Accueil > Expositions

Marseille 2017. Musées et expositions

22 mars 2017 par André Balbo

Vous n’arriverez jamais à tout voir et à tout faire tant Marseille et ses environs regorgent d’événements : le MuCEM encore ; le musée d’Histoire de Marseille bien conçu ; la Vieille Charité ; le FRAC. Il faut bien sûr escalader la Cité radieuse. Ne pas omettre les collections permanentes du musée Cantini, et encore moins celles du MAC à Marseille.

En fin d’article, des liens tentateurs vous invitent aussi à d’autres curiosités culturelles dans des villes environnantes...

Surveillez aussi les premiers pas du Centre d’art de l’Hôtel de Caumont.

Et Le Cannet, Saint-Trop, Toulon...

Accès rapides à nos contenus : Le MuCEM, Le Musée d’Histoire de Marseille, La Vieille Charité, Le Musée d’arts africains, océaniens, amérindiens, La Fondation Regards de Provence, Le FRAC, Le Mamo, La Cité radieuse, Le Musée Borély, Le Musée des Beaux-Arts, La Grande Ombrière, Le Musée Cantini, La Belle de Mai, Le MAC

Le MuCEM, inauguré en 2013 et qui va donc vers ses 4 ans, s’est imposé à la fois comme la nouvelle mascotte, le totem et le gri-gri de Marseille. Ses visiteurs se comptent en dizaines de millions, dont presque un quart seraient des Marseillais, et la moitié des Provençaux.

Ce musée formidable a donné un surcroit de fierté aux habitants aussi soudain et violent que celui créé par l’ouverture du musée Soulages aux habitants de Rodez, toute proportion gardée, évidemment.

Et puis les Marseillais et la ville de Marseille sont d’un accueil si chaleureux, et les calanques si merveilleuses. Et les villes environnantes si actives, si culturelles... Aix-en-Provence, Le Rayol, Le Cannet, Saint-Tropez, Aubagne, Toulon, Hyères, Martigues, et celles des Alpilles !

Sachez encore que 2018 devrait nous réserver de bonnes surprises culturelles à Marseille et dans sa région. En effet, le mouvement MP2018 (MP pour Marseille-Provence) s’est déjà fixé un budget de 5,5M€, mi-public mi-privé, pour tenter de retrouver la dynamique culturelle de Marseille Provence 2013 Capitale européenne de la Culture, qui avait fait venir quelque 11 millions de visiteurs et suscité 11 000 articles dans la presse... sans exagération aucune ! Mais avait mobilisé un investissement à l’époque de 92,7M€.

Une vingtaine d’événements devraient être produits par MP2018, et plusieurs dizaines d’autres labellisés sur le thème "Quel Amour !". "Une affaire de désir à faire naître..."


***

Le MuCEM

Le MuCEM (musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée), 1 esplanade du J4 - 13002 Marseille, 04 84 35 13 00 ou 13, www.mucem.org, ouvert du mercredi au lundi (fermé le mardi). Horaires d’été (de mai à octobre) de 11 à 19h
. Horaires d’hiver (de novembre à avril) de 11 à 18h
. Nocturne vendredi jusqu’à 22h toute l’année. Billet MuCEM 8 ou 5€ (18-26 ans, enseignants et + de 65 ans). Billet famille 12€ (+ pour 2 adultes et 5 enfants maximum). Le billet est valable une journée (entrées-sorties acceptées) et donne accès à tous les espaces d’exposition du J4 et du fort Saint-Jean.

Accès Piétons : entrée basse fort Saint-Jean, 201 quai du Port (à 10mn à pied du métro Vieux-Port) ; entrée Panier parvis de l’église Saint-Laurent, esplanade de la Tourette ; entrée J4, 1 esplanade du J4 (à 10mn à pied du métro Joliette).
Métro : Ligne 1, arrêt Vieux-Port // Ligne 2, arrêt Joliette.
Tramway : T2 arrêt République / Dames ou Joliette
Bus : lignes 82 et 82s (arrêt Littoral Major ou Fort Saint-Jean) // Ligne 60 (arrêt Littoral Major ou Fort Saint-Jean) // Ligne 49 (arrêt Église Saint-Laurent, Littoral Major ou Fort Saint-Jean) // Ligne de nuit 582
Voiture : Parking payant Vinci Vieux Port / Fort Saint Jean (accès par le boulevard du littoral) ; parking payant Hôtel de Ville (accès par la place Jules Verne).

Le Prix du Musée 2015 du Conseil de l’Europe a été décerné au MuCEM (Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée). Ce Prix récompense chaque année, depuis 1977, un musée apportant une contribution importante à la connaissance du patrimoine culturel européen.

Selon sa rapporteuse Vesna Marjanovic (Serbie, SOC), ce musée est fondé sur "un concept original et novateur, situé dans un lieu époustouflant et doté d’une architecture exceptionnelle ; (...) il remplit parfaitement tous les critères du Prix du Musée 2015 du Conseil de l’Europe."

+ Les collections. Réalisé par Rudy Ricciotti et Roland Carta, majestueux et généreusement ouvert sur notre mer à tous, doit déjà être visité pour lui-même, parce qu’il est une pure merveille ! Il recueille entre autres collections, les trésors de feu le musée des Arts et traditions populaires de Paris du Bois de Boulogne, avec la Villa Méditerranée !

