eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Terres et saveurs > La dragée > Histoire des dragées : du luxe au Moyen-Age

Histoire des dragées : du luxe au Moyen-Age

Dernière mise à jour : lundi 11 février 2013, par Marion Augustin

L’apparition des dragées remonte à l’époque des Croisades quand les Croisés ramenèrent d’Orient un sel curieux et tout blanc, le sucre.

Considéré sans valeur nutritive, le sucre fut réservé à la médecine et dévolu aux apothicaires et aux alchimistes.

Des apothicaires à Verdun

Au début du 13ème siècle, à Verdun, certains de ces faiseurs de remèdes enrobèrent leurs pilules et cachets, d’une couche de sucre pour les faire absorber plus facilement et en masquer le goût.

Devant le plaisir qu’y prenaient les malades, un cuisinier astucieux eut la bonne idée de rouler amandes, fruits et épices dans du sucre concassé et de les présenter à la fin du repas comme " digestifs ". Ces prétendus médicaments connurent un énorme succès sous le nom " d’épices de chambre " ou de " dragées ".

Au Moyen Age, les dragées constituaient un véritable luxe. Lors des grands événements et des festins royaux ou seigneuriaux, elles étaient présentées dans des sortes de coupes sur pied reposant sur un bassin ou un plateau qui avaient pour nom drageoirs. On les grignotait tant par gourmandise que pour parfumer l’haleine. Les beaux messieurs ou les belles dames avaient aussi l’habitude de les emporter dans leurs chambres, dans des petites boites de porcelaine, figuratives ou décorées, les bonbonnières.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.