eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Paris > Vivre à Paris > Enjeux divers > Affaires, procès et scandales > Wildenstein > Un faux Monet à Marmottan ?

Un faux Monet à Marmottan ?

Dernière mise à jour : jeudi 29 novembre 2018, par Expositions

À 236 jours d’une toujours possible prescription (le 31 décembre 2011), cette anecdote, qui est peut-être une énième affaire Wildenstein… juste pour vous permettre de patienter… et d’alimenter votre curiosité, toujours insatiable.

Le Point nous dit que la famille Wildenstein, marchands d’art, aurait mis un faux Monet au Musée Marmottan…Pensez donc !

L’histoire est racontée par Monsieur Charly Nadjar, qui d’ailleurs viendrait de déposer plainte contre Marmottan pour abus de confiance et recel de tableau, au sujet d’une œuvre exposée par le musée comme étant du grand Claude Monet, si largement honoré dans les musées de Paris cette année.

Il avait, selon ses dires, présenté ce même tableau (une Meule, l’artiste avait beaucoup travaillé les effets de lumière sur des meules de foin) à Daniel Wildenstein en 1995, et celui-ci était arrivé à la conclusion qu’il ne pouvait être de Claude Monet. Il lui fut donc racheté au prix de 50 000F.

Charly Nadjar n’aurait que très modérément apprécié de retrouver ce même tableau au musée Marmottan, où il serait exposé depuis 2008 comme étant de Claude Monet, un certificat d’inclusion à l’œuvre de Claude Monet ayant été établi par Guy Wildenstein, un des fils et successeurs de Daniel, décédé depuis.

Pour le plaignant, attribuer un faux Monet à ce peintre ne pourrait être qu’une erreur ou une faute de la part de Guy W., qui ne saurait aller à l’encontre du jugement de son père. M. Nadjar considère qu’en agissant de la sorte, M. W. fait du tort au monde de l’art, et à l’œuvre de Claude Monet.

Peut-être aussi que, selon ses propres déclarations, Charly Nadjar est plus encore gêné par le fait que ce tableau, qui lui avait été racheté au prix dorénavant jugé dérisoire indiqué plus haut, fut proposé par la suite et cédé « à un magnat américain en 2007 pour 15 millions de dollars ».

Sa conclusion ? « Je considère que je me suis fait avoir ». L’histoire saura-t-elle nous en apprendre davantage ?

André Balbo

sources : Le Pointtv, youtube, Charly Nadjar

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.