eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Le Marais > Sorties, Le Marais > Expositions dans le Marais > Événements au Centre Pompidou et à la BPI > Une histoire. Art, architecture, design des années 1980 à nos jours : nouvel (...)

Une histoire. Art, architecture, design des années 1980 à nos jours : nouvel accrochage des collections contemporaines au Centre Pompidou

Dernière mise à jour : lundi 6 mai 2019, par Expositions

Du 2 juillet jusqu’à fin décembre 2015, l’exposition "Une histoire. Art, architecture, design des années 1980 à nos jours" change la présentation des collections contemporaines du Centre Pompidou.

400 œuvres et objets de près de 200 artistes, créateurs et architectes.

Ce nouvel accrochage des collections contemporaines du Centre Pompidou propose un vaste panorama de l’art contemporain depuis les années 1980 jusqu’à aujourd’hui. Le parcours rassemble plus de 400 œuvres et objets (peintures, sculptures, installations, vidéos, films, dessins, photographies, architecture et design), de près de 200 artistes, architectes et designers. Un retour inédit sur l’art des trente dernières années.

Date-seuil et année de rupture, 1989, avec la chute du mur de Berlin et les événements de la place Tiananmen à Pékin, initie une nouvelle ère. L’Occident s’étonne de voir émerger sur la scène internationale des artistes contemporains issus de "nouveaux territoires". Et des biennales d’art contemporain se multiplient bientôt aux quatre coins du monde.

Le nouvel accrochage des collections contemporaines du Centre Pompidou accorde une attention particulière à la nouvelle géographie artistique mondiale observée alors, avec une attention plus particulière portée à l’ancienne Europe de l’Est, la Chine, le Liban, et divers pays du Moyen-Orient, l’Inde, l’Afrique ou encore l’Amérique latine.

Dans le même temps, le nombre d’artistes, de galeries et de commissaires d’exposition augmente considérablement, tandis que l’art fait l’objet d’une nouvelle « consommation » culturelle, et que le marché de l’art contemporain explose. Le « curator » ou commissaire d’exposition se substitue au critique d’art.

Sur le plan artistique, l’avènement des réalités virtuelles, de l’Internet et du « numérique » constitue un tournant et rend caduques la définition d’une photographie « révélée » par la lumière ou l’autonomie de certains médiums comme le film ou la vidéo. Le son devient un matériau à part entière des installations. Enfin, la pratique de la performance connait un regain d’intérêt, avec des développements vers la danse, le théâtre ou le texte parlé.

Quant à l’histoire de l’art, elle est aussi l’objet de nombreuses relectures, certains annonçant la fin de l’histoire ou l’entrée dans une ère post-historique. De nouvelles approches proposent une histoire non linéaire, horizontale plutôt que verticale, incluant des micro-récits locaux et ouvrant un champ de recherche considérable. Les questions d’identités apparaissent également au centre des débats, initiés, entre autres, par les artistes afro-américains.

Dans cette effervescence mondialisée, les artistes, avec un regard souvent critique, réinventent souvent leurs pratiques en repensant jusqu’à leurs « formes de vie » et leur posture en tant qu’artistes, explorant les sciences dures, les sciences humaines ou la littérature.

Les années 1990 voient ainsi l’émergence de l’artiste producteur, historien, archiviste ou documentariste, vigie des bouleversements sociopolitiques contemporains. Le rapport au corps conduit à des inventions plastiques, et nombre d’artistes s’identifient au narrateur ou à l’autobiographe, instaurant des fictions tournant autour de l’intime.

Le réel lui-même et l’objet du quotidien ont été les sources de nombreuses sculptures et installations, repoétisant le banal, réarticulant les sphères publiques et privées, soumises à leur tour à de profonds bouleversements sociologiques.

Une Histoire, nouvelle présentation des collections contemporaines du Centre Pompidou, propose une lecture de l’art inspirée par la manière même dont les artistes se sont positionnés au regard de ces profonds changements.

Le parcours proposé est comme segmenté en rubriques.

