozo, et Goya !

+ Du 4 avril au 10 septembre 2017. Trésors de la Hispanic Society of America. Visions du monde hispanique

La Hispanic Society conserve la plus importante collection, hors Espagne, d’art espagnol, avec plus de 18 000 pièces, qui couvrent du Paléolithique au XXe siècle, et une bibliothèque extraordinaire contenant plus de 250 000 manuscrits et 35 000 livres rares, dont 250 incunables, c’est-à-dire datés d’avant 1501.

Pièces archéologiques, sculpture romaines, verreries, céramiques, meubles, tissus, objets de métal, art islamique et médiéval, œuvres du Siècle d’Or, art colonial et du XIXe siècle latino-américain et peinture espagnole des XIXe et XXe siècles se voient dans une progression chronologique et thématique dans laquelle la peinture espagnole offre des œuvres aussi fameuses que La Duchesse d’Albe, de Goya, ou Gaspar de Guzmán, Conde-Duque de Olivares, de Velázquez, entamant un fascinant dialogue avec les collections du Prado.

Le Prado présente dans les salles A, B et C du bâtiment Jeronimos des chefs-d’œuvre de la collection personnelle de Archer Milton Huntington (1870-1955) qui avait ouvert son musée dès 1904 dans la partie haute de Manhattan, à New York.

Plus de 200 œuvres (peintures, dessins, sculptures, pièces archéologiques et d’art décoratif) donne une bonne idée de ce que sont ces vastes collections.

Beaucoup des œuvres montrées ne l’ont jamais encore été au public. L’extraordinaire collection de tableaux inclut des œuvres comme Portrait d’une jeune fille, de Camillo Astalli, et Gaspar de Guzmán, Conde-Duque de Olivares de Velázquez, La Piedad, du Greco, Le Fils prodigue, de Murillo, Santa Emerenciana, de Zurbarán, ou l’emblématique Duchesse d’Albe, de Goya, spécialement restaurée pour l’occasion par le Prado. À de telles œuvres s’en ajoutent d’autres, représentatives du modernisme et du post-impressionnisme, de Zuloaga, Sorolla ou Santiago Rusiñol.

La sélection de sculptures inclut, entre autres, L’Effigie de Mencía Enríquez de Toledo, de l’atelier de Gil de Siloé, la terre cuite de Luisa Roldán, el Matrimonio místico de Santa Catalina, ou San Martín, une sculpture polychrome du milieu du XVe siècle.

Retour : Haut de la page


Le Musée Thyssen-Bornemisza

- Le Musée Thyssen-Bornemisza, Palacio de Villahermosa, Paseo del Prado 8, Madrid, 28014. (+34) 91 369 01 51. www.museothyssen.org. Métro Banco de Espana (2). Bus 1, 2, 5, 9, 10, 14, 15, 20, 27, 34, 37, 45, 51, 52, 53, 74, 146 et 150. Train : stations de Atocha, Sol y Recoletos.
Du mardi au dimanche de 10 à 19h. Le samedi, l’exposition permanente reste ouverte jusqu’à 21h. 12 ou 8€ pour les + de 65 ans, les étudiants et les familles nombreuses. Gratuit pour les - de 12 ans.

Dans un bâtiment néo-classique du XIXe siècle, le musée rassemble peintures et sculptures européennes du XIIIe siècle à la fin du XXe : .

+ Les collections. L’État espagnol a acquis en 1993 une notable partie de ces œuvres d’art des Thyssen-Bornemiszca, une grande famille aristocratique de collectionneurs (Baron Heinrich Thyssen-Bornemisza,1875-1947, et Baron Hans Heinrich Thyssen-Bornemisza, 1921-2002), qui avait constitué une collection considérable, complétée dit-on lors de la crise de 1929 à d’excellentes conditions.

Cette collection se distingue de celles des autres musées espagnols souvent très versés dans le religieux par la part prépondérante accordée aux portraits et aux paysages. Elle fut répartie en 2 musées homonymes, à Barcelone et à Madrid, celui de la capitale recueillant notamment des tableaux de la Renaissance, du maniérisme, du baroque, du rococo, du romantisme, de l’impressionnisme, des avant-gardes du début du XXe siècle, et jusqu’à des œuvres du mouvement pop-art.

Ce musée recèle aussi une rare et importante partie de peintures américaines du XIXe siècle.

