eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Astuces, idées et inspirations > Arts > Cinéma > Les films invisibles de Pierre Etaix

Les films invisibles de Pierre Etaix

Dernière mise à jour : mercredi 7 juillet 2010, par Adele

Durant des années, les amis de Pierre Etaix se sont battus pour récupérer les droits d’exploitation de leurs films.

Pierre Etaix est un homme-orchestre, cinéaste, dessinateur, clown, ancien gagman chez Jacques Tati, écrivain et poète. De lui, son complice Jean-Claude Carrière (dont la filmographie est aussi impressionnante que la liste des talents d’Etaix ) dit qu’il est un "terrestre extra".

Dans les années soixante, Pierre Etaix réalise cinq longs métrages : Le Soupirant ( 1962 ), Yoyo ( 1964 ), Tant qu’on a la santé ( 1965 ), Le Grand amour ( 1968 ) et Pays de Cocagne ( 1969 ). Jean- Claude Carrière a participé à l’écriture des quatre premiers et les deux amis ont depuis travaillé ensemble à maintes reprises.

Pierre Etaix est un homme de cirque dont les films sont inspirés par l’univers du music-hall mais également des burlesques américains, Chaplin, Buster Keaton, Harry Langdon, Harold Loyd ou Laurel et Hardy. Ses films sont nourris de références malicieuses à la peinture, au cinéma ou à la littérature. Chez lui, chaque plan est une invention reposant sur un gag visuel, verbal ou sonore, toujours subtil, souvent inattendu.

Aujourd’hui les films d’Etaix et de Carrière sont invisibles. Le magicien Etaix n’a pas fait disparaître son oeuvre d’un coup de baguette, alors où sont passés ses films ?

En 2004, les deux auteurs ont signé, -certes un peu vite, ils l’avouent eux-mêmes-, un projet de contrat cédant les droits patrimoniaux de leurs films ( droit de représentation et de reproduction ) à une société sensée assurer la restauration et la commercialisation des films d’Etaix. Deux ans plus tard, devant l’inertie de la société cessionnaire qui n’avait d’ailleurs toujours pas signé le projet de contrat, la Fondation Groupama-Gan pour le cinéma entame la restauration de Yoyo, qui sera projeté et acclamé au Festival de Cannes en 2007. Entre temps, la société cessionnaire se manifeste pour faire valoir l’exclusivité de ses droits de représentation du film. Suit un véritable imbroglio juridique qui entraîne en juillet 2007 un procès qui n’a pas permis à Etaix et Carrière de retrouver l’intégralité de leurs droits d’auteur. Dans moins d’un an devrait avoir lieu un second procès. Pour l’instant les films restent invisibles.

Petit à petit, les cinéphiles se mobilisent. Serge Toubiana, directeur de la Cinémathèque y a organisé une conférence de presse permettant à Pierre Etaix et Jean-Claude Carrière d’expliquer aux journalistes la situation ubuesque dans laquelle ils se trouvent. Charlie Hebdo, Le Monde, Le Canard enchaîné, Le soir (quotidien belge ) ou France Culture ont depuis consacré articles et émissions à cette affaire absurde. Etaix et Carrière, d’habitude plutôt rares à la télévision, étaient présents dans l’émission de Laurent Ruquier samedi soir pour raconter leurs mésaventures. Une association de soutien, "Il Etaix une fois", est en cours de création et permet à ceux qui le souhaitent de signer une pétition de soutien via son site Internet. Fidèles à leur esprit inventif, Carrière et Etaix apparaissent dans un court-métrage réalisé pour la conférence de presse à la Cinémathèque dans lequel ils tentent de comprendre ce qui leur arrive avec humour.

La situation est tellement improbable qu’elle en devient presque romanesque. Don Etaix et Sancho Carrière, inventeurs passionnés, se battent contre des moulins à vent malheureusement bien réels. Procès kafkaïen, Charlots perdus dans les temps modernes, auteurs en quête de leurs personnages, les références ne manquent pas pour évoquer cette triste affaire. Et d’ailleurs, Pierre Etaix le dit lui-même : "une chose pareille ne pouvait arriver qu’à des clowns". Espérons que la plaisanterie ne durera pas trop longtemps...

Quelques informations :

Le site Les films d’étaix raconte sous forme de conte les mésaventures juridiques d’Etaix et Carrière. Il offre également des biographies et filmographies des deux artistes ainsi qu’une revue de presse de l’affaire—> Cliquez ici !

Pour signer la pétition de soutien à Pierre Etaix, cliquez ici. N’oubliez pas de laisser un commentaire, sinon votre signature ne sera pas validée.

Pour voir le court-métrage dans lequel apparaissent Etaix et Carrière, "La magie du cinématographe", cliquez ici.

Pour visionner l’interview d’Etaix diffusé sur France Culture —> Cliquez ici.

Pauline Soulat.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.