+ Du 23 septembre 2016 au 2 janvier 2017. Albanie, 1207 km Est

Une discussion avec les artistes albanais contemporains : Endri Dani, Yllka Gjollesha, Ilir Kaso, Adrian Paci, Edit Pulaj, Leonard Qylafi, Anri Sala, Ermela Teli, Driant Zeneli, Fani Zguro, Enkelejd Zonja, chacun questionnant à travers ses œuvres l’identité de son pays.

Les liens entre art, pouvoir, image, imagerie, histoire, propagande… dans un pays encore très marqué par son passé récent, 25 ans après la chute de la dictature communiste ; les liens entre folklore et identité ; le pouvoir des artistes à changer la ville et la vie, notamment à travers l’opération urbanistico-artistique des années 2000 à Tirana.

Commissariat : Jean-Roch Bouiller, conservateur en chef, responsable de l’art contemporain au MuCEM.

+ Du 26 octobre 2016 au 23 janvier 2017. Café In. Au 2e étage du J4

Plus de 300 œuvres d’art, photographies, objets, gravures, dessins, ouvrages rares, correspondances, archives audiovisuelles et textes inédits illustrent sur plus de 1 000 m² l’histoire du café dans le monde.

L’imaginaire contemporain du café est tout entier enraciné, organisé autour du bien-être individuel et collectif des hommes. Les vertus de cette boisson, d’abord médicinale, puis dégustative et conviviale, l’ont finalement emporté sur toutes formes de procès, en particulier religieux. En quelques siècles, le café est certes devenu une gigantesque économie, mais il s’est surtout imposé comme un rituel anthropologique au sens le plus étymologique du terme.

Puisque Léon-Paul Fargue affirme que « le café est l’institution la plus solide de France », comment expliquer que son objet soit si méconnu, son histoire si négligée, ses vertus si peu célébrées ? Il y a là un mystère que l’exposition Café In tente de lever, mais aussi la surprise de découvrir au sein de ladite « institution » un matériau scientifique, anthropologique, esthétique et économique que bien peu de rubiacées peuvent révéler.

De la baie à la tasse, c’est l’histoire, la géographie, l’économie, l’environnement, la consommation, la publicité et l’esthétique du café qui se mêlent et s’emmêlent dans un vaste et même univers. Il s’agit in fine de transformer le visiteur / consommateur de café en spectateur éclairé d’une histoire qu’il soupçonnait peu et dont il vient de comprendre qu’elle lui est familière.

+ Du 14 décembre 2016 au 20 mars 2017. Après Babel, traduire

Babel, malédiction ou chance ?

La diversité des langues est-elle la dernière frontière, l’obstacle à l’émergence d’une société unie et d’un espace politique commun ?

L’exposition montre a contrario comment la traduction est un savoir-faire avec les différences, et même un excellent modèle pour la citoyenneté d’aujourd’hui.

« La langue de l’Europe, c’est la traduction », disait Umberto Eco. L’Europe et la Méditerranée se sont construites sur le « dire presque la même chose », et inventées, en passant, à la confluence des savoirs et des langues.

Partant d’une abstraction du passage d’une langue à une autre, l’exposition donne à voir, à penser et à voyager dans cet entre-deux. Elle présente œuvres et objets, manuscrits, documents, installations et performances, qui manifestent de façon spectaculaire les jeux et les enjeux de la traduction, rendant partiale et négative la version noire qu’en donnait la mère de Napoléon.

+ Du 6 juin au 17 septembre 2017. Les Aventuriers de la mer.

De l’ancienneté des liens entre les Arabes et la mer...

Retour : Haut de la page


Le Musée d’Histoire de Marseille

- Le Musée d’Histoire de Marseille, Site de la Voie historique, 2, rue Henri-Barbusse, 13001 Marseille, 04 91 55 36 00, www.musee-histoire-marseille-voie-historique.fr. Ouvert du mardi au dimanche, fermé le lundi (sauf lundis de Pâques et de Pentecôte), le 1er janvier, 1er mai, 1er novembre, 25-26 décembre. Ouvert de 10 à 18h. 5 ou 3€ (billet combiné Docks romains/ Mémorial de la Marseillaise). Accès Métro ligne 1, station Vieux-Port, Métro ligne 2, station Noailles, Tramway ligne 2, station Belsunce Alcazar. Entièrement rénové et repensé, terriblement rafraichi, au point que... sa réalité a même été augmentée, ce musée a obtenu, notamment lors de ses journées "portes ouvertes", un très grand succès, et c’est un musée passionnant et très agréable à visiter. Avec 15 500m2 de lieux d’exposition, il serait l’un des plus grands musées d’histoire d’Europe.

+ 3 000 ans d’histoire de la ville , de ses vestiges archéologiques, de son port grec, des Phocéens, du Grand Siècle, de sa période industrielle... 2 idées fortes : Marseille est la plus ancienne ville de France et c’est une ville portuaire ouverte sur la mer Méditerranée. À voir.

+ Du 29 avril 2016 au 28 mai 2017. Mémoire de la mer

À l’occasion du 50e anniversaire de la création par André Malraux du Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines (Drassm). Premier pays à s’être doté d’un organisme d’État dédié à l’archéologie sous-marine, la France joue un rôle pionnier dans l’exploration des épaves de très grande profondeur.

Retour : Haut de la page


Le Centre de la Vieille Charité, Musée d’archéologie méditerranéenne

-  Centre de la Vieille Charité, Musée d’archéologie méditerranéenne, 2, rue de la Charité, 13002 Marseille. 04 91 14 58 80 ou 38. vieille-charite-marseille.com. Tous les jours de 10 à 18h. Fermé le lundi et le 1er mai. 10 ou 8€. Métro Joliette (2), tramway Sadi-Carnot.

