eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Le Marais > Shopping dans le Marais, Paris > Magasins de mode, Vêtements, Accessoires, Le Marais > Accessoires de mode et maroquinerie, Le Marais > Les Canotiers du Marais et leur choix de chapeaux ont fermé !

Les Canotiers du Marais et leur choix de chapeaux ont fermé !

Dernière mise à jour : mercredi 22 mars 2017, par Expositions

Époque révolue. Magasin fermé. Pour les hommes allez lire l’article Où trouver un beau chapeau à Paris ? ou choisissez le BHV Hommes...

***

Archives. Il a fait froid pour la saison ? Mode et frimas d’une fin de printemps un peu ratée : au secours le chapeau revient, et très fort ! Anticyclone de Moscou, dépression d’Islande, giboulées venant du front atlantique… Nous avons tous acheté des chapeaux en masse cet hiver, et bien figurez-vous que c’est loin d’être fini, puisqu’il est connu que nous gaspillons la température de notre corps par le crâne, ou les arpions.

Ma femme avait heureusement repéré un chapelier près de Saint-Paul (!), enfin en rénovation, rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie, dans le Marais. J’ai trouvé l’idée cinématographique, d’abord, puis marrante, sur le mode « Ils ont des chapeaux ronds… »

Nous entrons par un ciel plus qu’incertain dans la boutique, fondée en 1950 : il y avait foule. Des jeunes, des vieux, des femmes, des hommes, et tant pis si je me trompe, des passants, des vrais clients fébriles, des enfants, des touristes qui parlaient plusieurs langues étrangères et quelques professionnels des spectacles vivants. Un ensemble plutôt chouette ! En tout cas de bonnes vibrations !

3 vendeurs conseillaient à tout va, descendant et remontant des cheminées de chapeaux ! Un véritable carrousel ! Quand je l’ai pu, j’ai tenté une plaisanterie sur le temps si imprévisible, une aubaine, grande facilitatrice devant l’Éternel pour l’achat de chapeaux…

Une longue litanie inextinguible sortit de la gorge acrimonieuse de la gérante du magasin : « Et vous croyez vraiment que ça m’a fait plaisir à moi, Monsieur, quand dernièrement il a fait beau pendant d’aussi longues semaines ? C’était trop, Monsieur, c’était trop ! Savez-vous pourquoi je travaille, moi Monsieur ? Pour payer les charges…  »

Un peu de sérieux ! Redevenons simple client discret, affable, et faisons preuve de davantage de retenue. Après de nombreux essayages, j’ai choisi le cœur battant le premier chapeau que j’achetais de ma vie entière, un Stetson, de forme classique, indéformable, supportant la pluie sans broncher, avec 2 petites plumes mutines sur le côté. J’en avais essayé un autre au rebord moins large, mais ça faisait un peu trop Blues Brothers...

Et c’est à cette occasion que j’ai appris que les tailles de chapeaux vont de 2 en 2. Que ce ne sont que des chiffres impairs. Ainsi, ma tête faisant du 60, je me trouve et me trouverai toujours à égale distance du 59 et du 61, et astreint donc à faire élargir mes chapeaux, ad vitam æternam, à la forme, puisque j’ai finalement pris le 59 !

Imaginez la fortune que se ferait le premier chapelier qui ne fabriquerait que des tailles paires, de la même façon que nagea vite dans l’opulence le premier chausseur qui inventa la demi-pointure…

Autre bon choix, souffrant d’une otite pour piscine intempestive par tout temps, et soucieux de protéger mes oreilles, je retins un bonnet de laine, également de marque Stetson. Celui des dockers américains, apprécié de tous les cinéphiles pour avoir été très présent, et merveilleusement bien porté dans quelques grands films, devenus des classiques :
Sur les Quais, sur la tête de Marlon Brando lui-même,
Vol au-dessus d’un nid de coucous, sur la tête de Jack Nicholson, comme dans
Shining, encore sur la tête de cet affreux Jojo.

Beaucoup d’autres choix "aux Canotiers du Marais", aussi bien pour hommes que pour femmes : des feutres, des panamas, des chapkas, des borsalinos, des casquettes gavroches, des irlandaises, des bobs, des melons, celui de Sherlock Holmes, des bérets basques, des chapeaux à rebords de mafieux siciliens, de femmes du monde, de reines d’Angleterre, et, bien sûr, des chapeaux ronds...

Beaucoup de jolis bibis aussi, Années folles, Ana Karenine, charleston, canotiers, anastasia, casquette jeanne-moreau-dans-jules-et-jim, autant-en-emporte-le-vent, autant-tu-peux-r’prendre-tes-affaires, gigolette, apache ou garçon, de belles couleurs, cuir, fourrures et laines.

Des chapeaux empilés jusqu’à des hauteurs insoupçonnées…

Et puis des chapeaux plus spectaculaires aussi, presque d’apparat, aux larges bords, d’autres qui cherchent à faire rire…

Tous les goûts sont dans la nature, et, ce n’est pas accessoire, les chapeaux sont là pour le prouver.

Et des moufles mouton doré, des mitaines, et des gants aussi, de cérémonie blancs, cuirs, laine, nombreux modèles, un large choix de vêtements indiens, kurta, sarouel, pêcheur, poncho, tunique et sari, ainsi que de nombreuses variétés d’encens et d’objet artisanaux issus du commerce équitable.

Une bonne adresse !

Chapellerie Simon / Les Canotiers du Marais. 11, rue Sainte-Croix de la Bretonnerie, Paris 75004, 01 48 87 25 61 www.canotiersdumarais.fr Du lundi au vendredi de 10h30 à 19h, samedi, dimanche et jours fériés de 13h30 à 19h.

Messages

  • J’avais besoin d’un nouveau chapeau, mon Flechet a besoin d’un remplacant...
    Je me suis donc dirige vers la boutique que je connais et ou je me suis fourni
    il y a deux.Helas on y vend des bougies et la boutique a disparue.Un ashkenaze
    sans chapeau c’est comme un voilier sans voile, c’est impensable ! Les juifs
    quitteraient-ils le Marais ou la France ? Non les canotiers du Marais doivent
    survivre, on a besoin d’eux.Pourquoi ne pas rebondir en ligne sur internet, je serai
    le premier client.
    Simon, ne nous laisse pas tomber...
    Mr.Avi Vilenski

  • La boutique a fermé depuis plusieurs semaines....Pour toujours, je le crains, à moins que quelqu’un puisse nous donner de meilleures informations.

  • A déconseiller : on décide de revenir le lendemain pour choisir le coloris à la lumière du jour et pour que le magasin puisse fermer à temps. Réaction : de toute manière j’ai tout de suite dit que "ces deux là n’achèteront rien". On discute et elle fini sur : "vous savez, en France on dit que l’esclavage est aboli (elle se réfère au fait qu’on ait essayé trois casquettes). Vous comprenez cette phrase ? (effectivement, on n’es pas français). Notre réponse : avec cet esprit-là il ne faudrait simplement pas travailler dans un commerce. Dommage, car le choix de casquettes et chapeaux à l’air sympa.