Accueil > Le Marais > Sorties, Le Marais > Expositions dans le Marais > Événements et expositions au Centre Pompidou et à la BPI

Février 2017. Exposition gratuite du photographe Josef Koudelka

31 janvier 2017 par André Balbo

Du 22 février au 22 mai 2017, Josef Koudelka, la fabrique d’exils, Galerie de photographies, Forum - 1, Centre Pompidou

Présentation de l’artiste

Voir Présentations d’Artistes de A à Z

Josef Koudelka, né en 1938 en Moravie, à Boskovice, est un photographe français d’origine tchèque. Initié à la photographie par un ami de son père, il fait ses premières armes sur sa famille et ses amis.

Après des études à l’Université technique de Prague (1956-1961), le photographe et critique Jiri Jenicek l’encourage à exposer. Sa première exposition aura lieu au théâtre Semafor de Prague où il rencontre Anna Fárová, critique d’art, qui devient son amie et sa collaboratrice.

Les photos de Josef Koudelka reflètent les déchirements, les révoltes et les tourments de son pays, des images où chaque individu paraît en décalage dans un monde inquiétant, subi, et non maîtrisé.

Ses premières reportages photographiques témoignent d’une vie de bohème, alors qu’il est ingénieur aéronautique. Il suit la vie des Gitans en Tchécoslovaquie jusqu’en 1970, et participe à des représentations théâtrales. Membre de l’Union des Artistes Tchécoslovaques, il publie en 1966 un livre sur le spectacle Ubu Roi.

Abandonnant l’aéronautique en 1967, il se consacre enfin pleinement à la photographie, exposant pour la première fois ses images sur les Gitans. Il ira aussi en photographier en Roumanie.

Josef Koudelka photographed in Collesano (Sicily) - Easter 1987

Il témoignera par ses images des rues de Prague en août 1968 de l’invasion des troupes du Pacte de Varsovie, qui mettait brutalement fin au Printemps de Prague. Dans un premier temps, ce sera de façon anonyme que ses photos seront publiées aux États-Unis. Il reçoit le prix Robert Capa pour ces images fortes de l’histoire politique de la Tchécoslovaquie, sans que son nom soit mentionné.

Josef Koudelka quitte son pays en 1970, devient apatride, et il s’installe en Angleterre jusqu’en 1979, poursuivant son travail photographique sur les Gitans et diverses coutumes des pays d’Europe, toujours en quête d’instants de liberté. Il devient membre de l’agence Magnum en 1974 et se lie d’amitié avec Henri Cartier-Bresson et Robert Delpire.

En 1975, il fait sa première exposition personnelle au Musée d’art moderne de New York.

En 1984, la Hayward Gallery de Londres lui consacre une première exposition importante. Après 16 ans d’anonymat, ses photos de l’écrasement du Printemps de Prague sont enfin publiées sous son nom.

Il commence à utiliser un appareil panoramique en 1986, et participe à la mission photographique de la DATAR. L’année suivante, il est naturalisé français.

Après 20 ans d’exil, il retourne dans son pays natal en 1990, après la Révolution de velours, et ses photos de 1968 sont enfin publiées à Prague.

En 1992, il photographie le centre-ville de Beyrouth pour un ouvrage collectif.

Josef Koudelka a publié Les Gitans : la fin du voyage (1975) qui obtient le prix Nadar en 1978 ; Exils (1988) ; Chaos (2000) ; Invasion Prague 68 (2008) ; Lime (2012), aux éditions Xavier Barral.

Présentation de l’exposition

"Josef Koudelka, la fabrique d’Exils" est, depuis 29 ans, la première exposition de Josef Koudelka, à Paris. En 2016, le photographe a fait don au Centre Pompidou de la totalité des 75 photographies de la série Exils.

L’exposition, présentée à la Galerie de photographies, dévoile 35 images parmi les plus emblématiques de cette série, accompagnées de nombreux inédits tirés pour l’occasion.

Josef Koudelka, Irlande, 1972. Épreuve gélatino-argentique. 50 x 60 cm. Don de l’artiste 2016 © Josef Koudelka / Magnum Photos © Centre Pompidou / Dist.RMN-GP

Le parcours est complété par un extraordinaire ensemble d’autoportraits réalisés par Josef Koudelka au cours de ses voyages et jusqu’à présent jamais montrés.

L’exposition présente également pour la première fois les planches sur lesquelles il collait ses images, selon une organisation formelle ou thématique.

En 1970, peu après avoir photographié l’invasion de Prague par les chars soviétiques, Josef Koudelka décidait de quitter la Tchécoslovaquie où il est né. Les mois d’hiver, il habitait à Londres puis à Paris. Le reste du temps, il "traquait les hasards" sur les routes d’Europe. C’est pendant cette période (années 1970 et 1980) que Josef Koudelka produisit ses images les plus enchantées qui composent la série Exils.

Elles ont été exposées à Paris en 1988, puis recueillies dans un ouvrage devenu référence de la bibliophilie photographique.

L’exposition du Centre Pompidou propose, à travers 80 photographies, la présentation la plus complète et la plus riche de cette série. Elle invite à comprendre comment s’est élaboré le projet, éclairant ainsi pour la première fois la « fabrique » d’Exils.

Josef Koudelka, Invasion, Prague, 1968. Collection Centre Pompidou, Paris © Josef Koudelka / Magnum Photos © Centre Pompidou / Dist. RMN-GP

Le commissaire de l’exposition est Clément Chéroux, Conservateur en chef du département des photographies, San Francisco Museum of Modern Art ; Conservateur du Cabinet de la photographie, musée national d’art moderne de 2007 à 2016. Il est assisté de Emmanuelle Etchecopar-Etchart, attachée de conservation, Cabinet de la photographie, musée national d’art moderne

Josef Koudelka, la fabrique d’exil, du 22 février au 22 mai 2017, Galerie de photographies, Forum - 1, Centre Pompidou, 01 44 78 12 33, métro Hôtel-de-Ville, Rambuteau. Ouvert de 11 à 21h tous les jours sauf le mardi. Entrée libre.

Lire aussi : Toutes les expositions 2016-2017 au Centre Pompidou.


***

Vous retrouvez comme chaque année dans LES GRANDES EXPOSITIONS 2016 à Paris de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans CALENDRIER 2016 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nouvellement en ligne :
Le CALENDRIER 2017 des grandes expositions à Paris
PARIS 2017. LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z

Dans la série Toutes les expositions 2016 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musée d’Orsay, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : Paris Expos Hebdo : Nouveautés, Conseils, Derniers Jours.

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2017, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2016, 2015, 2014, 2013, 2012.

Vous pouvez consulter quelques dizaines de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
- Angoulême - Arles - Avignon - Bordeaux - Dijon - Grenoble - Ile-de-France - Lens - Lille - Lyon - Marseille - Metz - Montpellier - Nantes - Nice - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen, Le Havre - Saint-Étienne - Strasbourg - Toulouse - Tours

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam, Berlin, Bâle, Bruxelles, Genève, Londres, Madrid, Milan, et Venise.

André Balbo

sources : Centre Pompidou, Wikipédia

Dernière modification : par André Balbo - Crédit image : Courtesy Centre Pompidou

Améliorez la pertinence de notre contenu en donnant votre avis, en apportant un complément d'information ou une correction

Qui êtes-vous ?
Votre message
Important : N'oubliez pas de modifier le titre par défaut, c'est votre titre qui sera mis en avant sur le site ...

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.