Dans l’entrée, œuvres de Pascale Marthine Tayou, Chen Zhen, Philippe Parreno, et Maurizio Cattelan.

La salle de projection présente en rotation des films de William Kentridge, Isaac Julien, Jalal Toufic, Harun Farocki et Andrei Ujica, Johan Grimonprez, Renée Green, Coco Fusco, Chris Marker, Akram Zaatari, etc.

Samuel Fosso, La femme américaine libérée des années 70, 1997 De la série Tati Epreuve chromogène, 101 x 101 cm musée national d’art moderne, Centre Pompidou, Paris © Centre Pompidou, mnam/cci, Dist. RMN-Grand Palais / Philippe Migeat © Fosso Samuel, courtesy JM Patras/Paris

L’artiste comme historien, avec des œuvres de (nous ne pouvons les citer tous !) : Thomas Hirschhorn, Jean-Michel Basquiat, Samuel Fosso, Walid Raad, Danh Vo, Chris Marker, Roman Ondak, Mircea Cantor, et plus tard par rotation de : Martin Parr, Boris Mikhailov, Lorna Simpson.

L’artiste comme archiviste : Christian Boltanski, Liu Wei, puis de Kader Attia, et Wang Jian Wei.

« Sonic Boom » : Gregor Hildebrandt, Andreas Gursky, puis Jim Hodges, John Cage.


- L’artiste comme producteur, la génération « Traffic » : Felix Gonzalez-Torres, Liam Gillick, Philippe Parreno, Pierre Huyghe, Wolfgang Tillmans, puis Xavier Veilhan, Fabrice Hyber.

Felix Gonzalez-Torres, Untitled (Last light), 1993 Ampoules, douilles en plastique, fil électrique extensible, variateur de lumière, dimensions de l’installation variables musée national d’art moderne, Published by A.R.T. Press, Los Angeles and Andrea Rosen Gallery, New York Centre Pompidou, Paris © The Felix Gonzales -Torres Foundation Courtesy of Andrea Rosen Gallery, New York © Centre Pompidou, mnam/cci, Dist. RMN-Grand Palais / Georges Meguerditchian

L’artiste comme documentariste, l’art au plus près du réel : Jean-Marc Bustamante, Erik van Lieshout, Nira Pereg, puis Jean-Luc Moulène, Marie Voignier, Mohammed Bourouissa, Bruno Serralongue, Valérie Jouve, Guy Tillim, Yvan Salomone, Adrián Villar-Rojas.


L’artiste et l’objet, la réinvention du quotidien : Andreas Gursky, Wilfredo Prieto, Damián Ortega, Rachel Harrison, Gabriel Orozco, Michel François, puis Peter Fischli et David Weiss, Jean-Louis Garnell.

Gabriel Orozco, Eaten Hose (Manguera Mordida), 1990 Épreuve cibachrome, 31,5 x 47 cm Dépôt de la Centre Pompidou Foundation, 2013 musée national d’art moderne, Centre Pompidou, Paris © Centre Pompidou, mnam/cci, Dist. RMN-Grand Palais / Philippe Migeat © Gabriel Orozco

Radical Painting(s)  : General Idea, Daniel Buren, Steven Parrino, puis Davide Balula.


« L’art au corps » : le corps performé : Zhang Huan, Anne-Marie Schneider, Regina Jose Galindo, Anri Sala, puis Mike Kelley, Paul McCarthy.

Zhang Huan, Family Tree, 2000 Polyptyque, 9 épreuves chromogènes, 396 x 318 cm, chaque épreuve : 132 x 106cm musée national d’art moderne, Centre Pompidou, Paris © Centre Pompidou, mnam/cci, Dist. RMN-Grand Palais / Georges Meguerditchian © Zhang Huan

L’artiste comme narrateur, fictions de l’intime (en rotation complète de la partie précédente à partir de janvier 2015) : Joël Bartoloméo, Sophie Calle, Mohamed Camara, Ghazel, Zineb Sedira.