+ Le lieu. Après avoir longtemps enfermé pauvres et mendiants, le Centre de la Vieille Charité, dont Le Corbusier dénonçait dès 1940 le délabrement, fut enfin restauré en 1986. Aujourd’hui, il rassemble quelques structures culturelles dont le Musée d’Archéologie Méditerranéenne, le Musée des Arts Africains, Océaniens, Amérindiens (M.A.A.O.A), des expositions temporaires et une salle de cinéma, Le Miroir.

+ Du 3 décembre 2016 au 30 juin 2017. Le banquet, de Marseille à Rome. Plaisirs et jeux de pouvoirs

Montrer l’importance du symposion et reconstituer le déroulement d’un banquet antique : les mets et les boissons consommés, le rôle attribué aux "banqueteurs", ainsi que les activités pratiquées (de l’art de la rhétorique aux jeux érotiques).

Si Rome a livré la fameuse architecture de la salle de banquet tournante, Marseille (Massalia) n’est pas en reste, et ce n’est pas moins de trois salles de banquet qui ont été mises au jour ces 15 dernières années dans le centre historique de la Cité.

Trois parties de l’exposition : les salles de banquet massaliètes, la vaisselle de banquet, le banquet romain et l’évocation de la fameuse machina neronis.

Les réserves du musée abritent une collection riche et importante d’objets qui permettront au public d’apprécier et d’entrapercevoir la vie des aristocrates lors des banquets privés, des banquets divins avec leurs obligations communautaires, et les banquets impériaux romains avec toute leur démesure.

Une reconstitution virtuelle en 3D (mapping) évoque le déroulement d’un banquet antique, où sons, musique, jeux et discussions donnent vie à cette restitution pédagogique.

+ Du 7 septembre 2017 au 7 janvier 2018. Jack London dans les mers du Sud

Invitation au voyage et à l’aventure, qui symbolisèrent la vie comme l’œuvre de Jack London. Mettant en scène de nombreux objets et documents, certains présentés au public pour la première fois, l’exposition donne à revivre le voyage de l’écrivain de 1907 à 1909 dans les mers du Sud et leurs archipels : Hawaï, Marquises, Tahiti, Fidji, Samoa, Vanuatu, îles Salomon...

Une sélection d’œuvres majeures, issues des collections du MAAOA et de grands musées spécialisés dans les Arts Premiers, sera présentée aux côtés des objets rapportés par Jack London.

Installations audiovisuelles enrichies de documents rares ou inédits, tirages photographiques issus de clichés des collections de la Huntington Library de San Marino et des Parcs de Californie, objets historiques (objets de marine, appareil photographique, caméra, gramophone)...

+ Du 16 février au 24 juin 2018. Picasso. Voyages imaginaires

© Pablo Picasso, Femme nue au bonnet turc, 1er décembre 1955, Donation Louise et Michel Leiris, 1984, musée national d’art moderne / Centre de création industrielle, en dépôt au musée National Picasso, Paris. Photo : Béatrice Hatala/Centre Pompidou, MNAM-CCI / Dist. RMN-GP © Succession Picasso.

L’œuvre de Picasso, empreinte d’un désir d’évasion, invite au voyage. Ne disait-il pas : « si on marquait sur une carte tous les itinéraires par où je suis passé et si on les reliait par un trait cela figurerait peut-être un minotaure ».

Picasso fait voyager et voyage lui-même, réellement ou intérieurement, de l’Espagne, à la mythologie, de la métaphysique à Rome, sur les traces d’une antiquité retrouvée.

Il puisera en Grèce la simplicité des formes pures, et en Orient, le refuge d’une sensualité féminine fantasmée.

Ses peintures, sculptures, assemblages et dessins seront aux côtés d’œuvres maîtresses des collections du musée d’Archéologie méditerranéenne et du musée d’Arts africains, océaniens, amérindiens de Marseille. 4 itinéraires, 4 dialogues, pour une invitation au voyage dans l’antre imaginaire du minotaure Picasso.

Sur les routes de sa bohème, ce seront ses saltimbanques, métaphore d’une jeunesse tantôt teintée de bleu (1901-1904) puis de rose (1904-1906).

Son Afrique du musée de l’Homme du Trocadéro le mènera aux Demoiselles d’Avignon (1907) puis à l’achat en 1912 à Marseille d’un fameux masque Grebo. Un dialogue avec les collections du musée d’Arts Africains, Océaniens, Amérindiens de Marseille.

Dès son séjour à Rome de 1917 pour mettre au point décors et costumes du spectacle Parade avec Cocteau et les ballets Russes, l’Antiquité irrigue son œuvre toute entière, jusqu’à sa métamorphose d’artiste en Minotaure. Confrontation avec les collections du musée d’archéologie de Marseille.

Suivant les pas d’Ingres et de Delacroix, Picasso explore l’orientalisme, avec ses Femmes d’Alger d’après Delacroix (1955), et il transfigure Jacqueline en l’odalisque d’un harem imaginé.

Cette exposition exceptionnelle initiée par le musée national Picasso, Paris, sera coproduite par la Ville de Marseille et la RMN-Grand Palais, en partenariat avec le MuCEM.