+ Parmi les chefs-d’œuvre de ce musée vous trouverez par exemple le Sainte Catherine d’Alexandrie, du Caravage ; Portrait d’Henri VIII d’Angleterre, d’Hans Holbein le Jeune ; Portrait de George Dyer dans un miroir, de Francis Bacon ; Harlequin avec un miroir, de Pablo Picasso ; Chambre d’hôtel, d’Edward Hopper (illustration) ; Mata Mua (Dans les temps anciens), de Paul Gauguin ; Portrait d’un paysan, de Paul Cézanne...

+ Du 18 février au 28 mai 2017. Chefs-d’œuvre de Budapest, de la Renaissance aux avant-gardes.

Une rigoureuse sélection de 90 œuvres de la collection permanente du musée des Beaux-Arts de Budapest et de la Galerie nationale de Hongrie.

Ce musée, fondé au XIXe siècle détient de vastes collections de peinture classique et moderne, de dessins sur papier, comme de sculpture. De son côté, la galerie Nationale de Hongrie se consacre à l’art hongrois.

Parmi les œuvres présentées, des peintures, dessins et sculptures de Dürer, Rafaël, Hannibal Carracci, Leonard de Vinci, Rubens et d’artistes espagnols dont Velázquez et Murillo. Magnifique exemples d’œuvres d’artistes hongrois comme Károly Ferenczy et Sándor Bortnyik.

+ Du 20 juin au 24 septembre 2017. La Renaissance à Venise

Avec des œuvres du Titien, du Tintoret, de Véronèse venues d’importants musées et collections. De l’importance de la couleur, et de l’observation de la nature, à travers les images du pouvoir et de la beauté comme argument, jusqu’à la destruction du pinceau et de la couleur dans les œuvres des dernières années, les portraits, les scènes pastorales, les termes mythologiques et religieux permettent de découvrir l’évolution de cette peinture créée dans une des villes les plus belles du monde.

+ Du 4 juillet au 15 octobre 2017. Sonia Delaunay. Art, design et mode

Sonia Delaunay-Terk (1885– 1979), artiste d’origine russe, fut une figure clé de la première avant-garde parisienne. Avec son mari, le peintre Robert Delaunay, elle entreprit une aventure artistique qui, basée sur les contrastes de couleur et la dissolution de la forme à travers la lumière, les conduisit jusqu’à l’abstraction.

Cette exposition sur Sonia Delaunay sera la première qui se tient en Espagne. Elle se propose de montrer sa pratique artistique multidisciplinaire.

Peintures, dessins de mode et textiles nous inviteront à découvrir ses collaborations innovantes avec des poètes et des scénographes. L’exposition accorde en plus une attention particulière à la période à laquelle l’artiste et sa famille résidèrent à Madrid...

+ Du 17 octobre 2017 au 21 janvier 2018. Picasso / Lautrec

Cette exposition propose une analyse de la relation des premiers temps de l’œuvre de Pablo Picasso avec celle de Toulouse-Lautrec.

En 1899, le jeune Picasso se lie aux Quatre Gats, un groupe d’écrivains et d’artistes d’avant-garde de Barcelone proche du modernisme et du décadentisme dans lequel sévit entre autres Toulouse-Lautrec. Mais ce sera entre 1900 et 1904, années durant lesquelles le peintre espagnol réside à Paris de façon intermittente avant qu’il ne s’y installe définitivement, qu’il entre en contact direct avec l’œuvre de peintres postimpressionnistes comme Lautrec.

Pendant ces années, sa thématique se concentre sur les bas-fonds de la ville et les ambiances nocturnes des cafés-concerts, et, comme on peut le voir dans cette exposition, sa peinture fait montre de l’évidente influence de l’œuvre de Lautrec.

+ Du 17 novembre 2017 au 17 février 2018. Leçons d’art

Le musée conclut le programme de son 25e anniversaire en invitant ses publics à réfléchir au rôle éducatif des musées dans nos sociétés, avec ce nouveau projet dans le domaine de l’éducation. Leçons d’art sera formé de diverses propositions qui se succéderont dans le temps, avec différentes actions d’élargissement de son ouverture au public passant par l’ouverture de nouveaux lieux...

Cette exposition inclura des œuvres d’artistes contemporains comme Antoni Muntadas, Cinthia Marcelle, Dennis Adams, Eva Kot`átková, Dora Garcia, Pavel Kogan, Erwin Wurm, Rineke Djikstra ou Pipilotti Rist, à partir desquelles on peut se questionner sur le lieu de la connaissance, si nous parlons du musée comme expérience personnelle et si l’on recherche à faire évoluer le rôle de spectateur dans le cadre d’un musée.

