eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Terres et saveurs > Beurre, oeufs, fromage... > Le roquefort > Le Roquefort, de Jules César à José Bové

Le Roquefort, de Jules César à José Bové

Dernière mise à jour : lundi 14 mai 2012, par Marion Augustin

Le roquefort est un fromage qui traverse l’histoire.

On raconte qu’en des temps reculés, un berger aurait oublié son casse-croûte dans une grotte pour suivre une jeune demoiselle. Quand il revint quelques jours plus tard, il retrouva son pain moisi mais aussi le fromage, recouvert d’un duvet bleuté. Il goûta le fromage et le trouva bon. Le Roquefort était né !

Préparatif d'un banquet, mosaïque du IIe siècle ap. J. – C. Paris, musée du Louvre {JPEG}La tradition fromagère du roquefort remonterait sans doute au peuple gaulois des Rutènes, installés dans le sud du massif central. Pline l’Ancien fait mention de l’excellence des fromages de la région, dont on fait grand cas à Rome au 1er siècle après J.C..

Au Moyen Age, le roquefort fut d’abord apprécié par Charlemagne. Ce dernier, de retour d’une guerre en Espagne, s’arrête chez l’évêque d’Albi. C’est un samedi, alors jour d’abstinence. Ne pouvant pas servir au roi du poisson l’évêque lui propose du Roquefort. Le roi entreprend d’ôter toutes les moisissures avec la pointe de son couteau ! L’évêque réussit à le convaincre de goûter ce qu’il ôte et Charlemagne apprécie beaucoup, à tel point qu’il en commande deux charges de mulet. Inquiet sur les variations de qualité du fromage l’évêque prévient celui-ci que la qualité de ce qu’il reçoit ne serait peut être pas la même que ce qu’il vient de goûter. Charlemagne lui conseille donc de couper les fromages par le milieu pour savoir lesquels sont les bons et les mauvais !

En 1411, Charles VI signe une charte qui accorde aux habitants de Roquefort le monopole de l’affinage de ce fromage. Charles VII renouvelle ce privilège ainsi que de prestigieux rois dont François Ier, Louis XIII, Louis XIV et Louis XV. La cour du parlement de Toulouse émet plusieurs arrêtés protégeant le fromage contre les imitations et confirmant les droits accordés aux fabricants de Roquefort .

Au XVIIIe siècle, Diderot le considère comme le premier fromage d’Europe. Des auteurs tels Voltaire, Chaptal et bien d’autres écrivent sur ce fromage. Casanova, quant à lui, le considère comme un aphrodisiaque !

C’est le 16 Juillet 1925 que le Roquefort bénéficie de la première AOC sur un fromage.

En 1999, le roquefort est une des cibles dans le conflit économique qui oppose la France et les Etats-Unis via l’OMC, organisation mondiale du commerce. L’Union européenne ayant interdit l’importation de bœuf aux hormones américain, les Etats-Unis sont autorisés par l’OMC à prendre des mesures de taxation contre certains produits au lait cru en provenance de l’U.E. Le roquefort en fait partie. José Bové, leader de la confédération paysanne, en lutte contre la malbouffe et l’utilisation d’OGM, a fait du roquefort un cheval de bataille.
Dernier rebondissement, en janvier 2009, une menace de taxation du roquefort à 300 % de l’administration de George W. Bush a encore une fois soulevé les inquiétudes des producteurs. Finalement, les Etats-Unis d’Obama renoncent aux droits de douane sur le roquefort et sur les autres produits de l’U.E. en échange d’un marché de viande bovine élevée sans hormones. L’histoire du roquefort continue...