Retour : Haut de la page


Le Musée d’arts africains, océaniens, amérindiens

- Musée d’arts africains, océaniens, amérindiens. Centre de la Vieille Charité, 2e étage. maaoa.marseille.fr. 5 ou 3€.

Marseille est la seule ville de France, avec Paris, où l’on peut visiter un musée consacré aux arts de l’Afrique, de l’Océanie et des Amériques. Le MAAOA propose une collection riche d’objets d’art, à la fois témoins culturels et œuvres à part entière.

Trois espaces composent la collection permanente, chacune née d’une collection originale. Salle Afrique : collection composée d’une centaine de masques, sculptures, statues... (donation Pierre Guerre, grand collectionneur d’art africain fasciné par ce continent depuis l’âge de 12 ans). Salle Océanie-Amériques : constituée d’une série de plus de 80 crânes et masques collectés dans le monde entier (acquisition en 1998 de la collection unique du Marseillais Henri Gastaut), d’objets issus des collectes au Vanuatu, et de magnifiques parures de plumes amérindiennes (don de Marcel Heckenroth (1902-2008), médecin chef des troupes coloniales en Guyane de 1939 à 1942). Salle Mexique : consacrée à une collection d’arts populaires mexicains tout à fait remarquable de près de 3 000 objets - masques, tableaux de laine, arbres de vie, sculptures (legs à la Ville de Marseille par le réalisateur François Reichenbach).

Retour : Haut de la page


La Fondation Regards de Provence

- La Fondation Regards de Provence, qui se pose dans la station sanitaire de Fernand Pouillon, allée Regards de Provence / rue Vaudoyer 13002 Marseille, 04 96 17 40 40. museeregardsdeprovence.com. Tlj de 10 à 18h. Tarif normal 2 expositions 6,50 ou 5,50€. Adapté aux visiteurs individuels ou en groupes à mobilité réduite. Métro 1 : Station Vieux-Port/Hôtel de Ville. Métro 2 : Station Joliette. Tramway T2 Arrêt République/Dames ou Joliette.

+ Du 18 mai au 31 décembre 2016. Merveille de l’Orientalisme.

Que nous reste-t-il de l’Orientalisme ? Du regard de ces artistes provençaux, italiens, espagnols ou algériens des XIXe et XXe siècles ? Beauté et mystère de scènes historiques, religieuses et exotiques d’un Orient réel ou fantasmé sont mis en lumière au travers de près de 80 tableaux et sculptures de musées et de collections privées.

Bompard, Brest, Chabaud, Clavère, Corrodi, Courdouan, Crapelet, Huguet, Lazergues, Le Gac, Loubon, Pascal, Philipoteaux, Rochegrosse, Silbert, Washington, et Ziem peignent Stamboul, Le Caire, Alger, les rives du Nil et les pyramides, le désert saharien, ses mystérieuses caravanes, ses puits, ses oueds et ses mirages, ces lieux mythiques d’un monde oriental.

Des gardes nubiens au port noble aux pêcheurs en felouque du bord du Nil, des femmes luxueusement vêtues, languides dans leurs demeures, aux musiciennes et danseuses des harems du Sultan, des bazars et marchands de tapis et objets d’art aux gens affairés et joyeux des marchés, sont autant d’invitations à l’évasion et au dépaysement.

Retour : Haut de la page


Le Fonds régional d’art contemporain (FRAC)

- Le Fonds régional d’art contemporain, imaginé par Kengo Kuma ! 20, bld de Dunkerque 13002 Marseille. www.fracpaca.org. 04 91 91 27 55. infos@fracpaca.org, 5 ou 2,50€.

+ Du 26 novembre 2016 au 12 février 2017. D’une Méditerranée, l’autre

En partenariat avec l’Hôtel des arts, centre d’art du département du Var (à Toulon) et d’après une idée originale de BNL Groupe BNP Paribas créée à l’occasion de son 100e anniversaire

Artistes présentés au FRAC Provence Alpes-Côte d’Azur et à l’Hôtel des Arts : Ammar Abd Rabbo, Fikret Atay, Taysir...

Retour : Haut de la page


Le Mamo - Marseille Modulor

- Le Mamo - Marseille Modulor, le Centre d’art contemporain, 280, bld Michelet, 13008 Marseille, 01 42 46 00 09. www.mamo.fr, créé par Ora-ïto, qui inventa le concept de « simplexité » (Less is more), et ne voulait pas n’être que le fils de…, sur la terrasse de La Cité radieuse, l’immeuble du Corbusier, dont on nous a tant parlé ! Du mercredi au dimanche de 11 à 18h.

Retour : Haut de la page


La Cité radieuse

- La Cité radieuse, 280, bld Michelet, 13008 Marseille. Cet immeuble de l’architecte suisse Le Corbusier vient comme une quinzaine de ses autres constructions d’obtenir le label "Patrimoine de l’Humanité" que l’Unesco lui a accordé.

Visitez les dessous de l’immeuble, si protecteurs quand il pleut ou quand il fait trop chaud. Les toits, d’où la vue est superbe. Et descendez vous rendre compte de l’appartement témoin, duplex... comme tous les appartements voisins, dessous, dessus, à droite, à gauche, tous sont pareils, mais différents ! Restons toujours un peu méfiants vis-à-vis des architectes et plus particulièrement quand ils veulent le bien de l’humanité...

