evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Expositions > Rennes 2017. Musées et expositions

Rennes 2017. Musées et expositions

lundi 3 juillet 2017, par André Balbo

Le TGV nous rapproche de plus en plus...

Musée des Beaux-arts, musée de Bretagne, Les Champs libres, et La Criée : des collections permanentes pleines de surprises et des expositions temporaires de qualité nationale.

Sans oublier les collections permanentes du Frac Bretagne, l’un des plus riches de France, ni la gratuité du 1er dimanche du mois dans les musées nationaux !

Rennes, Landernau, Brest...

Accès rapides à nos contenus : Le Musée des Beaux-Arts, Le Musée de Bretagne, Les Champs libres, Le FRAC Bretagne, La Criée

Rennes, du département d’Ille-et-Vilaine, est dans la Région Bretagne.


***

Le Musée des Beaux-Arts

- Le Musée des Beaux-Arts, 20 quai Émile Zola 35000 Rennes. 02 23 62 17 45. Depuis le 1er janvier 2016 le musée est ouvert en continu du mardi au vendredi de 10 à 17h, le samedi et dimanche de 10 à 18h. La bibliothèque est ouverte le mardi et le jeudi de 10h à 12h30 et de 14h à 17h. www.mbar.org. Stationnement parking Kléber. Métro A République. Bus arrêt "Musée Beaux-Arts" 4, 6, 40, 50, 64, 67. Bus arrêt "Lycée Zola" 8. Vélo STAR station avenue Janvier. Stationnement réservé aux personnes en situation de handicap rue Léonard de Vinci. 6 ou 4€, gratuit pour les Amis du musée, les bénéficiaires des minima sociaux, les groupes scolaires accompagnés, et les moins de 18 ans. Tous les 1ers dimanches de chaque mois sont gratuits.

Gustave Caillebotte - Le Pont de l’Europe, vers 1876 - huile sur toile © MBA, Rennes / Jean-Manuel Salingue

+ Les collections. Elles couvrent aussi bien les peintures et les sculptures européennes du XIVe au XXe siècle, les objets d’art provenant d’Europe, mais aussi d’Afrique et d’Amérique, que les antiquités régionales, romaines, étrusques, grecques et égyptiennes.

Le cabinet des dessins, provenant en grande part du président Christophe-Paul de Robien (1698-1756), est exceptionnel, rassemblant notamment les 1 107 feuilles de sa collection, qui restent les plus prestigieuses de l’ensemble du fonds d’art graphique du musée.

Carlo Urbino, L’Adoration de bergers, XVIe siècle.

Ce fonds rassemble des œuvres de Filippo Lippi, Léonard de Vinci, Botticelli, Donatello, Domenico Ghirlandaio, Giovanni Bellini, Michel-Ange, Albrecht Dürer, Bernard van Orley, Lorenzo di Credi, Francesco di Stefano Pesellino, Le Sodoma, Le Corrège, Pontormo, Giulio Romano, Paris Bordone, Baccio Bandinelli, Parmigianino, Nicolo dell’Abbate, Alessandro Allori, Federico Barocci, Rubens, Pierre de Cortone, Andrea Sacchi, Simon Vouet, Pierre Puget, Rembrandt, Salvator Rosa, Antoine Watteau, Sebastiano Ricci, Pierre Bonnard, Maurice Denis, Édouard Vuillard, et Pablo Picasso.

Le musée est également richement doté pour ce qui est des peintures et sculptures du XIVe au XVIIIe siècle : Véronèse (Persée délivrant Andromède), Philippe de Champaigne (Madeleine pénitente, et Le Christ au Jardin des Oliviers), et encore des œuvres de Mathieu Le Nain, Jacques Stella, Eustache Le Sueur, Chardin, Francesco Guardi, Greuze, Carle Van Loo ou François Boucher.

Du XIXe et XXe siècles, on trouvera des tableaux de Corot, Boudin, Jongkind, Caillebotte (Les Périssoires et une esquisse du Pont de l’Europe), Alfred Sisley, Odilon Redon (Le Regard, profil d’homme), Émile Bernard, un bel ensemble de toile des Nabis, avec Paul Sérusier, Georges Lacombe, Paul-Elie Ranson, Maurice Denis. La collection de peinture contemporaine compte des œuvres de Sam Francis, Aurélie Nemours ou encore Geneviève Asse... et quelques sculptures, notamment d’Auguste Rodin.

