eVous
Après la pluie, le beau temps
Accueil Environnement Seniors Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 6e > Actualités, Paris 6e > Vie de quartier, Paris 6e > Archives, Paris 6e > Une stèle en hommage « aux esclaves et à leurs descendants » au Jardin du (...)

Une stèle en hommage « aux esclaves et à leurs descendants » au Jardin du Luxembourg

Dernière mise à jour : mercredi 9 mai 2012, par Adele

Le 10 mai 2011, date de la « journée des mémoires de traite, de l’esclavage et de leurs abolitions », la France célébrera le dixième anniversaire de la loi 2001 qui a reconnu la traite et l’esclavage en tant que crime contre l’humanité.

Le 10 mai, une cérémonie officielle présidée par Nicolas Sarkozy dévoilera dans le jardin du Luxembourg une stèle en hommage aux esclaves et à leurs descendants, a indiqué mardi la ministre de l’Outre-mer, Marie-Luce Penchard, lors de sa conférence de presse pour la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition au ministère chargé de l’Outre-mer, rue Oudinot, mardi 3 mai.
De nombreuses autres manifestations dans la capitale marqueront cette journée, a noté la ministre.

La journée du 10 mai « revêt cette année une double importance : elle s’inscrit dans l’année des outre-mer. A cet égard, cette journée prend une toute autre dimension : cette cérémonie sera présidée, comme en 2008, par le Président de la République, qui dévoilera cette année une stèle rendant hommage à la fois aux abolitionnistes mais aussi aux victimes de l’esclavage qui par leurs luttes, ont participé au fondement de notre République et à l’affirmation de la dignité humaine. […] 2011 est par ailleurs l’année du dixième anniversaire de la loi du 21 mai 2001 reconnaissant la traite négrière et l’esclavage comme crime contre l’humanité, qui a permis à la France d’engager un travail de mémoire décisif » , a déclaré Marie-Luce Penchard.

Messages