evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Arrondissements de Paris > 16e arrondissement de Paris > Actualités, Paris 16e > Sorties Paris 16e > Expositions, Paris 16e > Évènements et expositions au Musée d’Art moderne de la Ville de (...) > Exposition Derain, Balthus, Giacometti : une amitié artistique

Exposition Derain, Balthus, Giacometti : une amitié artistique

mardi 13 juin 2017, par André Balbo

Du 2 juin au 29 octobre 2017 au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris.

Cette exposition originale et inédite explore la relation entre trois artistes majeurs du XXe siècle : André Derain (1880-1954), Balthus (1908-2001) et Alberto Giacometti (1901-1966).

Jamais confrontés, leurs regards se rejoignent par la même exigence de ce que doit être l’œuvre d’art.

Tous trois partagent un fort désir de modernité, s’intéressent passionnément à la peinture ancienne et à l’art des civilisations lointaines tout en étant fascinés par « les forces obscures de la matière » (Derain) et plus largement par une attention aiguë portée à la réalité « merveilleuse, inconnue » qu’ils ont sous les yeux (Giacometti).

Bien au-delà d’une admiration réciproque et d’une véritable affection dont ils témoignent tout au long de leur vie, la profonde communauté esthétique qui les réunit constitue le fil conducteur de l’exposition.

André Derain, Le Couple, 1907, grès. Appartient à la première série de sculptures réalisées en taille directe sur une pierre dont il conserve forme et granité originels.

Avec une sélection exceptionnelle de plus de 350 œuvres (peintures, sculptures, œuvres sur papier et photographies), principalement centrée sur les années 1930 à 1960, l’exposition retrace les moments marquants de cette amitié artistique.

Concernant l’œuvre de Derain, qui en constitue très nettement le fond et la part la plus importante, cela faisait plus de 20 ans, depuis la rétrospective en 1995 au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, qu’elle n’avait pas été présentée à Paris.

André Derain, Baigneuses, vers 1908. Huile sur toile. Paris, collection Fonds de dotation Jonas Netter, courtesy Marc Restellini - Pinacothèque de Paris

Contrairement à la prochaine exposition qui présentera la "splendide décennie" du peintre, que l’on pourrait appelée "Derain I", cette exposition souhaitait mettre en valeur la période "Derain II", moins appréciée par le plus grand nombre, mais pourtant intéressante à plus d’un titre (elle présente malgré son intention des œuvres de "Derain I").

Balthus, Le Salon II, 1942. Huile sur toile. New York, Museum of Modern Art, succession de John Hay Withney, 1983

Au faîte de sa gloire, André Derain tourne alors le dos à la révolution fauve, et ses recherches des secrets perdus de la peinture l’installent plutôt en "arbitre entre Matisse et Picasso". Il est alors à la fois tourné vers l’art du passé et en même temps radicalement nouveau.

Les deux autres artistes sont plus jeunes que lui d’une génération. Au sujet de Balthus, il faut de même remonter à 1983, avec la rétrospective du Musée National d’art moderne-Centre Pompidou, pour se souvenir d’un événement parisien d’importance.

Enfin l’exposition permet également de porter sur le travail de Giacometti, pourtant souvent présenté, un regard ici différemment anglé .

La rencontre en 1933 de ces 3 artistes, favorisée par leur fréquentation du milieu surréaliste, et l’intensification de leurs relations à partir de 1935 vont démultiplier les croisements entre leur vie et leurs œuvres.

De visites communes d’ateliers en conversations, et sous l’impulsion de la peinture comme de la sculpture de Derain, les complicités et les affections se tissent.

Entre Saint-Germain et Montparnasse, ils rencontrent de nombreux artistes, écrivains et poètes dont Antonin Artaud, en tout premier, Max Jacob, Breton, Aragon, Jean Cocteau, Reverdy, Oberlé, Desnos, Camus, Jouve, Beckett, Sartre et Malraux.

André Derain, Nu au chat (1936-1938). Hokkaido Museum of Modern Art, Sapporo © ADAGP, Paris, 2016

Le théâtre tient une place majeure, dont plusieurs projets avec Marc Allegret, Boris Kochno, Roger Blin et Jean-Louis Barrault, tout comme la mode avec Jacques Doucet, Paul Poiret, Christian Dior, et le marché de l’art avec Pierre Loeb, Pierre Colle et Pierre Matisse, l’entreprenant fils du peintre.

Bien au-delà d’une admiration réciproque et d’une véritable affection dont ils témoignent tout au long de leur propre vie, c’est une profonde communauté esthétique qui les réunit.

