eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Terres et saveurs > En forêt > Le mystérieux ortolan > Un oiseau menacé

Un oiseau menacé

Dernière mise à jour : jeudi 16 janvier 2014, par Marion Augustin

Le bruant ortolan ou ortolan est aujourd’hui le passereau qui décline le plus au niveau européen. Il est menacé en France, à la fois ses populations nicheuses et ses populations de passage, qui traversent le pays à la fin de l’été pour aller hiverner au sud du Sahara.

Espèce protégée en France depuis 1999 et au niveau européen depuis 1988, la population de bruant ortolan ne cesse de diminuer de manière très inquiétante. Une étude a été commandée au Museum d’histoire naturelle en 2011 afin de comprendre ce déclin et de l’enrayer par la suite.

En 30 ans, 84% de la population d’ortolans a disparu en Europe. En Scandinavie où des ortolans avaient l’habitude de nicher, il n’y en a quasiment plus. En Suisse, l’ortolan est considéré disparu. En France, certains experts avancent le chiffre de la disparition de la moitié de la population en 15 ans.

Les causes ? L’intensification de l’agriculture, et peut être d’autres éléments en cours d’étude, et certainement la chasse. En effet, la tolérance française à l’égard de la chasse ou braconnage de l’ortolan serait aussi responsable de la diminution des oiseaux.

40 000 oiseaux seraient ainsi capturés illégalement chaque année en France par quelques centaines de "chasseurs". Le débat fait rage dans les Landes entre les chasseurs et la ligue de protection des oiseaux. Les premiers avancent que les prélèvements d’oiseaux sont minimes et n’influent pas sur la population totale ; les seconds que c’est une pratique illégale avec un marché noir à la clé. Un ortolan serait en effet vendu 100 à 150 € pièce. Dans ce cas, qui faut-il condamner ? le chasseur ? le restaurateur ? le consommateur ? Tous sans doute ! Il n’en demeure pas moins qu’il est urgent de trouver les causes de la diminution des ortolans sous peine de l’extinction de ce passereau dans notre pays.