Pour la première fois, le musée s’ouvrira davantage comme un espace pour la création avec la création de 3 bourses de résidence qui permettront à des créateurs de travailler avec une équipe éducative durant le processus de préparation comme durant l’exposition elle-même. L’objectif étant qu’il y ait des liens entre la production culturelle plus contemporaine et le musée, entre ses œuvres et le travail des éducateurs.

Un programme éducatif complet s’ajoutera aussi au projet et permettra que le public se convertisse en acteur et fasse partie du processus d’expérimentation et d’investigation.

Retour : Haut de la page


Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia

- Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, Calle de Santa Isabel, 52, 28012 Madrid, + 34 917 74 10 00. www.museoreinasofia.es. Proche de la gare d’Atocha. Fermé le mardi. Dimanche de 10 à 19h, lundi, et de mercredi à samedi de 10 à 21h. 8€ pour collections permanentes et expositions temporaires, 4€ pour expositions temporaires.

+ Les collections. Cet ancien hôpital construit à la fin du XVIIIe siècle, devenu en 1988 musée national espagnol d’art moderne et contemporain, couvre la période de 1900 à nos jours. Agrandi par l’architecte français Jean Nouvel, il a été inauguré en 2005.

Il rassemble des œuvres d’artistes espagnols : Salvador Dali (Le Grand Masturbateur), Pablo Picasso (Guernica), Joàn Miro, Antoni Tàpies, Juan Gris, Miquel Barcelo... ou d’artistes internationaux : Francis Bacon, Alexander Calder, Robert et Sonia Delaunay, Matisse, Diego Rivera, Andy Warhol, Mark Rothko...

+ Les collections permanentes. Collection 1. L’irruption du XXe siècle : utopies et conflits (1900-1945). Collection 2. La guerre est finie ? L’art dans un monde divisé (1945-1968). Collection 3. Du retournement à la postmodernité (1962-1982).

+ Du 5 avril au 4 septembre 2017. Pitié et terreur chez Picasso

Du fait de la grande affluence du public à cette exposition, la vente des entrées se fait pour des horaires précis, et nous vous recommandons des achats anticipés.

Quand aux débuts de 1937 Pablo Picasso (1881–1973) reçut la commande de peindre un tableau pour le Pavillon espagnol, il répondit aux délégués de la République qu’il n’était pas sûr de pouvoir réaliser pour eux ce qu’ils souhaitaient. Jusque-là son art s’était exprimé dans un registre fondamentalement intime et personnel et avait été limité par les bords du cadre d’un tableau. Il n’avait quasiment jamais fait référence à la sphère publique, et encore moins à des événements politiques.

Depuis 1925, sa production s’était fréquemment approché du cauchemar et de la monstruosité. Pourtant, le tableau qu’il avait fini de créer pour la République parla avec éloquence des réalités de la guerre. Et la scène de souffrance et de désorientation qui fut montrée demeure comme l’emblème de la condition moderne au-delà de huit décennies. Guernica est devenue la représentation de la tragédie de notre culture.

Depuis 1937, l’image de terreur du tableau, cathartique, s’est imposée au monde à plusieurs générations. Il est clair que le traitement épique et compassionnel de la violence que nous voyons va bien au-delà de la dangereuse fascination que nous éprouvons pour ce thème.

Le projet de cette exposition, commencé à l’automne 2015, est de réunir et d’étudier la documentation existante sur cette œuvre (correspondance, photographies des installations, documents graphiques, audiovisuels, arts plastiques). Ainsi peuvent être cernés ses origines, les expositions auxquelles elle a participé, et son usage propagandiste.

L’exposition a reçu le soutien du Musée national Picasso-Paris.

Retour : Haut de la page


Fundación Mapfre

- Fundación Mapfre, Paseo de Recoletos, 23, 28004 Madrid, Espagne
+34 916 02 52 21. www.fundacionmapfre.org.

+ Exposition permanente : L’espace Miró Exposition gratuite, comprise avec l’entrée au musée.

Avec ces quelque 6 décennies de travail incessant, Miró est considéré comme un maître de l’art du XXe siècle, ayant préservé constamment son esprit d’innovation malgré le poids du succès, conservant à l’idée que l’art doit à la fois être utile et distraire le peuple, il produisit des fresques, des céramiques et des sculptures pour les espaces publics.

Les œuvres de cet artiste catalan se ressentent de diverses influences comme le schématisme primitif et la tradition populaire, mais aussi d’autres champs aussi différents que la calligraphie asiatique ou les graffitis urbains.

Miró nous hypnotise et nous séduit avec un monde fantastique, personnel et authentique, figé de vibrantes taches noires et habité d’immenses couleurs primaires.