Retour : Haut de la page


Le Musée Borély

- Le Musée Borély, 134, avenue Clôt-Bey, Parc Borély, 13800 Marseille. 04 91 62 21 82, Métro 2 Rond-Point du Prado, puis Bus 19, 44, 83. www.musee-borely.marseille.fr. Monument datant de 1760-1770, entièrement et bien restauré, il abrite aujourd’hui le musée des Arts décoratifs, de la Faïence et de la Mode ! Ouverture du mardi au dimanche de 10 à 18h.

+ Exposition de céramiques, de faïences et de mode à partir du XVIIIe siècle, pièces de la manufacture de la Veuve Perrin (que les antiquaires connaissent bien en général), et de marchandises venues des Indes ou de Chine à la même époque. 2500 œuvres d’une grande diversité : mobilier, céramiques, verres, tapisseries, objets d’art, objets exotiques rares, collections de Mode et d’accessoires du XVIIIe siècle à aujourd’hui.

Retour : Haut de la page


Le Palais Longchamp

- Le Palais Longchamp (Aile gauche). Le Musée des Beaux-Arts, bld Philippon, 13004 Marseille 04 91 50 26 36 ou 04 91 55 25 51, musee-des-beaux-arts.marseille.fr. Pimpant neuf ! 5 ou 3€.

+ Collections permanentes , riches de plus de 2 000 tableaux, 300 sculptures et 3 000 œuvres et dessins du XVIe au XIXe siècle, mais seuls 200 chefs-d’œuvre ont pu être accrochés dans les deux salles. Le rez-de-chaussée accueille les peintures les plus anciennes, du XVIe et XVIIe siècle, et le premier étage, celles du XVIIIe au XIXe siècle. Au rez-de-chaussée, une salle est consacrée à Pierre Puget.

- Le Palais Longchamp (Aile droite). Le Muséum d’Histoire naturelle. Rue Espérandieu 13004 Marseille. 04 91 14 59 50. museum-marseille.org. Métro Cinq-Avenues Longchamp, Tramway Longchamp. De 10 à 18h, sauf lundi et jours fériés. Gratuit pour tous le dimanche matin, et le premier dimanche du mois. Exposition temporaire et collections permanentes 8 ou 5€, collections permanentes 5 ou 3€.

+ Du 12 octobre 2016 au 8 janvier 2017. Né pour sentir. 8 ou 5€.

Vaste et passionnant parcours pour se réconcilier avec son nez : physiologie, épices et aromates, odeurs florales et fruitées, arômes alimentaires, œnologie et parfumerie, "mauvaises odeurs", etc.

Une partie de l’exposition est spécialement conçue pour les 3 à 6 ans avec "Nouveaux nez". Ludique et attractive, elle propose des modules olfactifs interactifs en relation avec l’univers des enfants : odeurs de peluches, du goûter, de la salle de bain, association avec la vue et le toucher, nez d’animaux... Heureusement nous sommes nés pour sentir !

Retour : Haut de la page


La Grande Ombrière

- La Grande Ombrière, de l’architecte britannique Norman Forster sur le Vieux Port. 1 000 m2 (46 m de long par 22 m), pour rigoler, donner ses rendez-vous, chopper un torticolis. 9 mois de travaux et un coût tout de même de 45M€. Une des fiertés discrètes de la Ville, et un lieu de rendez-vous épatant et amusant.

Retour : Haut de la page


Le Musée Cantini

- Le Musée Cantini, 19, rue de Grignan, 04 91 54 77 75. Métro 1 Estrangin/Préfecture. Bus 18, 21, 54. musee-cantini.marseille.fr. Du mardi au dimanche, de 10 à 18h (mais fermé le 11 novembre, les 25 et 26 décembre, et le 1er janvier). Métro ligne 1 - Station Estrangin / Préfecture. 10 ou 8€.

+ Les collections. Impressionnantes sur les années 1900-1960. Pointillisme, fauvisme et cubisme avec André Derain, Paul Signac, Raoul Dufy ; et aussi des œuvres de Picasso, Léger, de Staël, Giacometti Bacon, Antonin Artaud, Matta, Picabia, Bonnard, Rothko...

+ Du 17 septembre 2016 au 22 janvier 2017. Le Rêve.

Différents domaines de la connaissance se sont intéressés au phénomène mystérieux du rêve, tentant de pénétrer ses secrets, de découvrir son sens caché ou sa fonction. Dès l’Antiquité, Égyptiens, Grecs et Orientaux lui ont attaché une grande importance et interprétaient les songes qu’ils comparaient aux grands mythes collectifs et les analysaient comme avertissements du ciel, présages ou visions prémonitoires.

Pablo Picasso, Femme aux persiennes (détail), 1936, Paris, Musée Picasso Photo © RMN-Grand Palais (musée Picasso de Paris) / Jean-Gilles Berizzi © Succession Picasso, 2016

À la fin du XIXe siècle, nombre d’artistes ont représenté le rêve comme la révélation d’un autre univers qui transfigurait la réalité objective. Tenter de peindre l’onirique transgressait les frontières de l’art, élargissait son domaine et affirmait ses nouveaux pouvoirs.

Au début du XXe siècle, les écrits de Freud sur l’interprétation des rêves les ont révélés comme la voie privilégiée de l’accès à l’inconscient, qui lie le sujet à ce vaste domaine imaginaire. La psychanalyse a permis la connaissance du rêve considéré comme un rébus surréaliste dont on peut déchiffrer les lois. Des artistes se sont alors aventurés à la rencontre de leur dialogue intérieur, de leurs fantasmes, de ces territoires inconnus, constructions de l’imagination, théâtre des symboles, qui échappent aux contraintes du réel, pour les représenter. L’exposition s’articule en sept sections.

