eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Bordeaux Lyon Marseille Nantes Toulouse Guides France Musique Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Terres et saveurs > Des douceurs, des desserts > Paris-Brest et Saint-Honoré > Le meilleur Saint’Ho de Paris

Le meilleur Saint’Ho de Paris

Dernière mise à jour : lundi 14 octobre 2013, par Marion Augustin

Sans avoir testé tous les pâtissiers de Paris et d’Ile de France, je peux vous recommander un ou deux Saint-Honoré dignes du lourd héritage gastronomique attaché à son nom si renommé. Plaisir garanti.

Pourquoi le Saint-Honoré ? Ce pilier de la pâtisserie parisienne est une gourmandise totale : beau, blanc, gros, sucré mais en même temps aérien, festif, généreux. C’est un plaisir (presque) gratuit qui inscrit le gourmand dans une grande famille de gourmands.

Un gâteau parisien

Le Saint Honoré donne aussi l’impression d’être à Paris, un peu comme un immeuble haussmannien ou un tableau de Gustave Caillebotte. Ce goût d’un Paris, gourmand et inventif, se prolonge aujourd’hui avec les chefs des quatre coins du monde qui trouvent dans la capitale française un terreau favorable à leur épanouissement créatif, de Bones à Roseval en passant par Spring ou Abri. Petit bémol : la pâtisserie semble demeurer l’apanage des natifs : Pierre Hermé, Philippe Conticini, Jacques Genin, Claire Damon, Hugo et Victor... On attend avec impatience que les pâtissiers des quatre coins du monde investissent le sujet !

Un saint Honoré traditionnel

Si les plus créatifs des pâtissiers réinterprètent le Saint Honoré, souvent avec réussite, les fidèle à la tradition trouveront leur bonheur chez Gérard Mulot. Le Saint Honoré y est parfait, tant la pâte que la garniture, le croquant du caramel que l’air de la chantilly, sans trop de sucre. Un must.
Bémol : le service chez Mulot est parfois très approximatif, donc patientez, le plaisir en vaut la peine !

Un saint Honoré revisité

Pour les amateurs de nouvelles sensations gustatives à partir de classiques réinterprétés, la pâtisserie Hugo et Victor est une halte recommandée. Le Saint Honoré poire chocolat est une réussite, tout comme celui de Pierre Hermé à la framboise, rose et litchi (Ispahan). Ce dernier n’est disponible malheureusement qu’au printemps.

Quelques déceptions

Est-ce le transport ? La chaleur de la fin du mois de septembre ? Le dosage du sucre dans le Saint Honoré ? La fraîcheur du gâteau ? Toujours est-il que certains Saint Honoré goûtés ont déçus.

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.