Peinture (Per a David Fernández Miró) / Pintura (Para David Fernández Miró), 1965 Colección Particular en depósito temporal © Joan Ramon Bonet. Archivo Successió Miró

Miró nous renvoie l’éloquence et l’émotion de ses compositions par sa capacité de représenter un monde tangible et matériel avec des messages emplis de poésie.

Retour : Haut de la page


Circulo de Bellas Artes

- Circulo de Bellas Artes, Calle de Alcala, 42. 34 913 605 400. www.circulobellasartes.com. Du mardi au dimanche de 11 à 14h et de 17 à 21h. Fermé le lundi.

Retour : Haut de la page


Casa Encendida

- Casa Encendida, Ronda de Valencia, 2. 34 902 430 322, www.lacasaencendida.es.

Retour : Haut de la page


Matadero

- Matadero, Centro de creacion contemporanea, Plaza de Legazpi, 8. 34 915 177 309. www.mataderomadrid.org. Accès gratuit. De mardi à vendredi de 16 à 21h. Samedi, dimanche et jours fériés de 11 à 21h. Lundi, ouverture seulement de la Cineteca, avec des projections à partir de 17h.

Les 24, 25 et 31 décembre, 1 et 6 janvier, les activités restent fermées au public, mais l’espace demeure ouvert à des horaires différents.

Retour : Haut de la page


Tabacalera

- Tabacalera, Calle de Embajadores, 51. latabacalera.net

Retour : Haut de la page

***

Et tous les petits musées dont on ne vous parle pas mais qu’il faut absolument découvrir, avec des collections fabuleuses d’anciennes grandes familles... ou les accumulations de chefs-d’œuvre qu’il y eut dans certains couvents entr’ouverts au public.


***

Vous retrouvez comme chaque année dans PARIS 2017. LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Le CALENDRIER 2017 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Dans la série Toutes les expositions 2017-2018 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musées d’Orsay et de l’Orangerie, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, au musée Guimet, au musée Galliera, au Petit Palais, et au Château de Versailles.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : PARIS EXPOS HEBDO. Nouveautés / Conseils / Derniers Jours.

Vous pouvez consulter plus d’une centaine de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2017 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2016, 2015, 2014, 2013, 2012.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions 2017 dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
- Aix-en-Provence - Albi - Les Alpilles - Angers - Angoulême - Antibes - Arles - Aubagne - Avignon - Bègles - Biarritz - Biot - Blois - Bordeaux - Bourg-en-Bresse - Brest - Cagnes-sur-Mer - Cannes - Carcassonne - Dijon - Grasse- Grenoble - Hyères - Ile-de-France : Auvers/Oise, Boulogne-Billancourt, Bussy-Saint-Martin, Chamarande, Chantilly, Châtenay-Malabry, Compiègne, Écouen, Fontainebleau, Giverny, L’Isle-Adam, Jouy-en-Josas, Malmaison, Marne-la-Vallée, Meudon, Milly-la-Forêt, Noisiel, Pantin, Pierrefitte/Seine, Poissy, Pontoise, Royaumont, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud, Saint-Denis, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Ouen-l’Aumône, Sceaux, Sèvres, Versailles, Vitry/Seine, Yerres - L’Isle-sur-la-Sorgue - Landerneau - Le Cannet - Le Havre - Lens - Le Rayol - Le Canadel/Mer - Les Sables-d’Olonne - Les-Saintes-Maries-de-la-Mer - Libourne - Lille : Villeneuve d’Ascq, Roubaix, Tourcoing, Croix, Graveline, Cassel, Valenciennes - L’Isle-sur-la-Sorgue - Lodève - Lyon - Marseille - Martigues - Metz - Monaco - Montauban - Montpellier - Mougins - Nantes - Narbonne - Nice - Nîmes - Nogent/Seine -Ornans - Rennes - Rodez - Rouen - Saint-Étienne - Saint-Nazaire - Saint-Paul-de-Vence - Saint-Tropez - Sérignan - Sète - Strasbourg - Toulon - Toulouse - Tours - Valence - Vallauris - Vence - Vendôme - Villeurbanne

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam : Harlem, Rotterdam, La-Haye, Bois-le-Duc, - Bâle - Berlin - Bruxelles - Genève - Liège - Londres - Madrid - Milan - Monaco - Venise

À voir également :
- La carte des grandes expositions, musées et collections permanentes en France
- La carte des grandes expositions, musées et collections permanentes en Europe

André Balbo

sources : visites, musées, presse...


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.