Le sommeil. En introduction, le visiteur traverse "La Plante à sommeil (2005) de Christophe Berdaguer et Marie Péjus, il lit le mot d’ordre au néon de Claude Lévêque : "Rêvez !" (2008). Puis il s’endort en suivant les figures féminines d’Odilon Redon, d’Auguste Rodin, de Félix Vallotton, de Salvador Dalí, ou Picasso.

Les nocturnes. Dès la fin du XIXe siècle, les représentations nocturnes des artistes symbolistes entament une traversée vers le domaine de la réalité intérieure. Une Vision de Victor Hugo débute ce périple vers l’irréel où le fantastique rêvé tend à l’étrange. Les paysages nocturnes de William Degouve de Nuncques et les lumineux brouillards de Léon Spilliaert annoncent le réalisme magique de Paul Delvaux. Lieu de tous les possibles imaginaires, la forêt devient frontière du rêve magnifié par Max Ernst, univers inquiétant d’où surgissent d’étranges créatures emportées par l’inspiration.

Le rêve. En 1900, la naissance de la psychanalyse, puis la publication du "Manifeste du surréalisme", en 1924, offrent un nouveau répertoire iconographique aux artistes qui s’aventurent pleinement dans le labyrinthe de l’âme. La représentation du rêve libère la subjectivité. Victor Brauner révèle des phénomènes ésotériques prémonitoires, Yves Tanguy s’évade dans les étendues désertes de la pensée, Salvador Dalí, inspiré par les plages catalanes, peint des paysages paranoïaques habités d’animaux mythiques, tandis que Man Ray rêve des lèvres de sa muse, étrange astre sensuel flottant
au-dessus de l’Observatoire de Paris.

Les fantasmes. L’univers surréaliste est peuplé de figures féminines diaphanes ou charnelles, amours fous inaccessibles qui parcourent, telles des statues, les œuvres de Félix Labisse ou se dénudent délicatement sous le pinceau de Wilhelm Freddie. Au-delà de "l’érotisme voilé", la philosophie du Marquis de Sade gagne les photographies suggestives d’Hans Bellmer et les collages de Jindrich Styrsky.

Le cauchemar. Du "sommeil de la raison" illustré par Francisco de Goya aux visions infernales de Marcel Berronneau, les artistes engendrent des monstres effrayants, pieuvres maléfiques, sphinges énigmatiques, serpents hybrides de Valère Bernard et autres insectes de Germaine Richier.

Hallucination. Le rêve éveillé, cher aux surréalistes dans leurs activités exploratoires de l’inconscient, irrigue toutes formes d’expérimentations. Les dessins mescaliniens d’Henri Michaux, les photographies de Raymond Hains ou les peintures de rêves aborigènes sont proches visuellement des œuvres cinétiques de Victor Vasarely. Psychédélique, la "Dreamachine" (1961) de Brion Gysin est le "seul objet d’art à être regardé les yeux fermés", où l’on fixe à travers les paupières closes la lumière syncopée d’une ampoule, jusqu’à l’hallucination.

Réveil. Dans un train avec Bernard Plossu, sur un balcon renversé dans la baie de Hong Kong, selon les jeux illusionnistes de Philippe Ramette, dans une chambre de Sandy Skoglund entourée de poissons flottants ou à la lueur de la pleine lune chinoise photographiée par Darren Almond, le visiteur se réveille, au rythme aléatoire du "Carillon" (1997) de Pierre Huyghe, à travers lequel chacun est invité à rejouer en rêve la symphonie "Dream" (1948) de John Cage.

Retour : Haut de la page


La Friche de la Belle de Mai

- La Friche de la Belle de Mai, 41, rue Jobin, 13003 Marseille, 04 95 04 95 01 et 04 95 04 95 95. www.lafriche.org. Du lundi au vendredi de 10 à 17h, et sur rdv.

Retour : Haut de la page


Le MAC

- Le MAC (musée d’Art contemporain), 69, avenue de Haïfa, 13008 Marseille, 04 91 25 01 07. mac.marseille.fr. Métro 2 Rond-Point du Prado, puis bus 23, 45. Du mardi au dimanche de 10 à 18h, jeudi jusqu’à 20h, nocturne jusqu’à 22h le premier jeudi de chaque mois.

+ Collection de plus de 700 œuvres contemporaines remarquables (dont quelques-unes monumentales) : Absalon, Valerio Adami, Arthur Aeschbacher, Arman, le sculpteur marseillais Richard Baquié, Jean-Michel Basquiat, Gilles Barbier, Chris Burden, Louis Cane, François Dufrêne, Jimmie Durham, Raymond Hains, Simon Hantaï, Tadashi Kawamata, Yves Klein, Jacques Monory, François Morellet, Gabriel Orozco, Michelangelo Pistoletto, Bernard Rancillac, Robert Rauschenberg, Martial Raysse, Daniel Spoerri, Paul Thek, Jean Tinguely, Jacques Villeglé, Wolf Vostell...

Et dans les jardins attenants au musée, les œuvres de Jean-Michel Alberola, César, Boris Chouvellon, Erik Dietman, Fabrice Gygi, et Philippe Ramette.

Une décision serait prise à l’automne de déménager éventuellement le MAC sur le site de la Vieille Charité, c’est à dire de le rapprocher du cœur de Marseille, le quartier du Panier.