+ Du 4 février au 14 mai 2017. Thomas Huber - À l’horizon

Après la présentation au Kunstmuseum de Bonn, le Musée des Beaux-Arts consacre tous ses espaces temporaires à l’œuvre de Thomas Huber, artiste majeur de la scène suisse. Constituée de sept chapitres imbriqués l’un dans l’autre, avec de nouvelles œuvres réalisées pour l’occasion, l’exposition explore une des questions élémentaires de ce travail : quel lieu et quelle importance les images peintes peuvent-elles aujourd’hui revendiquer ?

Après ses études d’art à la Kunstgewerbeschule de Bâle, puis au Royal College of Art à Londres en 1979, et enfin à la Kunstakademie de Düsseldorf de 1980 à 1983, Thomas Huber développe un art qui associe peinture, installation et discours théorique sur l’art.

L’artiste procède dans ses tableaux à des mises en abyme qui aspirent le spectateur dans l’espace de la représentation. C’est une peinture énigmatique qui fascine et intrigue.

Thomas Huber, Halle, Massgaben II, 2013, huile sur toile,150 x 240 cm © dr

Thomas Huber nous emmène dans un monde faussement cartésien ; ses tableaux sont peints de façon précise, avec une matière en aplats lisses. Rien n’est laissé à l’improvisation, à l’approximation ou au hasard. C’est un art pensé, réfléchi, dans lequel le dessin tient une place primordiale, au même titre que le discours, puisque ses œuvres s’accompagnent d’exposés que l’artiste proclame lors de performances. L’univers dans lequel il nous entraîne est un monde d’illusions et de chausse-trape qui invite le spectateur à se perdre.

Thomas Huber a conçu son exposition dans toutes les salles du rez-de-chaussée du musée comme une scène dans laquelle le spectateur s’immerge et déambule.

« Peindre, c’est se préparer à la rencontre signifi­cative avec ceux à qui on s’est adressé dans le tableau. Le moment venu, on abandonne aux invités la table mise. Ce sont eux qui doivent faire de la réunion une fête réussie. » T. H.

+ Du 10 juin au 3 septembre 2017. Ulla von Brandenburg.

Née en 1974 à Karlsruhe en Allemagne, Ulla von Brandenburg vit et travaille près de Paris.

Elle a participé à la 11e Biennale de Lyon, en 2013, a exposé au Mamco à Genève l’ensemble de ses oeuvres vidéo en 2014, a participé à la 19e Biennale de Sydney en 2014 et a été sélectionnée pour le prix Marcel Duchamp en 2016.

Ulla von Brandenburg utilise une grande diversité de médiums : installations, films, aquarelles, peintures murales, installations scéniques, performances, théâtre, textes, chants, etc.

Ses pièces les plus spectaculaires sont ses « rideaux » déployés théâtralement dans l’espace d’exposition, dispositif qu’elle va rejouer pour le patio du musée agrémenté de sculptures du XIXe siècle appartenant à la collection du musée et de moulages de l’EESAB. Cet ensemble sera complété par une œuvre vidéo.

« J’aime camoufler ou changer l’espace avec des moyens pauvres ou très simples pour créer un ailleurs. Le tissu est le moyen idéal, pas cher, facile à transporter, modulable. C’est une matière nomade. »

Retour : Haut de la page


Le Musée de Bretagne

- Le Musée de Bretagne, Les Champs libres, 10 cours des Alliés, 02 23 40 66 00, métro Gare ou Charles de Gaulle. www.musee-bretagne.fr. Du 6 juillet au 31 août, du mardi au vendredi de 13 à 19h, samedi et dimanche de 14 à 19h, fermé lundi et jours fériés. 4 ou 3€.

+ Les collections du musée. Là aussi, les premiers éléments qui établirent la base des collections du musée proviennent des confiscations révolutionnaires de 1794, et notamment du cabinet de curiosités de Christophe-Paul de Robien (1698-1756), président à mortier du Parlement de Bretagne.

Elles contiennent des œuvres d’art, d’archéologie, de numismatique, d’histoire naturelle, couvrant le territoire breton, mais également français et des objets ethnographiques étrangers. Elles sont riches de plus de 600 000 objets et documents, dont plus de 400 000 négatifs et tirages photographiques.

Installé dans l’enceinte des Champs-Libres, le musée de Bretagne s’articule autour de trois salles d’exposition permanente.

Bretagne est Univers , parcours dans l’histoire de la Bretagne, des origines à nos jours.

