eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Terres et saveurs > Au potager > La patate, reine de nos assiettes > Divine pomme de terre : remède mondial anti-crise ?

Divine pomme de terre : remède mondial anti-crise ?

Dernière mise à jour : vendredi 26 octobre 2012, par Marion Augustin

2008 a été décrétée l’année de la pomme de terre par la FAO. Est-ce juste un effet d’annonce, ou bien y-a-t-il de vrais enjeux mondiaux autour de ce tubercule qui nous régale ?

D’abord en France, La pomme de terre a toujours été très consommée. Si la consommation a nettement diminué depuis les années 1960, la pomme de terre demeure aujourd’hui le premier légume consommé par les Français, avec 25 à 30kg consommés en frais et 25kg en produits transformés (frites surgelées, purées en flocon, chips,...). Peu onéreuse, produite partout et avec une haute teneur énergétique, elle est le principal légume consommé même en temps de crise. La baisse du prix en France en 2012 (moins d’1€/Kg en moyenne) y contribue d’ailleurs.

Un aliment pour les pauvres dans le monde

Selon la FAO, la pomme de terre devrait faire partie intégrante des stratégies visant à fournir une alimentation nutritive aux populations pauvres et affamées dans les pays en développement.

Elle est parfaitement adaptée aux sites où les terres sont limitées mais où la main d’oeuvre abonde, conditions qui caractérisent une grande partie du monde en développement. La pomme de terre produit davantage de nourriture nutritive sur moins de terres et dans des climats plus rudes que toute autre grande culture - 85 pour cent de la plante est comestible pour l’homme, contre environ 50% pour les céréales.

Enfin, contrairement aux principales céréales, la pomme de terre n’est pas commercialisée sur le marché mondial. Seule une part infime de la production fait partie du commerce extérieur. Son prix dépend en général des coûts de production locaux et n’est pas soumis aux fluctuations des marchés internationaux.

C’est pourquoi c’est une culture vivement recommandée pour atteindre la sécurité alimentaire et elle peut aider les agriculteurs à faibles revenus et les consommateurs vulnérables à surmonter la crise actuelle des disponibilités alimentaires et de la demande mondiales. L’Inde par exemple, envisage de doubler sa production de pomme de terre.

Alors, n’hésitez plus, où que vous viviez, abusez des pommes de terres.

Source : www.fao.org et CNIPT