evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Paris > Transports à Paris > Voitures à Paris > Paris analyse de près son trafic automobile

Paris analyse de près son trafic automobile

vendredi 6 octobre 2017, par André Balbo

La Ville de Paris étudie son trafic automobile par des statistiques régulières. Il en ressort que, depuis 2001, celui-ci aurait baissé de près de 25%, ce qui représente quelque 450 000 déplacements individuels en voiture en moins.

Sur ce même laps de temps, le taux de foyers parisiens possédant une voiture serait devenu le plus faible de France, passant sous les 45%, les immatriculations reculant de 20%.

Et alors comment expliquerait-on que le trafic ne se soit apparemment pas amélioré dans la capitale ? Que selon une étude américaine (Inrix) nous soyons champions d’Europe de l’embouteillage ? Et que la vitesse moyenne qui était de 16km/h en 2001, soit en 2010 de…16km/h ?

En juillet dernier, une autre étude, réalisée par IBM auprès de plus de 8 000 automobilistes de 20 villes du monde, avait déjà montré que Paris remportait la palme parmi les villes européennes de la plus longue durée d’embouteillages.

Denis Baupin est l’adjoint au maire de Paris en charge de cette question. Il a expliqué au Parisien qu’entretemps, la place de la voiture a été restreinte au profit d’autres modes de déplacements comme les transports collectifs ou le vélo avec Vélib’.

Il semblerait que les embouteillages se soient parfois déplacés, que le boulevard périphérique commence à saturer, et que le vrai problème demeure les transports de banlieue à banlieue.

Le diagnostic est confirmé par l’étude américaine établie à partir des observations de Eurosat, qui souligne que l’Ile de France concentre à elle seule 8 des 10 pires points noirs routiers d’Europe.

André Balbo

sources : Ville de Paris, Le Parisien, Inrix, Eurosat, IBM

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.