Statue de barde provenant des fouilles de la forteresse de Paule et datant du second âge du Fer (IIe siècle av. J.-C.).

Par quelque 2 300 objets. Située au premier étage, cette exposition serpente en huit autour de la Bibliothèque et de l’Espace des sciences sur 1 900 m² en une trentaine de séquences.

Les visiteurs s’y promènent comme dans une ville, avec ses rues et ses places. De petites unités évoquent les habitations et accueillent objets et costumes. Histoire d’ailleurs s’entend au sens large. La grande, celle des événements, des batailles, et des hommes politiques, côtoie en permanence la petite histoire du quotidien.

+ Bretagne des Mille et Une images , évocation sonore et imagée de la Bretagne.

Résultat impressionnant d’une collecte de photographies, depuis la seconde moitié du XIXe siècle. Avec quelque 400 000 négatifs sur verre et films souples, et 13 000 tirages, ces collections sont les plus importantes du musée.

Une base de données a été constituée et vous propose un parcours photographique des années 1840 jusqu’à nos jours.

+ Et l’Affaire Dreyfus

Les premiers éléments du fonds Dreyfus ont été réunis lors du procès de Rennes, en 1899. Depuis 1978, date de la donation effectuée par Jeanne Lévy, la fille du capitaine Dreyfus, d’autres documents sont venus compléter la collection.

Celle-ci compte aujourd’hui 6 800 pièces dont de nombreux témoignages de soutien, des cartes postales, des photographies, des affiches, des dessins, des revues et quelques objets.

Une partie du fonds est visible à l’exposition interactive et permanente des Champs Libres intitulée Hier, Alfred Dreyfus.

Aujourd’hui...Le musée de Bretagne possède une des plus importantes collections sur l’Affaire Dreyfus regroupant correspondance, cartes postales, photographies, dessins, estampes, affiches, presse et objets. Au total, plus de 6 800 pièces, dont une partie est présentée dans notre exposition permanente consacrée à l’Affaire.

Un site a été dédié à l’Affaire Dreyfus, constitué à partir de la base générale d’inventaire informatisée (plus de 100 000 pièces et près de 104 000 images).

Cette base de données, une des plus importantes parmi les institutions muséales régionales, est accessible au public sur le site internet du musée (www.musee-bretagne.fr) où plus de 45 000 notices sont en ligne.

+ Du 17 janvier au 27 août 2017. Bretagne Express Niveau 2

Partir de plus en plus tard pour arriver de plus en plus tôt, aller de plus en plus vite jusqu’au voyage immobile, à la recherche du temps perdu. En mai 2017, le TGV va relier la Bretagne à Paris en moins d’une heure 30 : Paris - Rennes ou Rennes - Paris en une heure 25. Pour marquer cet événement historique, les Champs Libres mettent en place une programmation exceptionnelle.

Le musée de Bretagne ouvre la voie, avec une exposition retraçant l’histoire du train en Bretagne qui ne se résume pas à une histoire politique, technique ou économique. Elle est le fruit d’une alchimie qui associe ces trois éléments auxquels il faut aussi ajouter l’histoire sociale des mentalités, des comportements et le poids non négligeable de l’imaginaire.

Inauguration de la ligne Morlaix - Plouezoc’h

L’exposition a vocation à retracer l’histoire des chemins de fer en Bretagne, depuis l’arrivée du train en gare de Nantes en 1851 jusqu’à l’arrivée du TGV en gare de Rennes en 1990, et au-delà dans un questionnement plus général sur les notions de temps, de vitesse, de service public, etc.

Découpée en quatre parties, elle rassemble environ 500 objets de toute nature : maquettes de train et d’ouvrage d’art, tableaux, photographies, dessins d’artiste ou techniques, documents publicitaires dont les très belles affiches des différentes compagnies, outils, objets du quotidien et du voyage...

Dans une scénographie ludique et sensible, l’exposition met en perspective cette révolution technique avec les bouleversements sociaux, économiques qu’elle engendre. Une plongée dans le monde du rail.

Retour : Haut de la page


Les Champs libres

- Les Champs libres, 10 Cours des Alliés, 35000 Rennes. 02 23 40 66 00. www.leschampslibres.fr. Métro Gare ou Charles de Gaulle. www.musee-bretagne.fr. Du 6 juillet au 31 août, du mardi au vendredi de 13 à 19h, samedi et dimanche de 14 à 19h, fermé lundi et jours fériés. Passe expos 9 ou 5€, expos 5 ou 3€, planétarium 5 ou 3€.