De nombreux fils conducteurs marquent les 8 séquences de l’exposition : Le regard culturel / Vies silencieuses / Le modèle / Jouer - La patience / Entracte / Le rêve - Visions de l’inconnu / À contre-temps dans l’atelier / La griffe sombre. Et le "retour au musée" par lequel les trois artistes jouent des codes de représentation, des styles et des techniques : clarté formelle, clair-obscur, mais aussi, théâtralisation, et "invention d’un pathétique".

Balthus, Les Beaux jours (1944-1946). Hirshhorn Museum and Sculpture Garden, Smithsonian Institution, Washington, DC, Gift of the Joseph H. Hirshhorn Foundation, 1966 Photography by Lee Stalsworth

Selon un parcours à la fois chronologique et thématique, les grands paysages et natures mortes sont montrés, mais aussi les portraits croisés : acteurs, collectionneurs, amis, galeristes communs et modelés. Enfin, une large séquence regroupe les œuvres de l’après-guerre où s’inscrivent les doutes et les obsessions d’un monde vacillant.

Commissaire : Jacqueline Munck.

Alberto Giacometti, La Cage, première version (1949-1950) Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris © Succession Alberto Giacometti (Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris), ADAGP, Paris 2016 / Bridgman Images

Derain, Balthus, Giacometti : une amitié artistique, du 2 juin au 29 octobre 2017, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 11 avenue du Président Wilson 75116 Paris, 01 53 67 40 00. www.mam.paris.fr. Ouvert du mardi au dimanche de 10 à 18h (fermeture des caisses à 17h15).

Nocturne, pour les expositions temporaires, le jeudi jusqu’à 22h (fermeture des caisses à 21h15). 12 ou 9€.

Lire aussi Toutes les expositions 2017 au musée d’Art moderne de la Ville de Paris.


***

Vous retrouvez comme chaque année dans PARIS 2017. LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Le CALENDRIER 2017 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Dans la série Toutes les expositions 2017-2018 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musées d’Orsay et de l’Orangerie, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, au musée Guimet, au musée Galliera, au Petit Palais, et au Château de Versailles.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : PARIS EXPOS HEBDO. Nouveautés / Conseils / Derniers Jours.

Vous pouvez consulter plus d’une centaine de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2017 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2016, 2015, 2014, 2013, 2012.

Le catalogue de cette exposition fait partie de notre sélection 2017 des catalogues d’expositions de Paris.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions 2017 dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
- Aix-en-Provence - Albi - Les Alpilles - Angers - Angoulême - Antibes - Arles - Aubagne - Avignon - Bègles - Biarritz - Biot - Blois - Bordeaux - Bourg-en-Bresse - Brest - Cagnes-sur-Mer - Cannes - Carcassonne - Dijon - Grasse- Grenoble - Hyères - Ile-de-France : Auvers/Oise, Boulogne-Billancourt, Bussy-Saint-Martin, Chamarande, Chantilly, Châtenay-Malabry, Compiègne, Écouen, Fontainebleau, Giverny, L’Isle-Adam, Jouy-en-Josas, Malmaison, Marne-la-Vallée, Meudon, Milly-la-Forêt, Noisiel, Pantin, Pierrefitte/Seine, Poissy, Pontoise, Royaumont, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud, Saint-Denis, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Ouen-l’Aumône, Sceaux, Sèvres, Versailles, Vitry/Seine, Yerres - L’Isle-sur-la-Sorgue - Landerneau - Le Cannet - Le Havre - Lens - Le Rayol - Le Canadel/Mer - Les Sables-d’Olonne - Les-Saintes-Maries-de-la-Mer - Libourne - Lille : Villeneuve d’Ascq, Roubaix, Tourcoing, Croix, Graveline, Cassel, Valenciennes - L’Isle-sur-la-Sorgue - Lodève - Lyon - Marseille - Martigues - Metz - Monaco - Montauban - Montpellier - Mougins - Nantes - Narbonne - Nice - Nîmes - Nogent/Seine -Ornans - Rennes - Rodez - Rouen - Saint-Étienne - Saint-Nazaire - Saint-Paul-de-Vence - Saint-Tropez - Sérignan - Sète - Strasbourg - Toulon - Toulouse - Tours - Valence - Vallauris - Vence - Vendôme - Villeurbanne

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam : Harlem, Rotterdam, La-Haye, Bois-le-Duc, - Bâle - Berlin - Bruxelles - Genève - Liège - Londres - Madrid - Milan - Monaco - Venise

André Balbo

sources : Visite, Musée d’Art moderne de la Ville de Paris

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.