evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Paris > Vivre à Paris > Enjeux divers > Affaires, procès et scandales > Wildenstein > Wildenstein : retour sur les revues de presse d’une étrange affaire (...)

Wildenstein : retour sur les revues de presse d’une étrange affaire (11)

vendredi 20 octobre 2017, par André Balbo

Paris. Le 9 mars 2011. Les ministres Baroin et Mitterrand disent se charger bientôt de l’Affaire... Ce que l’on a appelé un temps, avec retenue, « l’Affaire Wildenstein », est devenue en mars 2011, à force d’être si longtemps étouffée, le produit maudit d’une cocotte-minute en surchauffe et d’un cordon furibard de milliers de pétards du Nouvel An chinois.

2005 : Guy et Alec Wildenstein sont mis en cause pour spoliation de l’héritage de leur belle-mère Sylvia, rétablie dans ses droits sans pour autant que les W. en soient inquiétés.

2008 : la Cour d’appel de Paris reconnaît qu’est bien pratiquée « l’évasion de patrimoine, conformément à la tradition familiale », dans des paradis fiscaux… sans pour autant, là non plus, que cela ait donné lieu à des poursuites, fiscales, judiciaires, ou de quelque nature que ce soit.

2010 : en fin d’année, l’Office central de lutte contre le trafic de biens culturels fait, au cours d’une deuxième perquisition à l’institut Wildenstein une bonne pioche en rapportant une trentaine d’œuvres « signalées volées ou disparues » dixit Le Point.

L’une d’elles, le tableau « Chaumière en Normandie », de Berthe Morisot, ajouterait à elle seule, aux spoliations et évasions de patrimoine déjà mentionnées, le recel d’œuvres volées. Plainte aurait été déposée par les descendants de l’artiste, la famille Rouart… qui ne serait peut-être pas la seule à exprimer ce type de grief.

Pour Me Claude Dumont-Beghi, l’avocate de feue Sylvia Wildenstein : « L’affaire passionne les médias internationaux et n’est pas près de s’arrêter ».

Des collectionneurs d’art de plusieurs pays, toujours à la recherche de leurs biens, l’ont contactée pour relancer l’enquête. Peut-être échaudée par ses années de combats menés sur ce sujet, l’avocate relativise : « À condition que la volonté suive… »

Nous en sommes aujourd’hui… presque convaincus. Mais nous aimerions tant pouvoir la rassurer tout à fait ! Guy Wildenstein paraît maintenant écarté par ceux de ses puissants amis qui surent en retour si bien l’utiliser. Délégué UMP pour Washington à l’Assemblée des Français de l’étranger, il ne sera finalement pas député de la circonscription couvrant l’Amérique du Nord. Plaintes, enquêtes et perquisitions trop nombreuses auront eu raison de sa candidature à la candidature. Quel dommage, le succès était assuré. Christine Lagarde aurait dû momentanément le remplacer, mais le vent de l’histoire...

2011 verra planer pour Guy les emmerdements qui, comme le disait si élégamment notre Grand Jacques, « volent toujours en escadrilles ».

François Baroin, ministre à l’époque du Budget, ne retiendrait plus davantage les services des Impôts, qui commenceraient à enquêter sur l’envol des tableaux vers des paradis fiscaux. Et le détail qui tue, celui qui confirme que « rien ne sera plus jamais comme avant » arrive enfin, telle la cerise sur le gâteau : Frédéric Mitterrand, notre ministre de la Culture, aurait promis le concours sans faille de son ministère aux investigations devenues nécessaires.

Il était plus que temps que les politiques s’intéressent à cette conséquente grappe d’affaires.

- La veuve d’Alec, Liouba, portait à son tour plainte contre X pour abus de confiance et fournissait de nouvelles informations sur les paradis où seraient planqués les tableaux de la fabuleuse succession.

- La vente, ordonnée par Guy et Alec, du mobilier de grande valeur de l’institut W. en 2005 en faisait d’ailleurs également partie. 80 lots « invendus » se seraient alors volatilisés.

- Le « Nu rose à la baignoire », chef-d’œuvre de Bonnard (les Wildenstein n’ont que 180 tableaux de ce peintre, les plus beaux), qui aurait dû revenir à Sylvia… coulerait des jours tranquilles aux Bahamas.

- Et n’oublions pas l’hilarante affaire de l’Autoportrait, de Claude Monet, qui ne saurait vous décevoir...

Amis des artistes et de l’histoire de l’art, à vos crayons ! Un extraordinaire musée impossible, invisible, et pourtant de plus en plus imaginable, pourrait soudain surgir à vos yeux émerveillés ! Restez éminemment attentifs !

André Balbo

sources : Le Canard Enchaîné, Le Point, Daniel Wildenstein, Me Claude Dumont-Beghi

Wildenstein : retour sur les revues de presse d’une étrange affaire

Entretien exclusif avec Me Dumont-Beghi, qui publie L’Affaire Wildenstein. Histoire d’une spoliation. Juste explosif !

30 juin 2010. Abus de procédures et/ou succession difficile ? (1)
6 juillet 2010. Une deuxième Affaire Bettencourt ? (2)
22 juillet 2010. Paris commençait-il à s’attaquer à la "délinquance astucieuse" ? (3)
14 septembre 2010. Dépôt de plainte au pénal à Paris dans la succession Wildenstein. (4)
4 novembre 2010. Un nouveau départ de l’Affaire Wildenstein ? (5)
16 novembre 2010. Après le décès de Sylvia Roth, qu’adviendra-t-il de l’affaire Wildenstein ? (6)
9 décembre 2010. Début des perquisitions dans l’Affaire Wildenstein... (7)
2 février 2011. Bonne pioche pour la police à l’Institut Wildenstein ! (8)
17 février 2011. Les Wildenstein n’ont décidément pas de chance avec les femmes. (9)
28 février 2011. L’édifiante histoire du Portrait de Claude Monet, de John S. Sargent, devenant au fil du temps un Autoportrait, de Claude Monet. (10)
Le 9 mars 2011. Les ministres Baroin et Mitterrand disaient se charger bientôt de l’Affaire... (11)
Le 3 avril 2011. Le fisc aurait-il cherché à étouffer l’Affaire Wildenstein ? (12)

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.