Architecture et Design. Nouvelles tendances dans les années 1980 et 1990 : Norman Forster, Jacques Hondelatte, Toyo Ito, Rem Koolhaas, Jean Nouvel, Dominique Perrault, Bernard Tschumi, Ron Arad, Philippe Starck, Jean-Michel Wilmotte.


Une salle est consacrée à l’architecte Kenzo Kuma.

Kengo Kuma, Maquette pour le CG Prostho Museum Research Center, Kasugaishi, Japon, 2008-2010 Acrylique, 27.5 x 59.4 x 42 cm, échelle 1/50ème, poids 5 kg musée national d’art moderne, Centre Pompidou, Paris © Centre Pompidou, mnam/cci, Dist. RMN-Grand Palais / Georges Meguerditchian © Keng Kuma & Associates


Design. Environnement, recherches et expérimentations – années 1990-2000 : Ross Lovegrove, Matthias Bengtsson, Neri Oxman, Label Eric Dalbin, David Trubridge, Andrew Kudless, Adrien Rovero, Saleem Bhatri, Thomas Heatherwick, Jasper Morrison et Naoto Fukasawa.

Andrew Kudless, Chrysalys III, 2012 Feuilles de bois de placage (cerisier et peuplier), 190 x 90 x 90 cm Logiciels : Grasshopper, Kangaroo, Python, Lunchbox, Rhinoscript Collection Prospective industrielle, musée national d’art moderne, Centre Pompidou, Paris © Centre Pompidou, mnam/cci, Dist. RMN-Grand Palais / Georges Meguerditchian © Andrew Kudless

Une histoire. Art, architecture, design des années 1980 à nos jours, du 2 juillet à fin décembre 2015, au Centre Pompidou, Niveau 4. 75191 Paris Cedex 4, 01 44 78 12 33, métro Hôtel de Ville, Rambuteau. De 11 à 21h tous les jours sauf le mardi. de 11 à 13€ selon période, ou de 9 à 10.

Voir aussi Marcel Duchamp, la peinture, même, au Centre Pompidou, jusqu’au 5 janvier 2015.

***

N’oubliez pas les collections permanentes...

Musée de l’Orangerie : Guide des plus belles œuvres des collections permanentes.

Musée du Petit Palais : Guide des plus belles œuvres des collections permanentes. Gratuit.

Musée d’Art moderne de la Ville de Paris : Guide des plus belles œuvres des collections permanentes. Gratuit.

Musée des Arts et Métiers : Guide des plus belles pièces des collections permanentes

Musée Carnavalet : Guide des plus belles œuvres et pièces des collections permanentes. Gratuit.

Musée de Cluny : Guide des plus belles œuvres et pièces des collections permanentes.

Musée de l’Histoire de l’immigration : Guide des plus belles œuvres et pièces des collections permanentes.

***

Vous retrouverez dans l’article Les Grandes Expositions 2015 à Paris de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Calendrier 2015 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences dans : LA SEMAINE des expositions et musées : que faire à Paris du....

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer.

Comme les autres années (2014, 2013, 2012), nous établissons au fur et à mesure notre sélection dans l’article Paris 2015 : LES MEILLEURS CATALOGUES d’expositions de Paris.

Celui de cette exposition a fait partie de notre sélection 2014.

Nous vous proposons aussi une sélection d’expositions et de festivals dans les villes françaises suivantes :
Angoulême - Arles - Avignon - Bordeaux - Dijon - Grenoble - Ile-de-France - Lens - Lille - Lyon - Marseille - Metz - Montpellier - Nantes - Nice - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen, Le Havre - Saint-Étienne - Strasbourg - Toulouse - Tours

De même nous avons commencé :
Les Grandes Expositions 2016 à Paris de A à Z
Calendrier 2016 des grandes expositions à Paris
peuvent déjà être consultés sur Évous.fr... et complétés, si vous disposez de plus d’informations que nous !

Et juste quelques musées et expositions pour Bruxelles, Genève, Bâle, Amsterdam, Londres, Madrid, Milan, et Venise.

André Balbo

sources : Visite, Centre Pompidou

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.