.evous
>

Hirō Onoda, le dernier soldat, un 9 mars

Voici l’histoire, abrégée, de Hirō Onoda, le soldat japonais qui ne savait pas que la guerre était finie.

Le même jour en 1974, quelque part entre Rambo et Robinson Crusoe, le soldat japonais Hirō Onoda rendait les armes... 30 ans après la fin de la guerre. Débarqué en 1944 sur l’île de Lubang, dans les Philippines, en pleine Guerre du Pacifique, en compagnie de vingt-et-un autres hommes formés aux techniques de la guerilla, Hirō Onoda est notamment chargé de retarder le débarquement des Américains sur l’île.
En 1945, les américains reprirent toute la région, et une bonne partie des troupes japonaises furent anéanties par les forces américaines. Mais, resté sur son île, Onoda continue le combat avec trois compagnons, isolés de l’extérieur, sans se douter que la guerre est finie et refusant de le croire quand on le lui affirmait. Déclaré légalement mort au japon en 1959, il continua de porter les armes et refusera de les déposer à moins d’un contrordre de son supérieur hiérarchique, le major Taniguchi, devenu entre-temps libraire. Informé de l’existence de ce soldat quelque peu têtu, le gouvernement japonais charge Taniguchi d’annoncer la mauvaise nouvelle et Hirō Onoda dépose officiellement les armes le 9 mars 1974 avant de les remettre en main propre au président Philippin Ferdinand Marcos deux jours plus tard. Parmi ses compagnons de guerilla, un premier se rendra auprès de l’armée philippine en 1950 et les deux autres seront tués au cours d’échanges de tirs, laissant Hirō Onoda poursuivre sa guerre en solitaire avant qu’un étudiant japonais décide de le retrouver et de lui donner des nouvelles du monde...