+ Jusqu’au 29 janvier 2017. The Thrill is gone. Théo Mercier

Exposition réalisée dans le cadre de la 16e édition du Festival Actoral. Plasticien et metteur en scène, Théo Mercier mène une réflexion située au carrefour de l’anthropologie, de l’ethnographie, de la géopolitique et du tourisme.

Entre mises en scènes chorégraphiées et explorations de la matière, il associe une pratique de créateur et de collectionneur, à travers laquelle il met en place un échange foisonnant entre passé, présent et futur, animé et inanimé, vrai et faux, artisanal et industriel, profane et sacré, réel et fiction.

Conception musée d’art contemporain de Marseille, Festival Actoral, en collaboration avec la galerie Bugada & Cargnel, Paris.

Retour : Haut de la page

- Bibliothèque départementale, 20, rue Mirès, 13003 Marseille. 04 13 31 82 00.

- Espace Villeneuve-Bargemon.

Créé par l’architecte Franck Hammoutène, ce lieu a été récompensé par l’Équerre d’argent, prix le plus prestigieux pour les architectes.

Une perspective qui part du Vieux-Port et va jusqu’à Notre-Dame de la Garde. Sous la place, un amphithéâtre ultramoderne a été créé pour accueillir la Salle des Délibérations des conseils municipaux, ainsi que plusieurs salles de commissions. Des concerts et des spectacles s’y déroulent.


***

Lire aussi
Musées et expositions à Marseille
Marseille. Musées gratuits, fiertés et monuments
Aix-en-Provence. Culture et musées
Saint-Tropez. Culture et musée
Toulon. Culture et musées
Hyères. Culture et Villa Noailles
Le Cannet. Culture et musée Pierre Bonnard
Les Alpilles. Culture et Festival A-part
Martigues. Culture et musée, Félix Ziem
Aubagne. Culture et musée
Le Rayol - Le Canadel/Mer. Culture et musée


***

Vous retrouvez comme chaque année dans PARIS 2017. LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Le CALENDRIER 2017 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Dans la série Toutes les expositions 2017-2018 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musées d’Orsay et de l’Orangerie, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, au musée Guimet, au musée Galliera, au Petit Palais, et au Château de Versailles.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : PARIS EXPOS HEBDO. Nouveautés / Conseils / Derniers Jours.

Vous pouvez consulter plus d’une centaine de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2017 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2016, 2015, 2014, 2013, 2012.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions 2017 dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
- Aix-en-Provence - Albi - Les Alpilles - Angers - Angoulême - Antibes - Arles - Aubagne - Avignon : Saintes-Maries-de-la-Mer, L’Isle-sur-la-Sorgue - Bègles - Biarritz - Biot - Blois - Bordeaux - Bourg-en-Bresse - Brest - Cagnes-sur-Mer - Cannes - Carcassonne - Dijon - Grasse- Grenoble - Hyères - Ile-de-France : Auvers/Oise, Boulogne-Billancourt, Bussy-Saint-Martin, Chamarande, Chantilly, Châtenay-Malabry, Compiègne, Écouen, Fontainebleau, Giverny, L’Isle-Adam, Jouy-en-Josas, Malmaison, Marne-la-Vallée, Meudon, Milly-la-Forêt, Noisiel, Pantin, Pierrefitte/Seine, Poissy, Pontoise, Royaumont, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud, Saint-Denis, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Ouen-l’Aumône, Sceaux, Sèvres, Versailles, Vitry/Seine, Yerres - Landerneau - Le Cannet - Le Havre - Lens - Le Rayol - Le Canadel/Mer - Les Sables-d’Olonne - Libourne - Lille : Villeneuve d’Ascq, Roubaix, Tourcoing, Croix, Graveline, Cassel, Valenciennes - Lodève - Lyon - Marseille - Martigues - Metz - Monaco - Montauban - Montpellier - Mougins - Nantes - Narbonne - Nice - Nîmes - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen - Saint-Étienne - Saint-Nazaire - Saint-Paul-de-Vence - Saint-Tropez - Sérignan - Sète - Strasbourg - Toulon - Toulouse - Tours - Valence - Vallauris - Vence - Vendôme - Villeurbanne

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam : Harlem, Rotterdam, La-Haye, Bois-le-Duc, - Bâle - Berlin - Bruxelles - Genève - Liège - Londres - Madrid - Milan - Monaco - Venise

À voir également :
- La carte des grandes expositions, musées et collections permanentes en France
- La carte des grandes expositions, musées et collections permanentes en Europe

André Balbo

sources : visites, musées, presse...


Dernière modification : par André Balbo - Crédit image : -
Vos posts
Communiqué de Presse La République des Créateurs invite la Création. Animée par la volonté de promouvoir la création contemporaine, (...)

Tous les messages

  • Communiqué de Presse

    La République des Créateurs invite la Création.

    Animée par la volonté de promouvoir la création contemporaine, l’association Marquage organisatrice d’événements culturels depuis 1994, a impulsé la naissance de ce lieu consacré à la création contemporaine.
    Baptisé « La République des Créateurs » en clin d’œil à son positionnement géographique au 25 rue de la République, Marseille, cette galerie-boutique rassemble à Marseille depuis août 2015 des créateurs talentueux : Artisans originaux et Artistes.
    La galerie-boutique propose régulièrement des expositions.