+ Tous vivants, tous différents. Une nouvelle exposition consacrée à la découverte de la biodiversité.

De par ses couleurs, ses formes, ses odeurs, ses chants, la vie sur Terre est foisonnante et extrêmement variée. Et de cette grande diversité naissent d’innombrables et ingénieux échanges entre tous les êtres vivants. Cette biodiversité fait la richesse du vivant !

Lors de cette exposition, sentez, testez, cherchez et entrez dans l’incroyable aventure de la biodiversité.

Qu’est-ce qu’une espèce ? Combien d’espèces ? Une espèce, ça évolue ? Comment survit une espèce ? Pourquoi les espèces disparaissent-elles ?

+ Du 7 janvier au 25 juin 2017. Le XXIe siècle en images

Deux fois par an, la revue 6Mois publie 300 pages de photojournalisme. Ces récits décryptent les mutations du XXIe siècle dans le monde et racontent les hommes et les femmes d’aujourd’hui, leurs rêves, leurs cauchemars, les défis auxquels ils sont confrontés. Des reportages sont exposés tout au long de la saison et enrichis par des rencontres en salle de conférences.

De l’immensité glacée et hostile du cercle polaire à l’intimité chaleureuse et réconfortante du foyer, le regard scrute les détails, admire le grain photographique et se laisse submerger par la lumière.

De l’universalité des fêtes d’anniversaire à l’expérience traumatisante de l’expropriation, chacun peut s’émouvoir du message, de l’histoire portés par le photographe.

Photo Tim Franco

Des instantanés d’une vie solitaire au récit d’épreuves collectives, l’Homme est au centre de la composition, au cœur du sujet.

Les cinq nouveaux reportages photos présentés se jouent des contrastes comme pour mieux emporter celui qui ose y plonger son regard. Saisissants de vérité, celui de notre monde contemporain, ils ne sont pour autant pas dénués de magie et de douceur. Les journalistes réunis dans cette sélection viennent de Suède, des Pays-Bas, de Chine, d’Italie ou de Russie. Cinq esthétiques fortes au service d’une photographie sans frontières !

Escalier de la Bibliothèque.

Retour : Haut de la page


Le FRAC Bretagne

- Le FRAC Bretagne, Fonds régional d’art contemporain, 19, avenue André Mussat. CS 81123 35011 Rennes cedex, 02 99 37 37 93. www.fracbretagne.fr. Ouvert tlj, sauf le lundi, de 12 à 19h. Fermé les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre. 3 ou 2€. Gratuit pour les moins de 26 ans et les Amis du Frac Bretagne, ainsi que le „1er dimanche de chaque mois. Samedi, à 16h, visite accompagnée gratuite, dans la limite des places disponibles.

+ Les collections. Plus de 4 800 œuvres de 586 artistes. L’abstraction lyrique forme l’un des socles historiques de la collection, élaboré à partir des choix et des compagnonnages du critique Charles Estienne : œuvres de Camille Bryen, Jean Degottex, Jean Duvillier, Jan Krizek, Marcelle Loubchansky, Pierre Tal-Coat, etc.

Un fonds de référence en développement permanent, avec des œuvres de John Armleder, Geneviève Asse, Cécile Bart, Alan Charlton, Nicolas Chardon, Bernard Frize, Shirley Jaffe, Julije Knifer, Vera Molnar, François Morellet, Aurelie Nemours, François Perrodin, Jean Pierre Raynaud, Kees Visser… Et deux artistes majeurs de l’art contemporain : Raymond Hains (62 œuvres) et Jacques Villeglé, ainsi qu’avec la figure singulière de Gilles Mahé.

Yves Trémorin, Fraise, de la série Breizhtorythm, 2008, Collection Frac Bretagne © Adagp, Paris

La collection réunit des œuvres qui peuvent s’assembler par thèmes, ou par artistes : abstraction lyrique, abstraction au sens large, elle entretient un lien particulier avec deux artistes majeurs de l’art contemporain Raymond Hains et Jacques Villeglé, ainsi qu’avec la figure singulière de Gilles Mahé.

+ Du 14 janvier au 23 avril 2017. Didier Vermeiren – Construction de distance

Une exposition personnelle de Didier Vermeiren présentant un ensemble important de 25 sculptures.

