eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Terres et saveurs > En forêt > Le mystérieux ortolan > L’ortolan, malgré lui

L’ortolan, malgré lui

Dernière mise à jour : mardi 14 janvier 2014, par Marion Augustin

L’ortolan est un petit oiseau chanteur d’une vingtaine de grammes, aux couleurs vives, qui égaye les champs ouverts à la fin de l’été.

Un grand migrateur

L’ortolan peut facilement parcourir plus de 7 000 km. Il passe l’été dans de nombreux pays d’Eurasie, du sud de la Scandinavie au sud de l’Espagne et en Turquie, Iran, Afghanistan, à l’est jusqu’en Russie et en Mongolie. En France, le Bruant ortolan est commun dans le Midi.
Le Bruant ortolan migre en automne au Proche-Orient (Iran et Arabie notamment) et en Afrique, notamment du Sénégal à l’Éthiopie et au sud du Sahara. Il passe l’hiver dans les montagnes de ces contrées.

Des qualités fatales

Comment un si petit oiseau fait-il pour voler sur de si longues distances ? Certains se nourrissent de fruits et de vers. L’ortolan, lui, se nourrit de graines, de millet, d’avoine. Avant de migrer, il fait des réserves pour subvenir à ses besoins durant la migration. Ainsi, son poids peut doubler, passant de 20 à 40g, ses réserves sont stockées sous forme de graisse. C’est cette graisse qui est tant appréciée par les amateurs d’ortolans.

Ainsi, cette capacité de stockage est exploitée par les "chasseurs" d’ortolans, qui capturent les oiseaux vivants, attirés par des graines disséminés sous la cage. Ensuite, les oiseaux engraissent rapidement en cage abondamment nourris de graines.

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.