    PROCHAINE EXPOSITION : DIF
    Vous êtes convié au vernissage de son exposition le jeudi 16 février, à partir de 17h
    EXPOSITION du 16 février au 15 mars 2017

    Née en 1966, Dominique Filée (Dif est son pseudonyme) vit et travaille aujourd’hui dans la région Provence Côte d’Azur.
    Diplômée de l’école de Dessin et des Arts Décoratifs de Watermael-Boitsfort en Belgique. Elle a suivi avec succès neuf années de Beaux-Arts et cinq années d’histoire de l’art.
    Son parcours professionnel d’une quinzaine d’années dans le graphisme et la peinture décorative, l‘a conduite à s’installer comme artiste peintre en 1998.

    Médaillée de bronze des Arts et des Lettres, cotée chez Drouot, elle expose dans des Salons Internationaux. Bon nombre de ses toiles figurent dans des collections privées un peu partout dans le monde, en Europe, aux USA, en Asie et aux Emirats Arabes Unis...

    « Une peinture stylisée et minimaliste, utilisée sur un support naturel vers une forme de sculpture, comme une tapisserie ou un bas-relief.

    Elle exprime la vie par des aplats infiniment colorés, des transparences et des effets de techniques, une écriture abstraite viens donner le mouvement et la déformation de matière tisse le volume, des impressions d’un vécu ou du monde...

    La poésie apparaît comme une part de rêve et d’imaginaire,
    une empreinte au-delà des sens... »

    www.fileedominique.com

    - - -

    Cette galerie-boutique a ouvert ses portes le 17 Août 2015 pour valoriser la création artistique, le fait main, l’artisanat local, la pièce unique, l’originalité. Elle fut tout d’abord installée au 26, elle est désormais au 25 rue de la République.
    Nous accordons beaucoup d’importance à la relation avec le public, le lieu est une offre de rencontres, un espace privilégié d’échanges de sensibilités.
    Les visiteurs peuvent actuellement découvrir un ensemble hétéroclite de créations ; des sérigraphies sur vêtements signés Tooka, des vêtements féminins de Zania de la Suerte, des bijoux avec Marc Boissonnet (à partir de février), des objets déco & mobilier - réalisés à partir de valises vintage par Vincent Fermin, des accessoires & de la déco de Sandrine Lacaze UPcycling, des céramiques de Muriel Lacaze, de la bagagerie, des bijoux et des accessoires en cuir de Flore Azan, et de Carole Danielle Artisanat, l’upcycling design avec Caroline Chevallereau, & encore d’autres créations par Léa, Edouard Mascarel, Rebecca et d’autres …
    Des créations uniques dans une gamme de prix étendue.

    Pour plus de renseignements :

    Référent Galerie-Boutique : Julien 06 14 45 99 08
    horaires de LRDC du lundi au samedi de 10h à 19h.

    Répondre

  • bonjour

    votre site est très bien fourni
    pour Marseille vous pourriez y ajouter encours quelque musées comme regard de Provence tout proche du mucem ou le musée d’histoire de la ville de Marseille, le musée des dock romains, celui de notre dame de la garde... et bien d’autre

    si vous souhaiter je peu vous faire parvenir un document

    une marseillaise qui aime sa ville

    Répondre

    • Bonjour Caroline,

      Et merci pour votre très gentil mail, pour votre fidélité et vos propositions d’aide.

      Parmi les 4 musées que vous mentionnez, nous en évoquons 2 (Regard de Provence et le musée d’histoire de la ville de Marseille, que nous apprécions beaucoup).

      Concernant les 2 autres, j’accepte votre proposition avec joie. Merci de bien vouloir nous adresser ces informations proposées en une fois, et si possible, aussi complètes que nous les soumettrons à nos visiteurs.

      Vous souhaitant des fêtes de fin d’années particulièrement chaleureuses,

      Bien cordialement,

      André Balbo

  • Belle concentration d’informations. Je ne sais pas si il y a une newlester sur chaque lieu culturel mais ce serait le

    « bienvenu »

    clmoustaki@free.fr

    Répondre

  • La Gallory présente "Empreintes", la première exposition du jeune photographe italien Vincenzo Birra.
    Le vernissage aura lieu le 18 novembre 2015 à partir de 19h en présence de l’artiste.

    Exposition du 19 novembre au 17 décembre 2015.

    Gallory
    9, Rue Mignet 13100 Aix-en-Provence
    Horaires d’ouverture : du mardi au vendredi de 10h30 à 13h et de 15h à 19h, le samedi de 10h30 à 19h

    http://vincenzobirraphotography.com/

    Répondre

  • Exposition Renaud Arrighi jusqu’au 31 octobre 2015 dans le nouveau lieu du Chef Mickaël Feval - 11, Petite rue Saint-Jean - Aix-en-Provence. Visuel Expo

    Répondre

  • La Galerie Paradis Chinois, au 180 rue Paradis, 13006 Marseille, fait honneur à une jeune peintre Chinoise Hao Li qui se décrit elle-même comme une fleur sauvage, capricieuse et robuste.

    Sa peinture est à la fois naïve et impressionniste et ses couleurs sont celles de l’amour.

    www.galerie-paradis-chinois.com

    JPEG - 103.5 ko

    Répondre

Améliorez la pertinence de notre contenu en donnant votre avis, en apportant un complément d'information ou une correction

Qui êtes-vous ?
Votre message
Important : N'oubliez pas de modifier le titre par défaut, c'est votre titre qui sera mis en avant sur le site ...

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.