Retour : Haut de la page


La Criée

- La Criée. Place Honoré-Commeurec, Halles Centrales, 35000 Rennes, 02 23 62 25 10, www.criee.org, en semaine sauf le lundi de 12 à 19h, samedi et dimanche de 14 à 19h. Gratuit. Ouverture les jours fériés sauf les 25 décembre, 1er janvier et 1er mai.

+ Du 24 juin au 20 août 2017. Julien Bismuth. SiByL SiByL Vernissage le vendredi 23 juin 2017 à 18h30.

Je n’ai pas trop d’idées ou j’en ai trop sur ce que pourrait être cette exposition, ce qu’elle pourrait contenir aussi. Je n’ai que ces meubles et leurs appuis :
Le mot "trace." Et puis aussi le titre : la symétrie de son dédoublement altéré mais aussi son origine. Il y a eu plusieurs sibylles. J’aime l’histoire de celle qui aurait brûlé ses ouvrages afin de mieux les vendre, et j’aime le passage qui précède celui sur sa "bouche délirante" et ses "mots sans sourires, sans fards et sans parfums". L’évocation de celui qui "ne montre ni ne cache". Celui qui "fait signe".

Steganogram XXV (SIBYL SYBIL)

J’avais un morceau de papier journal sur lequel j’avais noté quelques idées mais je l’ai oublié dans la poche d’une paire de jeans que j’ai ensuite lavé et maintenant il est replié sur lui-même comme un bourgeon que je détruirais si je cherchais à l’ouvrir. Il y a certaines choses qu’on ne peut révéler sans les détruire.

Au préalable. Le deuxième texte est en anglais, mais il diffère.

Julien Bismuth

Retour : Haut de la page


Voir aussi :
Rennes
Brest
Landerneau


***

Vous retrouvez comme chaque année dans PARIS 2017. LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Le CALENDRIER 2017 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Dans la série Toutes les expositions 2017-2018 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musées d’Orsay et de l’Orangerie, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, au musée Guimet, au musée Galliera, au Petit Palais, et au Château de Versailles.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : PARIS EXPOS HEBDO. Nouveautés / Conseils / Derniers Jours.

Vous pouvez consulter plus d’une centaine de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2017 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2016, 2015, 2014, 2013, 2012.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions 2017 dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
- Aix-en-Provence - Albi - Les Alpilles - Angers - Angoulême - Antibes - Arles - Aubagne - Avignon : Saintes-Maries-de-la-Mer, L’Isle-sur-la-Sorgue - Bègles - Biarritz - Biot - Blois - Bordeaux - Bourg-en-Bresse - Brest - Cagnes-sur-Mer - Cannes - Carcassonne - Dijon - Grasse- Grenoble - Hyères - Ile-de-France : Auvers/Oise, Boulogne-Billancourt, Bussy-Saint-Martin, Chamarande, Chantilly, Châtenay-Malabry, Compiègne, Écouen, Fontainebleau, Giverny, L’Isle-Adam, Jouy-en-Josas, Malmaison, Marne-la-Vallée, Meudon, Milly-la-Forêt, Noisiel, Pantin, Pierrefitte/Seine, Poissy, Pontoise, Royaumont, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud, Saint-Denis, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Ouen-l’Aumône, Sceaux, Sèvres, Versailles, Vitry/Seine, Yerres - Landerneau - Le Cannet - Le Havre - Lens - Le Rayol - Le Canadel/Mer - Les Sables-d’Olonne - Libourne - Lille : Villeneuve d’Ascq, Roubaix, Tourcoing, Croix, Graveline, Cassel, Valenciennes - Lodève - Lyon - Marseille - Martigues - Metz - Monaco - Montauban - Montpellier - Mougins - Nantes - Narbonne - Nice - Nîmes - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen - Saint-Étienne - Saint-Nazaire - Saint-Paul-de-Vence - Saint-Tropez - Sérignan - Sète - Strasbourg - Toulon - Toulouse - Tours - Valence - Vallauris - Vence - Vendôme - Villeurbanne

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam : Harlem, Rotterdam, La-Haye, Bois-le-Duc, - Bâle - Berlin - Bruxelles - Genève - Liège - Londres - Madrid - Milan - Monaco - Venise

À voir également :
- La carte des grandes expositions, musées et collections permanentes en France
- La carte des grandes expositions, musées et collections permanentes en Europe

André Balbo

sources : visites, musées, presse...


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.