eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Terres et saveurs > A boire ! > L’eau : plate ou gazeuse ? > Est-ce qu’elle est bonne, l’eau du robinet ?

Est-ce qu’elle est bonne, l’eau du robinet ?

Dernière mise à jour : lundi 10 février 2014, par Marion Augustin

Doit-on boire l’eau du robinet ? Est-elle bonne partout en France ? Chlore, nitrate, plomb, pesticides et bactéries sont-ils les seuls polluants de l’eau ?

Les substances polluantes dans l’eau du robinet sont essentiellement le chlore, le calcaire, le plomb, les nitrates, les pesticides et les bactéries. Ils sont connus et mesurés régulièrement. En général, l’eau est potable dans la très très grande majorité des communes de France. Même en Bretagne où les nitrates ont mauvaise réputation, l’eau est bonne à boire.

  • Les nitrates : moins de 50mg/l

La norme européenne (50 mg/l) a été fixée en fonction des risques encourus par les catégories de population les plus vulnérables (nourrissons et femmes enceintes), sur la base des recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

  • Les pesticides ou produits phytosanitaires : moins de à 0,1 µg/l

Dans les eaux destinées à la consommation humaine, la norme fixe à 0,1 µg/l la limite de qualité pour chaque type de pesticide et à 0,5 µg/l la limite de qualité pour la concentration totale en pesticides.

  • La qualité microbiologique

Les normes en vigueur imposent un contrôle strict des germes présents, sachant que certains se trouvent naturellement dans l’intestin de l’homme et des mammifères. Les traitements de clarification et de désinfection permettent de les éliminer efficacement.

  • Le chlore

Le chlore est un désinfectant utilisé pour l’élimination des germes pathogènes et pour la sécurité sanitaire du transport de l’eau dans les canalisations.

Le chlore utilisé dans l’eau potable ne présente aucun risque sur le plan sanitaire lorsque l’eau potable est de bonne qualité. Pour le confort et l’agrément du consommateur, une teneur en « chlore libre résiduel » limitée est souhaitable.

  • Le calcaire

Les désagréments sont principalement de l’ordre du confort : entartrage des tuyauteries, sécheresse de la peau causés les eaux dites « dures » (riches en calcaire).

  • Le plomb

Le plomb est rarement à l’état naturel dans l’eau. En revanche, certaines canalisations des réseaux de distribution et des réseaux intérieurs d’immeubles anciens sont encore en plomb.

Pour vérifier la qualité de l’eau du robinet dans votre commune : www.eaupotable.sante.gouv.fr

Mais une autre pollution de l’eau est détectée depuis quelques années : des médecins de l’Asef (association santé environnement France) alertent depuis 2013 sur le risque de pollution des eaux par les médicaments.

  • La pollution par les médicaments

L’augmentation régulière de la prise de médicaments - rien qu’en France, nous en avons consommé 3,12 milliards de boîtes en 2011 - ne serait pas sans risques pour notre environnement et pour notre santé. Les traces trouvées dans certaines eaux sont pour l’instant infimes et sans effets sur la santé. Néanmoins, les agences sanitaires sont vigilantes.

Certains professionnels de santé affirment qu’ autisme, troubles du comportement ou de la reproduction, résistance bactérienne pourraient trouver leur origine dans la pollution de l’eau par des médicaments.

Ce sont d’abord les consommateurs de médicaments qui polluent l’eau : le produit se retrouve dans les selles et les urines pour aller ensuite dans les stations d’épuration. Malheureusement, ces dernières n’ont pas été conçues pour traiter ce type de pollution. Elles ne dégradent pas totalement les molécules thérapeutiques, dont une partie rejoint nos rivières.

Ensuite, les médicaments non utilisés sont parfois jetés dans les toilettes et polluent l’eau.

La solution : traiter le problème à la source. Réduire le nombre de médicaments non utilisés et réduire les prescriptions de médicaments dans leur ensemble. Cela semble si simple à énoncer et si compliqué à mettre en oeuvre.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.